Céline Wagner
Auteur de roman graphique
Abonné·e de Mediapart

113 Billets

1 Éditions

Billet de blog 12 sept. 2019

Ola Bini, coupable de renforcer la protection des données personnelles sur internet

Le jeune développeur suédois, Ola Bini, vivant en Equateur, a été arrêté de façon arbitraire le jour de l’arrestation de Julian Assange, le 11 avril à l’ambassade de l’Equateur à Londres. Après avoir passé deux mois en prison dans des conditions indécentes, il se bat toujours contre une procédure judiciaire injustifiée qui le prive de sa liberté de mouvement... Retour sur son arrestation.

Céline Wagner
Auteur de roman graphique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les autorités équatoriennes n'ont aucune raison de détenir le développeur de logiciels libres Ola Bini

Par DANNY O'BRIEN, le 16 avril 2019 pour Electronic Frontier Foundation

© céline wagner

Quelques heures après l'expulsion de Julian Assange de l'ambassade équatorienne de Londres la semaine dernière, des policiers équatoriens ont arrêté le citoyen suédois et développeur de logiciels libres Ola Bini. Les autorités l'ont saisi alors qu'il se préparait à se rendre de chez lui à Quito au Japon, affirmant qu'il fuyait le pays à la suite de l'arrestation d'Assange. En fait, Ola Bini avait préparé ces vacances il y a longtemps, et l'avait publiquement mentionné sur son compte Twitter avant qu'Assange ne soit arrêté.

La détention d'Ola est pleine d'irrégularités, comme l'ont prouvé ses avocats. Son mandat d'arrêt vise un "pirate russe" (Bini n'est ni l'un ni l'autre) ; on ne lui a pas lu ses droits, on ne lui a pas permis de contacter son avocat ni offert un traducteur.

Les accusations portées contre lui, lorsqu'elles ont finalement été rendues publiques, sont ténues. Le procureur général de l'Équateur a déclaré que Bini était accusé de "participation présumée au crime d'atteinte à l'intégrité des systèmes informatiques" et de tentative de déstabilisation du pays. La "preuve" que la police équatorienne a montré aux journalistes pour démontrer sa culpabilité et saisie au domicile d'Ola Bini n'est rien de plus qu'une poignée de clés USB, de disques durs, de clés d'authentification à deux facteurs et de manuels techniques : de simples outils de routine pour quiconque travaille dans son domaine.

Ola est un développeur de logiciels libres, qui a travaillé pour améliorer la sécurité et la confidentialité sur Internet pour tous ses utilisateurs. Il a travaillé sur plusieurs projets open source-clés, dont JRuby, plusieurs bibliothèques Ruby, ainsi que de multiples implémentations du protocole de communication ouvert et sécurisé OTR. L'équipe d'Ola chez ThoughtWorks a contribué à Certbot, l'outil géré par EFF qui a fourni un cryptage fort pour des millions de sites Web dans le monde.

Comme beaucoup de personnes travaillant sur les nombreux projets de défense de l'Internet, Ola n'a pas besoin de travailler d'un endroit particulier. Il a voyagé à travers le monde, mais a choisi de s'installer en Equateur à cause de son amour pour ce pays et pour l'Amérique du Sud. Au moment de son arrestation, il était en train de s'installer dans sa nouvelle maison, notamment en co-fondant le Centro de Autonomia Digital, un organisme à but non lucratif qui se consacre à la création d'outils de sécurité conviviaux, basé à Quito, la capitale de l'Équateur.

On pourrait s'attendre à ce que l'administration équatorienne présente Bini comme un exemple de la promesse high-tech du pays et utilise son expertise pour aider la nouvelle administration à sécuriser son infrastructure - tout comme son Union européenne natale a utilisé l'expertise d'Ola lors du développement de son projet DECODE financé par le gouvernement.

Au lieu de cela, les dirigeants équatoriens l'ont ciblé en vue de son arrestation dans le cadre d'un processus politique plus large visant à prendre ses distances avec WikiLeaks. Ils ont incorporé Ola dans un reportage médiatique qui prétend qu'il fait partie d'un gang de pirates russes ayant l'intention de déstabiliser le pays en représailles de l'expulsion de Julian Assange.

Chez EFF, nous sommes familiers avec les procureurs trop zélés qui tentent d'impliquer des codeurs innocents en les présentant comme de dangereux cyber-maîtres d'esprit, ainsi qu'en diabolisant les outils et le mode de vie des codeurs qui travaillent pour défendre la sécurité des infrastructures d'opposition, et non pour la compromettre. Ces cas sont révélateurs d'une panique inappropriée autour de la technologie, et les affirmations des autorités sont rarement confirmées par les faits.

Comme l'ont exprimé les nombreux technologues qui soutiennent Ola Bini dans notre déclaration de solidarité, l'Équateur devrait abandonner toutes les accusations portées contre lui et permettre à Ola de rentrer chez lui et de retrouver sa famille et ses amis. Les dirigeants équatoriens sapent la réputation de leur pays à l'étranger, comme l'indépendance de son système judiciaire par ces poursuites fantaisistes et sans fondement.

Source ici

Traduction : Céline Wagner 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié