Céline Wagner
Auteur de roman graphique
Abonné·e de Mediapart

113 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 oct. 2019

Un héros de notre temps est en accès libre. Pourtant...

Je reçois tous les jours, via Google Alerte, les noms des sites où mes albums sont mis en vente. Il se trouve que j'ai récupéré les droits d'Un héros de Notre Temps il y a quelques mois pour mettre ce roman graphique en ligne et en accès libre, et qu'il est toujours... en vente. La vente d'un titre dont l'éditeur ne possède plus les droits s'appelle de la contrefaçon.

Céline Wagner
Auteur de roman graphique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Grâce à la fonction Google Alerte, je reçois régulièrement des messages m'indiquant que mes livres sont en vente sur différents sites, bien que la plupart soient absents des librairies.

Payot Librairie 

Amazon.fr

La fnac

BD Fugue

Espace Culturel Leclerc

Decitre

Etc...

Il se trouve que j'ai récupéré depuis plusieurs mois les droits d'Un Héros de Notre Temps - d'après le roman de Michel Lermontov ; l'éditeur, Actes Sud, n'a donc plus de raison de le mettre en vente. Google Alerte m'informe que le livre reste à la vente sur plusieurs sites, dont certains figurent dans la liste ci-dessus. 

Si, par hasard, vous aviez l'intention d'acquérir cet album, économisez vos deniers, il est en ligne depuis quelque semaines. Il est prévu qu'il fasse l'objet, dans les mois qui viennent, d'une nouvelle édition, numérique ou papier, chez l'éditeur de La Trahison du Réel, La Boîte à Bulles, mais quoiqu'il arrive il restera en accès libre sur mes blogs ici, , et .

J'en profite pour signaler aux différents festivals BD qu'il est inutile de le faire venir sur mon stand, je ne le dédicacerai plus.

Les auteurs sont dans une précarité indécente et toujours plus noire en comparaison au marché florissant du secteur de la bande dessinée. J'entends souvent autour de la table au cours des conversations : "La bande dessinée cartonne en ce moment ! " et je réponds : "Oui, elle cartonne mais plus de 50% des auteurs vivent dans la précarité."

La profession mourra peut-être, mais je milite pour qu'elle laisse derrière elle les années de travail que lui ont demandées ses milliers de dessins, de textes, de personnages, d'histoires et de rêves. Je milite pour la gratuité du rêve, plutôt que le troc, à destination du lecteur de hasard. 

Pour donner au lecteur une idée des chiffres : Quand j'ai récupéré les droits, l'éditeur m'a proposé de racheter le stock de livres à un prix préférentiel de 4,20 € par exemplaire. Proposition que j'ai déclinée ; je refuse de racheter mes propres livres, même à 20 centimes. Qu'en ferais-je une fois que j'en aurais offert aux amis à droite à gauche ? Je courrais les salons du livres chaque semaine pour écouler mon stock. Et à mon tour je tenterai de vendre mes livres 4 ou 5 fois leur prix ; c'est non, je ne suis ni une mule, ni Madame La Marchande.

Le livre est en vente 22 €. Je touche 8% de cette somme H.T, c'est à dire à peut près 1,70 € par livre. Bien sûr, je ne toucherai pas de droits d'auteurs tant que l'éditeur ne se sera pas remboursé l'à-valoir de 3000 € qu'il m'a donné à la signature du contrat en 2014 (ou plus exactement, 1500 € à la signature et 1500 € à la sortie du livre, un an après).

3000 € pour deux ans et demi de travail, cela impose de trouver d'autres moyens de subsistance. C'est ce que j'ai fait. C'est pourquoi, je n'attends plus après les 1,70 € de droits d'auteur, ni après les prix préférentiels de 4,20 € pour me sentir l'Auteur d'un ouvrage de 150 pages, qui une fois stocké dans mon salon me renverra tous les jours l'absurdité d'une société de surproduction, et non l'image de ce travail que j'ai aimé retrouver chaque jour durant plus de deux ans et pour lequel je me suis passionnée.

Alors, qu'il parte au pilon, tant pis, je ne lui sauverais pas la vie avec mes économies et mes petits bras, je ne me sens pas responsable de ce système irresponsable. Car, le pilon, c'est ce qui attend des milliers de livres chaque jours, plutôt que de remplir des bibliothèque et des écoles là où le matériel culturel manque cruellement.

L'âme de ce livre est ici, et non dans son corps de papier. 

La question du secteur du livre mérite un billet approfondi. Ici, je réagis à chaud, parce qu'il me semble important de souligner que des maisons d'éditions comme Actes Sud qui bénéficient pourtant de structures conséquentes, continuent de vendre des livres dont ils ne possèdent plus les droits ; je n'y vois pas une démarche malhonnête, plutôt un acte de négligence, car il doit être bien fastidieux d'enlever un livre des innombrables sites de vente en ligne. Quoique cette négligence peut s'avérer fâcheuse car pour l'éditeur, continuer de vendre un titre dont il n'a plus les droits s'appelle de la contrefaçon et est passible de poursuites. 

J'informe le lecteur que pour l'édition en accès libre j'ai retravaillé entièrement le texte qui dans l'édition originale était imprimé en caractères trop petit et de plus, était trop fidèle au langage littéraire. J'ai tenté de rendre les dialogues plus fluides tout en conservant l'élégance du roman d'origine. J'espère y être parvenue.

La version papier de l'album de 2014 est pour moi obsolète.

© céline wagner

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement américaines
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière
L’arrêt « Roe v. Wade », qui a été abrogé par six voix pour et trois contre, avait fait, il y a 50 ans, de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. La décision de la Cour suprême n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone
Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne
Billet de blog
Lettre ouverte d’étudiantes d’AgroParisTech
Ces étudiantes engagées dans la protection contre les violences sexuelles et sexistes dans leur école, réagissent à “Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech” publié par Le Monde, ainsi qu’aux articles écrits sur le même sujet à propos de Polytechnique et de CentraleSupélec.
par Etudiantes d'AgroParisTech
Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille