Indépendant ce temps là...

Bonsoir à tous. Critiquons, moquons-nous, des riches, des puissants, des cons et mal baisants mais n'oublions jamais que la haine aveugle n'est pas sourde.

Bonsoir à tous.


Critiquons, moquons-nous, des riches, des puissants, des cons et mal baisants mais n'oublions jamais que la haine aveugle n'est pas sourde.
Jamais, depuis les guerres de décolonisations qui ont jonché la seconde partie du siècle des lumières artificielles, les velléités d'indépendance n'auront été aussi forte qu'en ce début de siècle d'artifices lumineux. J'en veux pour preuve le cas de l'Écosse qui, il y a peu encore, avait bien failli se séparer à grand fracas de ce consortium d'états que sont le Royaume-Uni et dont la formalisation et les règles sont si alambiquées qu'un distillateur de red label y perdrait son saxon. Et dire que vous vous plaignez de la complexité du mille feuilles administratifs français, des lasagnes institutionnelles de l'Europe et des charlottes aux négociations secrètes à la mode TAFTA. Imaginez-vous un peu que les Scotish eux se coltinent ce genre de tartines de paperasserie, mais servit bouillies avec de la sauce à la mente, pour jouir du privilège de se sustenter à la table de sa majesté, elle est si bête que un et un font dieu, et ce depuis près 1000 ans. Je sais pas vous mais personnellement, après un millénaire de ce genre de régime de démocratie hyper-calorifique, en plus d'une crise de foi en l'état carabinée, j’escompterais moi aussi sinon à plus de sobriété dans le menu imposé qu'au moins pouvoir choisir à la carte la forme de gouvernement que je devrais servir.
Et que dire alors de la Crimée? Rien. On ne peut rien en dire et il ne faut rien en dire. Faites pas les cons hein? Si jamais Poutine ou Porochenko écoutaient! Entre le fascisme Russe et celui d'Ukraine, ce n'est pas seulement mon cœur qui risque de balancer mais bel et bien mon corps entier au bout d'une corde et dans une des geôles des deux tyrans. Et pendant ce temps, qu'advient-il du peuple criméen qui meurent d'envie d'indépendance et tout court, me direz-vous en usant d'un magnifique zeugma? Et bien eux aussi, comme nous l'apprenne Vladimir et Petro à corps et à cris mais on s'en balance!
Quand aux Catalans, et du haut de la finesse de mon analyse politico-autonomiste que vous avez pu vous-même constater, je leur prévois une cata rapide. En effet, la coalition qui souhaite s'extraire du joug du gouvernement Rajoy devra déjà répondre devant la justice espagnole pour justifier de l'impudence de remporter une majorité à l'assemblée locale après avoir commis un délit de désobéissance civil, oui c'est un délit là-bas, en organisant une consultation sur l'indépendance le 9 novembre dernier. Entre parenthèse, Rajoy, en plus d'être une parfaite enflure conservatristee qui conteste les résultats des autres quand ça l'arrange, serait à l'origine d'une incroyable quantité de luxation sévère de langues non hispanique ayant tenté sans échauffement de prononcer son patronyme. Alors c'est assez simple c'est rrra comme dans rrraciste et joy comme dans joyoyoyoye la catalogne va devenir indépendante.
Cela dit, et au risque de passer pour une Cassandre crachant pour se venger de son sort funeste dans la bouche des autres, j'ai bien peur que ce gouvernement local centriste soit aussi impotent à s'émanciper de sa fédération que celui de Tsipras l'était à faire plier les féroces financiers qui continuent d'asservir son peuple.
Toujours est-il qu'en ce qui me consterne, mais ça n'enrage que moi, un drapeau quel qui soit reste un drapeau, qu'il soit rouge et jaune ou or et rouge, bleu croisé de blanc ou blanc croisé de rouge, ou encore vert à paillette avec le cul de Kim Kardashian dans la colle, aucuns ne méritent qu'on meurt pour lui, qu'on s'en revendique, qu'on le brandisse ou qu'on le brule s'il n'est rien d'autre qu'un symbole idéologique ou qu'une lubie visant à
S alimenter une bisbille de clocher. Aux indépendantistes de faire leur choix mais qu'ils se rassurent d'une chose, tant que subsistera l'état sous toutes ses formes de représentation, leur indépendance ne consistera finalement qu'à tendre vers l'autre joug en voulant se libérer du premier.
À bon électeur, salut!

Aiphix

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.