Après Julian Assange, Ola Bini

L'Union Européenne a rendez-vous avec les cybermilitants engagés dans la recherche pour la protection des données personnelles... Avant que ne soit bientôt embroché sur la flèche flambant neuve de Notre-Dame de Paris, un donut.

Un jeune informaticien a été arrêté le même jour que Julian Assange en Equateur. Un juge équatorien a ordonné le placement en détention de l'ancien ministre des affaires étrangères pour avoir permis le refuge de Julian Assange dans son ambassade à Londres, et demande à Interpol son placement sur sa « liste rouge »... Les pays qui veulent avoir les faveurs des Etats-Unis s'organisent contre les hackers et informaticiens militant pour la protection des données personnelles... Comment se positionne l'U.E face à un tel phénomène ? Nous assistons à la prise de pouvoir croissante des Etats-Unis sur l'ensemble de son continent et, par des diligences souterraines, sur l'Europe. Ce n'est pas nouveau mais c'est à présent en toute impunité, sous nos yeux. Une Europe américaine est en train d'accoucher de pratiques et de lois liberticides contre la cyber-recherche sur la protection des données personnelles, clef de voûte de la toute puissance de la politique-finance sur nos droit fondamentaux : Savoir, comprendre, penser. 

Ola Bini © D'après le site de soutien https://freeolabini.org/fr/statement/ Ola Bini © D'après le site de soutien https://freeolabini.org/fr/statement/

https://freeolabini.org/fr/statement/

https://freeolabini.org/fr/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.