Feuille d'athée.

Bonjour à tous. Critiquons, moquons-nous des riches, des puissants, des cons et mal-baisants, mais n'oublions jamais, que la haine aveugle n'est pas sourde.

Bonjour à tous.
Critiquons, moquons-nous des riches, des puissants, des cons et mal-baisants, mais n'oublions jamais, que la haine aveugle n'est pas sourde.
Quand il y a un mois, une bande de fous furieux ont déboulé dans la rédaction d'un journal satirique et anticlérical pour massacrer à coup de kalachnikov au nom de la vengeance d'un prétendu prophète qui, je le rappelle à l'attention des mécréants que rebute la lecture de l'arabe classique, se serait propulsé dans les airs, respectivement sous un soleil de plomb et à sa mort, sans jet-pack ni crise d'aérophagie carabinée, j'ai cru naïvement que nous allions une bonne fois pour toute nous débarrasser de ces mystiques adorateurs en combinant, sous la bannière endeuillée des phrases commençant par je et terminant à la lie, toute les forces des non-croyants, des blasphémateurs, des mangeurs de curés d'imams et de rabbins, sans préférence gustative pour les uns et les autres.
Attention cependant, je tiens à préciser que je n'ai absolument rien contre ceux qui pensent que tourner en rond autour d'un bâtiment cubique abritant les restes d'une météorite, suivre des coquillages en crapahutant à genoux et à travers l'Europe entière ou se lamenter devant un mur en se balançant comme des culbutos, leur apportera salut et compassion d'un créateur si omniprésent et potent qu'il ne se donne même pas la peine d'intervenir en personne mais préfère utiliser la plus imbécile et maladroite des créatures pour agir et transmettre ses desseins.
En revanche, je ne serais qu'outrage et blasphème, vomis satanique et prières en verlent, satire dans tous les coins et raillerie pour qui étreint les dogmes et saintanées écritures en bouclier protecteur de l'ignorance, dans l'unique but de manipuler la crédulité et le malheur des autres pour mieux assoir ce pouvoir sournois qui s'immisce, sous couvert de laïcité, dans la liberté que les hommes ont prétendument de choisir eux-mêmes la couleur de chaîne qu'ils auront autour du cou.
Vous l'aurez deviné je ne suis pas un athée light, sans sacre à rosse ajouté, et je m'étonne de n'entendre personne s'en revendiquer, à travers les presses, télés et internet, alors que d'après une étude datant de 2012 et publiée par Redc, nous serions près de 30% et au moins 34% d'agnostiques au pays du fromage qui put mais qui est bien fait pour nous.
Comment ne pas s'esbaudir du fait que les débats fussent confisqués par les représentants officiels de tous poils au culte ou par les défenseurs de la laïcité et de la liberté de croire, à condition que les autres croient exactement la même chose que moi.
En vérité, je vous le dis, mes bien chers frères, tout les religieux du monde sont tâtés par le fait athée car aucun ne croient que tous les dieux existent puisqu'ils sont convaincus que le leur est le bon, le seul et l'unique, réfutant du même coup l'existence de celui des autres affirmant un prédicat similaire.
Toujours est-il qu'en ce qui me consterne, mais ça n'enrage que moi, tant que les gardiens des voix divines continuerons de maltraiter les enfants en leur enfonçant dans le crâne la peur d'un fantôme tout puissant capable de leur faire subir une éternité de tourments s'il s'avise de se tripoter le zboob, de bouffer du sus scrofa domesticus, ou même d'avoir la moindre pensée impure, quand ils ne leur découpent pas purement et simplement un bout plus ou moins gros d'organe génital ou qu’ils rebouche à coup d'aiguille à sanctifier un orifice vaginal pour s'assurer qu'il demeure virginale, nous n'aurons jamais fini de devoir nous tordre le cerveau pour ne pas nous laisser aller à la facilité des amalgames, pour défendre la liberté de tous de croire ce que bon lui semble tant qu'il ne l'impose à personne d'autres qu'à lui même, et pour combattre la bêtise et l'occultisme sans choquer ni les crétins ni les gourous.
À bon électeur, salut!

Aiphix

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.