L'Equateur donnera des ordinateurs à Washington et les documents d'Assange à Londres

La violation systématique des droits de Julian Assange va au-delà de ce que quiconque aurait pu imaginer", a noté son avocat Baltasar Garzon.

Article paru dans ElPais le 13 mai 2019

L’Équateur a saisi les biens d’Assange depuis son arrestation. Nous savons maintenant pourquoi : les remettre aux États-Unis en violation du droit international. Le comportement ignoble de l’Équateur n’est pas nouveau, car ils envoient des informations sur Assange aux États-Unis depuis des mois.

Selon l'avocat de Julian Assange, Baltasar Garzon, la remise par l'Equateur des biens de M. Assange aux États-Unis est une "violation absolue de l'institution de l'asile".

« Il est incompréhensible que le pays qui lui a accordé l'asile exploite maintenant le fait qu'il s'est réfugié là-bas pour envoyer ses biens dans le pays qui le persécute. Ces biens ont peut-être été falsifiés, il n’y a pas eu d’ordonnance du tribunal, il n’y a pas eu de protection des droits de l’asile et il n’y avait pas de chaîne de contrôle», a déclaré Garzon.

"Cela est encore aggravé par le fait que l'Équateur a mis en œuvre une opération illicite pour enregistrer secrètement Assange dans l'ambassade, un fait que nous avons déjà dénoncé. La violation systématique des droits de Julian Assange va au-delà de ce que quiconque pouvait imaginer", a noté Garzon.

 

L'article d'ElPais traduit ici : 

 

Le procureur général de l'État de l'Équateur a accepté d'enregistrer l'un des séjours de la légation dans laquelle le fondateur de Wikileaks a passé près de sept ans

JOSÉ MARÍA IRUJO

Madrid 13 MAI 2019 - 07:56

 L'Equateur fournira les ordinateurs et les fichiers de l'ambassade de Julian Assange aux Etats-Unis

Le gouvernement de Lénine Moreno a franchi une nouvelle étape dans son offensive contre Julian Assange. Le procureur général de l'État de l'Équateur a accepté d'enregistrer l'un des séjours de l'ambassade de ce pays à Londres, dans lequel le cyber-activiste a résidé au cours des sept dernières années, et de remettre aux États-Unis tous ses documents, téléphones portables, fichiers informatiques. , ordinateurs, unités de mémoire, CD et tout autre périphérique, comme indiqué par une notification officielle à laquelle EL PAÍS a eu accès.

 Les États-Unis exigent l'extradition d'Assange vers le Royaume-Uni. Un tribunal américain demande à juger le fondateur de Wikileaks, qu'il accuse d'un crime d'intrusion informatique punissable d'une peine pouvant aller jusqu'à cinq ans de prison. En 2010, le site Web australien a révélé aux médias 450 000 documents secrets issus de milliers de communications internes américaines sur les guerres en Afghanistan et en Irak. Le militant a été arrêté le 11 avril au siège diplomatique de l'Équateur et remis aux autorités britanniques.

L'enregistrement de la salle scellée d'Assange aura lieu le 20, dans le cadre d'une commission rogatoire (demande d'entraide judiciaire) du ministère de la Justice américain en Équateur. La note indique qu’elle se tiendra à neuf heures du matin, heure de Londres, et que la saisie des documents et des dossiers personnels du militant sera effectuée par le capitaine de police, Diego López, et le second sergent, Milton Jaque, expert dans la section la criminalistique informatique. La décision d'intervenir dans tous les biens d'Assange a déjà été communiquée à son avocat en Équateur, Carlos Poveda.

Julian Assange, 47 ans, a bénéficié de la protection et du soutien du gouvernement équatorien du temps du président Rafael Correa. Il s'est vu accorder l'asile politique et a été autorisé à se réfugier dans sa légation diplomatique à Londres après avoir épuisé toutes les instances judiciaires devant lesquelles il avait fait appel de la décision d'extradition vers la Suède. La justice de ce pays l'a réclamé devant les autorités britanniques afin qu'elle réponde à l'accusation de deux crimes contre la liberté sexuelle.

Le changement de gouvernement en Equateur et le rapprochement de ce pays aux États-Unis avec Lénine Moreno ont tout changé. Le président actuel a brisé l'héritage de son prédécesseur. Il a commencé par établir un protocole de visites difficiles et les conditions de vie militante à l'ambassade, a permis son arrestation le 11 Juin et maintenant la salle se souvient record du fondateur de WikiLeaks et la livraison aux États-Unis de tous les documents d'information de la personne auquel l’Équateur a accordé le statut d’asylee.  

L'avocat d'Assange, Baltasar Garzón, décrit la remise aux Etats-Unis des biens de l'accusé, "une violation absolue de l'institution d'asile de l'Équateur". "Il est incompréhensible que le pays de protection profite maintenant de la position privilégiée de l'avoir reçu pour remettre ses biens au pays qui le poursuit, qui sera intervenu sans ordonnance judiciaire, sans protection des droits de l'homme, sans respect pour la chaîne de détention. "a dit Garzón. "Ce qui est aggravé par le mécanisme d'enregistrement illicite qui a été déployé à l'ambassade et qui a été dénoncé. La violation systématique des droits d'Assange dépasse les limites de l'imaginable", a-t-il déclaré.

La coopération judiciaire de l'exécutif actuel de l'Équateur avec les États-Unis a débuté il y a des mois. La justice équatorienne a autorisé les autorités nord-américaines à faire une déclaration au personnel diplomatique de son ambassade à Londres. Dans le cadre de cette collaboration, les avocats d'Assange n'excluent pas que des enregistrements, des audios et des documents volés à l'activiste et à l'un de ses avocats dans une supposée opération d'espionnage aient été envoyés aux États-Unis afin de fournir des informations sur sa défense aux États-Unis. Assange a récemment porté plainte au tribunal national contre un journaliste espagnol et quatre programmeurs pour prétendue extorsion alors qu'il tentait de vendre pour trois millions d'euros des centaines de vidéos et de documents de ses dernières années à l'ambassade. Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la protection de la vie privée étudie également ce prétendu espionnage.

Aitor Martínez, l'un des avocats de l'équipe de militants australiens, affirme que l'initiative de l'Équateur est "une violation manifeste et radicale du droit de la défense, car ces documents et dispositifs électroniques constituent toutes des communications avec leurs avocats et leurs documentation légale Un document privilégié qui permettra aux États-Unis de créer et de créer de nouvelles accusations pour leur demande d'extradition. "

Le fondateur de Wilileaks a formellement refusé devant un tribunal de Londres son consentement à la demande d'extradition émanant des États-Unis. Assange a comparu par vidéoconférence de prison devant la Cour des magistrats de Westminster, où le processus a débuté le deuxième jour. Quelques jours auparavant, un autre tribunal britannique l'avait condamné à 50 semaines de prison pour avoir violé en 2012 les conditions de libération conditionnelle qui avaient été imposées.

Source ici

Traduction : Céline Wagner

Céline Wagner d'après capture d'écran Céline Wagner d'après capture d'écran

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.