Sarko, et misère du Vatican

Bonjour à tous. Je ne suis pas ce que l’on peut appeler un fervent partisan de la calotte. Je ne suis pas baptisé et donc suis voué aux flammes de l’enfer éternel à moins que ce ne soit aux flammes éternelles de l’enfer. Encore une fantaisie de mes parents qui, après m’avoir affublé d’un ridicule prénom composé teinté d’une douce mélancolie du temps de l’évangélisation asiatique, se sont dit « Tiens maintenant qu’on lui a collé un prénom bien catho bonne famille, si on élevait ce petit dans la plus pure tradition de Dolto histoire qu’arrivé à l’age adulte il ne sache plus à quelle mamelle se vouer… » Si en plus vous ajoutez à cela une mère tellement juive (dans la tête faut pas déconner non plus) qu’elle a pensé à se faire circoncire (d’oreille, ha, ha, il faut penser à rire quand on aborde (eau rouge) un sujet (de pierre) aussi (tronc) grave (et César) que (de pie) la (pine) religion (euh.. merde je trouve pas là)).

Bonjour à tous. Je ne suis pas ce que l’on peut appeler un fervent partisan de la calotte. Je ne suis pas baptisé et donc suis voué aux flammes de l’enfer éternel à moins que ce ne soit aux flammes éternelles de l’enfer. Encore une fantaisie de mes parents qui, après m’avoir affublé d’un ridicule prénom composé teinté d’une douce mélancolie du temps de l’évangélisation asiatique, se sont dit « Tiens maintenant qu’on lui a collé un prénom bien catho bonne famille, si on élevait ce petit dans la plus pure tradition de Dolto histoire qu’arrivé à l’age adulte il ne sache plus à quelle mamelle se vouer… » Si en plus vous ajoutez à cela une mère tellement juive (dans la tête faut pas déconner non plus) qu’elle a pensé à se faire circoncire (d’oreille, ha, ha, il faut penser à rire quand on aborde (eau rouge) un sujet (de pierre) aussi (tronc) grave (et César) que (de pie) la (pine) religion (euh.. merde je trouve pas là)).
Bref les croyances de mon prochain, en règle générale, je m’en tamponne le coquillard comme de ma première MST.
Ce qui ne m’empêche pas d’être particulièrement indulgent et compréhensif envers ces sous-hommes qui croient en Dieu tout simplement parce qu’ils ont la trouille de la mort.
Bon je ne vais pas les accabler, c’est vrai que c’est réconfortant de s’imaginer qu’une fois notre courte et inutile existence à gesticuler dans tous les sens, à courir après le pognon et le bonheur, il existe une éternité quelque part où on peut continuer à se comporter exactement comme avant sans pour autant craindre pour son intégrité physique. Quoi que pour le coup l’Islam avec sa tripoté de vierges qui vous attendent là-haut lascives, débordantes de désir, prêtes à vous faire connaître jusqu’à la fin des temps les plaisirs les plus secrets de l’Orient a de quoi motiver des pauvres bougres sous-alimentés à faire sauter n’importe quelle ambassade. Tu m’étonnes que l'Église se plaigne de concurrence déloyale. A côté d’un gang bang interminable, la partie de belote avec le Père, le Fils, et le Saint Esprit ad vitam eternam a des allures de dimanche après-midi pluvieux dans une maison de retraite.
Mais là n’est pas le sujet de cette chronique. Non, on va parler aujourd’hui d’un pauvre petit garçon qui a fait une connerie et qui va se réfugier dans la jupe de son pape pour demander pardon.
Et oui notre rachitique président de la République de mon cul, est allé faire des ronds de jambe et des croix avec la main au Vatican pour bien montrer à son électorat de catholiques « démocrates » (notez l’oxymore, je le rappelle, le pape, entre autres de ses 10 titres pontificaux, est Souverain Pontife de l'Église universelle) que tout va pour le mieux avec son pote BeuBeu, et que c’est pas la peine de ne pas voter pour lui en 2012 sous prétexte qu’il aurait foutu dehors une bande de Tziganes connus pour leur talent de vilenies gallinacées.
Que le président Français aille rendre visite au Roi du Vatican, à la limite d’accord, ça n’a rien de choquant, que ce dernier le fasse dans un but électoraliste à moins de deux ans des présidentielles, soit, qu’il doive se plier au protocole consistant à se plier en deux à chaque fois Benoit XVI entre dans une pièce, passe encore, mais assister à une messe de son hôte et se signer QUATRE FOIS de suite, avec la ferveur qu’on lui connaît, je suis désolé mais ça c’est hors de propos.
Notre cher Souverain Poussif à nous a-t-il oublié qu’il est à la tête d’un état laïque, un des rares au monde à l’avoir inscrit dans sa constitution. Que quand il va baiser les pieds du Pape, il va nous représenter, nous tous, avec nos différents points de vue sur la question et différentes affinités spirituelles avec les représentants de l’ordre de mes deux Saints.
De toutes les conneries dont ce bon vieux Sarko nous a abreuvé ces trois longues années, celle de l’affichage publique de ses convictions religieuses est pour moi une des plus outrageuses qu’il puisse nous infliger.
Et puis honnêtement, aller visiter une vieille tante sur son lit de mort juste pour être sûr de toucher une part de l’héritage c’est quand même petit.
La manœuvre est certes grossière mais malheureusement peut, et à mon humble avis va, lui rapporter gros, et c’est bien ce qui m’emmerde.
Au nom du Père de fesse, du Fils de pute et du Saint Esprit la main dans le sac, Amen tes voix dans le tabernacle.

http://lahaineaveuglenestpassourde.blogspot.com/

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.