Céline Wagner
Auteur de roman graphique
Abonné·e de Mediapart

113 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 déc. 2021

Céline Wagner
Auteur de roman graphique
Abonné·e de Mediapart

Par une belle journée d'hiver, la peur

Nous pourrions faire la liste des pratiques ignobles et dégradantes que les traditions autorisent, une société en progrès est une société capable de résilier ce qui nuit à l’intégrité des êtres humains et de la vie dans son état de règne absolu, sans quoi elle n'est rien d'autre que rétrograde.

Céline Wagner
Auteur de roman graphique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous marchons avec mon fils de onze ans dans la campagne, le chien gambade devant nous quand retentit un coup de tonnerre, comme un pétard Mammouth jeté tout près de nous dans une fête foraine, nous sursautons, le chien fléchit sous la surprise, la peur nous a figés et fait battre le cœur, je mets du temps à me reprendre.

À l’entrée du bois nous les voyons d’ici, les chasseurs sont tout près. Ils sont là depuis le matin, cela fait plus de dix heures qu’ils occupent la campagne et font des rondes autour du plateau que nous appelons le Faillal, une promenade où chacun promène son chien, apprend à marcher aux enfants, se rend en famille le dimanche, escorte, par de belles journées,  parents, aînés, poussettes…

La colère m’envahit et la haine m’étrangle.

Je ne suis plus d'humeur à regarder s'envoler l'avion en papier que mon fils tente de manier en virtuose, la balade est contaminée par les pires images, une balle perdue sur l'un de nous, ça n’arrive pas qu’aux autres, ça n’arrive pas qu’à Compiègne ou dans les départements voisins, cela peut-être au cours de ta ballade, de la mienne, aujourd’hui, demain, en plus de l'agonie promise aux chevreuils majestueux que je vois bondir dans le petit matin, qui n'ont même plus de forêts pour se cacher, cibles à découvert quand ils traversent les champs labourés…

Que faire ?

Insulter les chasseurs, pour qu’ils m’insultent en retour, dégrader leur matériel, crever leurs pneus, taguer leurs véhicules, pour qu’ils méprisent et discréditent un peu plus les écologistes, déclarer la guerre, ou plutôt, répondre aux armes à feu par des armes ridiculement inoffensives…

La chasse fait monter des pulsions de haine et de colère comme aucune autre pratique en ce monde en dehors de la violence, qu'avons-nous pour y faire face, pour dénoncer cette réalité ignoble, cette pratique grotesque qu’est la chasse dans notre société moderne, menée par des gens tout aussi grotesques, affublés d’uniformes grotesques par une belle journée d’hiver, des gens qui ne savent répondre à la beauté de la nature que par le bruit et la mort et leur déballage de matériel hideux et grotesque, rien, le silence hébété devant le déploiement de la violence grossière, le pas discret de notre progression dans la campagne en passant devant elle.

Vivre en milieu rural ne justifie pas de s’adonner à la chasse, la tradition n’a vocation ni de loi ni d’autorité, nous pourrions faire la liste des pratiques ignobles et dégradantes que les traditions autorisent, une société en progrès est une société capable de résilier ce qui nuit à l’intégrité des êtres humains et de la vie dans son état de règne absolu, une société incapable de protéger la vie est rétrograde et rien d’autre, basse, incomplète, ridicule, et ne fait que conforter les gens dans le plus immonde abrutissement.

Et nous qui voulons la vie, qu’avons-nous pour nous exprimer, les réseaux sociaux, hologramme démocratique dont nous ne voyons aucune répercussion dans le réel. Nous pissons dans un violon face aux lois de notre pays qui autorisent la chasse et se rend coupable de perpétrer l’abrutissement.

L’inquiétude ne nous quittera plus jusqu’au terme de notre promenade, nous regagnons la voiture en accélérant spontanément le pas.

Une société moderne incapable de préserver ce qui est beau, à savoir la nature et le vivant, n’a aucune légitimité, n’a rien pour elle, ne dispose d’aucun argument pour justifier sa politique, son existence en tant que société dite moderne, les autorités de cette même société sont pareillement abruties par elle, incapables de préserver ce qu’il y a de beau, d'inoffensif et qui nous est vital car, ne l’oublions pas, dans cette période d’effondrement, où l’avenir proche est incertain sur tous les plans, climatiques, sociaux, politiques, géopolitiques, où l’avenir des enfants est promis à des luttes militantes contre les dirigeants qui autorisent la guerre contre la vie, qu’avons-nous d’autre pour ne pas devenir complètement fous que ces espaces où la nature n’a pas encore tout à fait disparu ?

La chasse ne sert à rien, n’a aucune justification dans un monde moderne, elle ne régule rien et surtout pas les cycles de reproduction des animaux sauvages, les espaces sauvages étant réduits comme peau de chagrin.

La chasse est une nuisance, tout simplement, la présence des chasseurs pollue les seuls espaces de recueillement qu’il nous reste dans un monde dévasté par l’étalement industriel. La nature est un espace commun, sa violation, sa détérioration sont condamnables.

Après tous les accidents de chasse que nous connaissons, la société ne peut pas d'un côté faire appel, le temps d'une pandémie, à une prise de conscience collective et de l'autre, mépriser des gens inoffensifs inquiets de recevoir une balle perdue, pour laisser régner dans la toute puissance une minorité de chasseurs armés de fusils, au mépris du bon sens, à savoir, les lignes de conduite que réclame notre époque pour nous maintenir dans un monde vivable. 

© Céline Wagner

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin
Journal — France
Sélection à l’université : « Quand réfléchit-on au droit à la réussite ? »
Des écarts scolaires qui se creusent avant le bac, un financement inégalitaire dans le supérieur et un régime de plus en plus sélectif symbolisé par Parcoursup : la « démocratisation des savoirs » prend l’eau, s’inquiètent les sociologues Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec, dans leur livre « L’université qui vient ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost