Cent dents
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 août 2020

Fouette cocher et crève charogne!

Le 30 août, veille de la pré-rentrée, le ministère de l'éducation nationale révise à la baisse la liste des personnes vulnérables en temps de Covid-19. Poumons nécrosés? Bon pour le service!

Cent dents
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Que faire un dimanche 30 août? Goûter chez tante Ernestine ? Promenade digestive dans un parc ? Tour à vélo ?

Activités insignifiantes des français au repos.

Et pendant ce temps, expression chère au président de la république :

On s’active dans les ministères, on pense avec gravité. Et à quoi pense-t-on ? A relancer l’économie française mise à mal par deux mois et demi de confinement. Les salariés doivent retrouver leur open space, les hommes de chantier, leurs grues, les comédiens, les planches et les enseignants, leurs élèves.

Pour aider ces derniers à revenir dans leurs salles de classe, un nouveau décret vient d’être publié (pendant que vous mangiez un deuxième muffin chez tante Ernestine). On le découvre le lendemain, 31 août, au petit matin, les yeux encore bouffis de sommeil.

Et là, surprise. On découvre que la liste des « affections » qui définit la « vulnérabilité » des personnels a été réduite. Désormais, seuls les grabataires, les mourants et les amputés des deux jambes bénéficieront de la possibilité de se mettre en retrait. Ah oui ! Il est aussi fait mention des personnes atteintes de cirrhose du foie. Mauvais exemple pour la jeunesse que ces professeurs alcooliques qui boivent pour oublier Blanquer.

Ne figurent plus dans cette fameuse liste les affections respiratoires chroniques, les maladies cardio-vasculaires les malades atteints de diabète de type 1. Les malades du cancer soignés par « hormonothérapie » sont déclarés bons pour le service à croire que leur traitement relève de la médecine de confort. Ils ne vont quand même pas se la couler douce sous la couette avec leurs cachetons alors que d’autres participent à l’effort de redressement du pays.

En résumé et pour donner raison à un ministre de l’éducation nationale regonflé à bloc après deux mois de quasi silence, pas un enseignant ne manquera à l’appel lundi 31 août. S’il en tombe un (par exemple un cardiaque avec une insuffisance respiratoire), il sera immédiatement remplacé par un asthmatique chronique avec un syndrome Gilles de la Tourette. Il faut savoir qu’en mai circulait une autre liste des pathologies à prendre en compte en temps de Covid 19. Sûrement conçue par des gauchistes laxistes ou des agents russes infiltrés, payés par Poutine pour affaiblir l’économie française, elle avait le toupet de considérer qu’un agent atteint d’une maladie pulmonaire pouvait être dispensé de cours « en présentiel » (adjectif que personne ne connaissait avant le confinement, contraire du "distanciel" son siamois antonyme). On a sûrement découvert dans la nuit du 30 au 31 août que le coronavirus ne s’attaquait plus aux poumons ni au cœur et que si tel était le cas, par exception,  l’important était que chaque agent de la fonction publique d’éducation soit à son poste, prêt à être dupliqué par un clone en cas de défaillance. Que la machine tourne, pour le bien-être des élèves et de leurs parents (eux aussi sommés de retourner au charbon) que la réserve de « remplaçants » soit suffisante pour éviter le bug!

  Dans une administration où la médecine du travail est quasi inexistante ou réduite à sa plus simple expression (décider si un agent a le droit à un congé longue maladie ou s’il doit crever devant son tableau en martyr de la cause), le boulevard est ouvert aux vents mauvais. Qui, dans les personnels de santé des rectorats, protestera pour dénoncer ce décret inouï du 30 août 2020, qui, se souviendra du  serment d’Hippocrate et refusera de cautionner cette manœuvre indigne ? Qui expliquera à l’enseignant à bout de souffle ou porteur d’un pacemaker que le virus sait lire les listes du ministère de l’éducation nationale, en tiendra compte et s'attaquera donc en priorité à des trentenaires bien portants, au système immunitaire en béton armé?  Quel Diafoirus imbécile d’un comité d’experts décide que le cancéreux sous chimio est plus à risques que celui qui subit une hormonothérapie ? La manœuvre est d’un cynisme exécrable. S’il ne s’agit pas de sombrer dans une panique collective pourtant savamment entretenue pendant l’été (impossible d’échapper aux chiffres, aux statistiques et aux reproches même si on est un ermite sourd aveugle et muet dans une grotte), on pourrait attendre de l’Etat qu’il agisse avec discernement et ne mette pas en danger des personnes vulnérables qui l’étaient au printemps mais qui, sur la foi d'un décret providentiel, ne le sont plus en août. Après un passage à Lourdes ? Impossible, le site était fermé.

Le ministre de l’éducation nationale aura à répondre de ce décret de dernière minute et devra justifier ce revirement sanitaire (de l'ordre de  l'illumination). On peut déjà inciter le futur salarié contaminé, cardiaque ou atteint de fibrose pulmonaire sorti de la liste des « personnes vulnérables » en août, à constituer son futur dossier au civil. D’ici là, Covid 19, devenu fille pendant l’été (je ne retiens jamais l’explication) a de beaux jours devant elle/lui (du coup, je suis pour l’écriture inclusive).

Merci Blanquer que le devoir de réserve réinventé par ses soins protège de toute critique. Et bon courage à celles et ceux qui traîneront dans des pièces closes leurs poumons altérés, leurs cœurs affaiblis et leurs cancers non homologués devant trente élèves masqués artisanalement car quand même, on ne va pas procéder à des distributions gratuites! Un pourcentage de pertes autorisées, comme à l’armée.

On le sait depuis mars, la métaphore martiale est à la mode.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch