Championnat mondial de la Démocratie.

Bonjour à tous. Critiquons, moquons-nous, des riches, des puissants, des cons et mal-baisants mais n'oublions jamais que la haine aveugle n'est pas sourde. Nous aimons tous la démocratie. Enfin, quand je dis tous, j'entends évidemment la majorité d'entre nous qui profitons de sa clémence, de sa douceur et des bienfaits qu'elles nous procurent en autorisant la majorité à représenter les autres.

Bonjour à tous.
Critiquons, moquons-nous, des riches, des puissants, des cons et mal-baisants mais n'oublions jamais que la haine aveugle n'est pas sourde.
Nous aimons tous la démocratie. Enfin, quand je dis tous, j'entends évidemment la majorité d'entre nous qui profitons de sa clémence, de sa douceur et des bienfaits qu'elles nous procurent en autorisant la majorité à représenter les autres. Une étude publiée par Journal of Democraty nous apprend qu'une véritable vague démocratique semble clapoter aux abords des côtes de popularité gouvernementales puisque, d'après elle, le régime démocratique serait prescrit dans 60% des cas d'étatiques triple A.
Youpi!
Fermons une bonne fois pour toute la parenthèse de cette période sombre, mais, fort heureusement, relativement courte de l'histoire de l'humanité où l'homme était un loup pour l'homme et embrassons d'une suave étreinte ce monde sans guerre, sans misère ni colère populaire que nous promet pour un avenir proche le système de gouvernance par procuration suffragère inventé par une bande de vieux barbus vivant le plus clair de leur temps la bite à l'air ou occasionnellement dans l'imberbe gosier de leurs disciples. Car si la majorité des peuples de notre grain de poussière stellaire ont adopté ce mode d'état, et, qu'en vertu de ses propres principes, la majorité suffit à déterminer un ensemble, alors nous pouvons affirmer sans aucune polémique et demi ni patibulaire plutôt dingo, et si tu ne comprends pas dit :"C'nest pas grave.", que la planète entière est démocrate!
Ben voilà, la messe est dite, rien à ajouter, un café, l'addition et patientons les bras croisés de prétextes que la grande démocratie debout, assis, debout, couché, roule en boule, fais la belle, donne la pa-patte, signe TAFTA, c'est bien, qu'elle déferle sur monde comme un caca mais aïe mais aïe de libertés indiscutables illuminant les peuples et de justice aveugle à bord d'un camion de migrants à deux vitesses les guidant de leur gré à moitié vide ou à moitié plein.
Mais j'entends déjà la cohorte des cocos concons, des jolis écolos nient de vacance et les anar nanarnanère me tancer de retourner ma veste encore plus rapidement que le transformiste opportuniste de la chanson éponyme de Dutron, au point de me montrer de quel bois ils se chauffent. Les premiers réfuterons le terme "démocratie" pour qualifier l'organisation étatique de l'Inde ou de l'Ukraine pourtant inclus dans les 60% de l'étude en question. Les seconds renchérirons à gorge déployée que l'entreprise capitaliste est la négation même du pouvoir au peuple et ne revendiquerons qu'un pouvoir direct seul à même de sauver la planète et ses habitants. Qu'en aux derniers, non content de ne pas être d'accord avec les autres, fustigerons l'idée même de représentation avant de brandir leur drapeau de félin rouge et noir en scandant l’international sur l'air de la marseillaise car ces sauvages inconscients ne respecte décidément rien.
Et moi je leur répondrais que leur idéaux de sales jeunes poilus et provocateurs j'veux pas de ça chez moi, que moi aussi j'ai eu des idées mais qu'il faut apprendre à être pragmatique, que c'est le seul système qui vaille preuve en est il est majoritaire même si je ne sais pas vraiment de quel système je parle, que si leurs idées étaient si réelles elles ne représenteraient pas qu'une minorité aussi légitime que celle de leur compagnon des autres extrêmes, bref que la démocratie qu'ils l'aiment ou qu'ils la quittent comme l'univers entier semble l'avoir accepter par progrès ou à force.
Toujours est-il qu'en ce qui me contraint mais ça n'arnache que moi, je n'ai l'impression de me sentir en pleine possession de mes moyens d'actions uniquement sitôt que j'accepte qu'un représentant se charge d'agir pour moi.
À ces mots le corps électoral ne se senti plus de joie. Et pour montrer qu'il a le choix il ouvre un large bec, et laisse tomber sa voix.
Le connard s'en saisit et dit "Mon bon idiot, apprenez que tout électeur vis au dépend de celui pour qui il vote"
Cette immorale vaut bien d'en faire un fromage mon pote.
À bon électeur salut.

Aiphix.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.