Célia Demoor
Présidente de DEEP France
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 févr. 2016

Célia Demoor
Présidente de DEEP France
Abonné·e de Mediapart

Quelques mots déposés sur un bout de papier

Célia Demoor
Présidente de DEEP France
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un dimanche matin à Wazemmes. La brume. Le crachin de gouttes de pluie. La nuit passée chez « tonton » et « tata ». Un dimanche matin comme un autre, un dimanche matin atypique.

Qui suis-je et qui sont les autres ? Je suis par les autres. Je n’ai d’existence que parce qu’elle n’est qu’au pluriel.

Je m’assois avec tata qui me raconte. Sa vie, les trois boulots en même temps pour donner à manger aux enfants, le matelas par terre, les mariages de force, l’enfermement, les viols quand il l’avait décidé, la force qu’il a fallu pour se battre, la volonté plus forte que tout de donner un meilleur avenir aux enfants, l’émigration forcée dans une Algérie quittée à 8 ans, les ragots qui courent, la naïveté qui trompe, la dignité, la foi, et même l’amour de la France, qui lui a « rendu sa liberté ».

Je sors. Je ressasse cette histoire. Je suis sans voix et tant de courage me submerge. Des histoires invisibles, qui ne font pas la une des journaux.

Et pourtant…

Février 2016. Je me sens indignée par les débats qui font l’actualité. Sous prétexte que l’on est en guerre, on entre dans l’ère de la suspicion. On déploie l’attirail du tout sécuritaire. Au lieu d’ouvrir les yeux, on les ferme un peu plus. On se dit que réfléchir, c’est excuser. Alors on parle, on débite les paroles, systématiques, fantomatiques, vides, désorientées, sans socle. Déchéance de nationalité. Des personnes qu’on labélise. Qu’on essentialise. Qu’on fait taire.

On fait fi de l’histoire. Ou alors on n’en raconte qu’une seule, autocentrée, celle qui se complet dans sa propre existence, la même qui prétend qu’expliquer, c’est excuser.

J’ouvre le Monde en ligne et je découvre qu’elle s’en va, notre dernier espoir à gauche. Cette femme qui incarne la subversion, la pensée radicale, post-coloniale, féministe, celle qui ne déroge pas. Qui élève la prise de vue, celle qui s’élève avant d’énoncer. Celle qui s’autorise à douter, à questionner, qui interroge et qui s’interroge. Mais qui toujours s’en remet aux fondamentaux, à ce qui fait communauté humaine. « La responsabilité politique implique de rappeler les ancrages et de tracer des perspectives. » écrit-elle dans ses murmures à la jeunesse.

Ce sera à nous, alors, de tracer des perspectives.

Je me demande vers où l’on va. Mais peut-être faut-il commencer par se poser la question à soi-même. Et comment on y va, tous les jours. Peut-être faut-il s’autoriser l’insécurité, la prise de risque. L’ouverture. Faire des choses qu’on oublie de faire. Chercher la conscience. Ralentir. Prendre le temps de ressentir, d’observer. Se dérobotiser. Se désaliéner.

Un jour je sais qu’on prendra conscience. Que je ne serai plus la seule à rêver.

Que l’on se rappellera, du don de la paix, que l’on se rendra compte, qu’il existe des alternatives, que l’on est plein de ressources et que ces ressources sont en nous.

Mais quand ? J’ai peur. Peur qu’il soit alors trop tard…

Et que l’on n’ait plus qu’à dire à nos enfants que l’on n’a pas réussi. Pas eu le courage. Qu’on n’a pas pris le temps. Que l’on ne s’est pas arrêté.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal — Gauche(s)
Congrès du PS : l’union avec les Insoumis en pomme de discorde
Derrière Olivier Faure, Hélène Geoffroy et Nicolas Mayer-Rossignol, trois équipes se disputent la direction du Parti socialiste. Mi-janvier, les adhérents les départageront sur la base de « textes d’orientation » aux stratégies bien distinctes.
par Fabien Escalona
Journal — Gauche(s)
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy