CELINE ET CHRISTOPHE DECLERCQ
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 mars 2016

Nantes, 9 mars, manifestation contre la loi El Khomri

Belle manifestation contre le projet de loi réformant le code du travail. Partis du campus vers 13h plus d'un millier d'étudiants rejoint en cortège le point de rassemblement intersyndical en centre ville place du Bouffay. Des lycéens arrivent aussi nombreux. Puis le cortège parcourt joyeusement et rapidement – les jeunes en tête – le grand parcours tout autour de la ville.

CELINE ET CHRISTOPHE DECLERCQ
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Probablement environ 15 à 20 000 manifestants vu la longueur du cortège et les indications de la police – 10000 !

Revenus au point de départ place du Bouffay, la tête de cortège hésite, des artistes proposent « on prend le château », puis un anarchiste lance « tous à la préfecture », personne ne suit, ayant vu le déploiement policier autour. Le cortège est joyeux et bon enfant et reprend son chemin vers la gare. J'hésite à suivre mais puisque c'est mon chemin pour rentrer, je continue.
Arrivés à la gare, le cortège s'immobilise, un cordon de gendarmes mobiles bloquant les accès à la gare. Les jeunes discutent entre eux, certains rebroussent chemin vers Bouffay, quand subitement, des grenades lacrimogènes pleuvent sur les manifestants aux premiers rangs puis des tirs fournis sont lancés au dessus de la foule vers la rue Stanislas Baudry. Les manifestants et les passants sont pris au piège.  Un couple part en courant avec une poussette et un bébé qui hurle. Je contourne par la rue Ecorchard pour comprendre ce qui se passe devant la gare.

Policiers en civil devant la gare de Nantes © C. Declercq
Interpellation d'un jeune © C. Declercq

 Je vois alors un groupe que je crois d'abord être des casseurs, mais qui enfilent rapidement des brassards police avant de fondre sur un petit groupe de jeunes manifestants qui se retrouvent coincés derrière un bus. Les coups de matraque pleuvent, un des jeunes est frappé par un policier en civil avec brassard alors qu'il est à terre, les autres lèvent les bras en l'air. J'essaie de m'approcher pour filmer, mais à ce moment, trois policiers interpellent violemment le jeune qui est blessé au visage et l'emmènent en courant vers la gare. Puis le groupe de policiers en civil reprend sa position d'attente, sans brassards.

Jeune blessé au visage © C. Declercq
Policiers en civil devant la gare de Nantes

Des photographes amateurs aussi sont pris à parti par les policiers. Une nouvelle salve de gaz lacrimogène décourage les derniers présents qui refluent vers Bouffay. Un des policiers en civil me menace, alors que je continue à faire quelques photos. Je quitte le quartier pour rentrer, sans comprendre ce qui se passe.
Comment dans un état de droit, peut-on comprendre que ceux là même qui sont chargés du maintien de l'ordre, sèment ainsi le désordre, parmi une manifestation de jeunes plutôt calme ? Moi je pense aux gamins, dont c'était la première manif et à celui blessé qui n'a pas compris ce qui lui est arrivé.
Christophe Declercq

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard
Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse