Nostalgie quand tu nous tiens.

Bien le bonjour.Ça va faire un moment que je n’ai pas déversé de bile et cela me manquait terriblement.Mais je vais faire court parce que, j’ai quand même pas que ça à foutre.
Bien le bonjour.
Ça va faire un moment que je n’ai pas déversé de bile et cela me manquait terriblement.
Mais je vais faire court parce que, j’ai quand même pas que ça à foutre.
Résumé des chapitres manquants : (oui ça va faire presque deux mois que je n’ai rien posté, je sais.)
Néant.
Nada.
Walou, que dalle.
En tout cas rien qui me pousse à sortir mon plus beau clavier et à me fracasser la tête contre les murs pour faire de belles phrases.
Mais avouons-le, il ne s'est strictement rien passé d'extraordinaire durant cet été 1936.
Non mais sans blague, si le chancelier Nicolas Sarkozy a décidé de reconduire la population romanichelle à la frontière, il est dans son droit. Tout est inscrit dans la loi, il s'en vante suffisamment.
Et puis, retourner chez soi après avoir visité Paris avec plus d'argent que quand on est arrivé, c'est camp même pas la mort.
Je ne vais pas commencer avec les blagues de mauvais goût sur les Juifs, l'holocauste et la Shoa et faire des comparaisons oiseuses entre deux époques qui n'ont strictement rien à voir.
C'est vrai ça, c'est quoi ces rappels douloureux du passé, la situation d'alors était complètement différente :
- Déjà le dictateur était certes petit, colérique, élu parce qu'il foutait la trouille à tout le monde, s'était marié avec deux femmes bien trop belles pour lui, vivait dans le luxe, était raciste, violent bourré de tics et fanatique, mais en 1936, il était allemand.
- Ensuite la crise économique était beaucoup plus faible et les états étaient ruinés depuis un long moment, alors que maintenant, notre crise, c'est pas une crise comme les vieux ils ont connu et que nous ben la richesse si on l'a pas, on spécule dessus. C'est quand même plus sain.
- Et pour finir, le peuple persécuté avait un peu les mêmes fringues, la même façon de vivre, mais au moins maintenant ils sont plus faciles à reconnaître. C'est que c'est difficile de planquer une caravane dans son dos lors d'un contrôle policier.
Non vraiment rien à voir.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.