Les recettes faciles de mamie L'Oréal.

 Aujourd'hui nous allons préparer le fameux soufflet au scandale d'état, plat raffiné qui ravira les papilles des anarco-communistes de gauche comme celles des populistes d'extrême droite.

 

Aujourd'hui nous allons préparer le fameux soufflet au scandale d'état, plat raffiné qui ravira les papilles des anarco-communistes de gauche comme celles des populistes d'extrême droite.Pour faire un beau soufflet au scandale d'état il nous faut:
-Une milliardaire sénile à la tête d'un empire cosmétique accompagnée de son jus de collaborateurs zélés et dévoués à la gestion de sa colossale fortune, et déjà impliquée dans une enquête pour abus de faiblesse.
-Un ministre avec une tronche de premier de la classe, un casier aussi vierge que celui de Jacques Chirac, et marié à une des employés de la grabataire citée plus haut. Eviter de le choisir trop jeune , comme Barroin, trop maquillé, comme Bachelot, ou trop con, comme Estrosi. Faites en sorte qu'il soit en charge d'un dossier brulant comme par exemple la réforme des retraites.
-Un président de la République incompétent, imbus de sa personne et bourré de tics. Ne vous encombrez pas d'un président entier, une demi-portion suffira.
-Et pour finir, un journal indépendant pour faire monter le scandale en sauce aigre-dure. Si possible, faites en sorte que son Rédacteur en chef apprécie autant l'action du gouvernement qu'un supporter de l'équipe de France de football les choix stratégiques de Raymond Doménèque.
Une fois les ingrédients réunis nous pouvons passer à la préparation.
Pour que le scandale soit bien mûr et prêt à éclater, compter 3 ans de politique de répression et de coupes budgétaires.
Passer l'ensemble des contribuables à l'égouttoir et placer le résidus au frais et à l'abris d'un contrôle fiscal.
Dans une cocote-minute, faites monter la pression populaire en déposant au fond de votre récipient des vacances à bord d'un paquebot de Boloré, un diner au Fouquet's, une pincée de déclarations populistes et démagogiques, sans oublier les reconduites à la frontière systématiques pour acidifier le tout.
Faites flamber les prix du gaz, de l'électricité, de l'essence et du téléphone pour les faire caraméliser mais sans omettre d'augmenter le salaire présidentiel.
Une fois ces conditions réunies, faites revenir votre président dans une poêle très chaude afin de faire fondre sa côte de popularité.
Verser le tout dans un plat rond et laisser reposer pendant la durée du premier tour du mondial de football jusqu'à élimination de l'équipe nationale.
Saupoudrer le tout d'insultes sportives et d'évictions humoristique pour relever le goût. N'oublier pas que le scandale est amer en bouche c'est pourquoi il doit être enrobé de douceur.
Enfournez pendant un mois en prenant soins d'ajouter chaque jour une bonne dose de révélations et de démentis pour que le soufflet monte.
Pour ne pas qu'il s'effondre, annoncez un remaniement ministériel et quelques mesures décoratives sur le train de vie de l'état pour égayer l'ensemble.
N'oubliez pas qu'un bon plat se doit d'être parfaitement présenté pour vous donner l'eau à la bouche.
Lorsque le ministre aura remis sa démission, que la milliardaire se sera donnée la mort en ingurgitant un plein seau de caviar, et que le président sera hospitalisé pour malaise vagal et syndrome de gilles de la tourrette, vous pourrez sortir votre soufflet du four et vous régaler.
Pour accompagner un met aussi fin, je vous conseille une bonne bouteille de white spirit 1968 ou, pour ceux que les détergeant rebute, un grand verre d'eau de Floride réputé pour son indice octane.
Penser également à vous munir d'une bonne quantité de vaseline car le soufflet au scandale d'état ne se déguste que par le fondement et en une seule fois.
Il ne me reste qu'à vous souhaiter un bon appétit!!!
La prochaine fois je vous donnerai la recette de la grosse vache cuite dans son indemnisation de mission gouvernementale.

http://lahaineaveuglenestpassourde.blogspot.com

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.