En Goguette #7 : Je vire les Roms. Festival de goguettes de Anères.

Bonjour à tous!

Bonjour à tous!

NINO FERRER - Je Vends des Robes © j.f clowndelespace
La semaine de boulot est enfin terminée et il me restait un fond de tiroir de  la semaine dernière à Anères donc voici que voilà. Celle-ci se chante sur l'air de "Je vends des robes" de Nino Ferrer et raconte le plan de Manuel Valls pour conquérir l'Élysée depuis sa forteresse de Matignon.

Je vire les Roms,
Les Lybiens et les Kurdes, parents, enfants,
De toutes les religions,
Avec ou sans raisons,
Je les fous en prison
D'la pire espèce ou en charter pour l'Afrique.

Du soir à l'aube,
à Calais, Vintimille je fais la loi
Pour plaire à l'opinion,
Contre l'immigration,
De ceux qui porte des noms
D'la pire espèce et justifier ma politique

Si j'aurais pu, j'aurais aimé, déjà faire campagne, déjà faire campagne
Si j'aurais pu, j'aurais aimé, déjà faire campagne pour l'Élysée

Avec des fanions à foison, des tensions, foutre les jetons
À nos voisins, aux crétins, aux martiens inopportuns
À l'usure, je carbure, j'assure ma candidature
Grâce au poulets, aux mémés effrayés MAIS

Hollande veut'l'job,
Même si dans le parti la base gronde
Les gauchos n'sont pas prêts,
À laisser y aller
Et tous ces encartés
D'la pire espèce s'opposent à mon ordre étatique

Du coup j'dérobe
Les idées de Sarko des grands patrons
Mais en faisant attention
À c'que mes ambitions
N'éveillent pas les soupsons
D'la pire espèce au Président d'la République

Si j'aurais pu, j'aurais aimé, déjà faire campagne, déjà faire campagne
Si j'aurais pu, j'aurais aimé, déjà faire campagne pour l'Élysée
En récoltant des dons de Macron, des Bourbons, des franc-maçons

Des pépettes par brouette, je raquette pour ma conquête
Je torpille les bisbilles, embastille les jonquilles
J'fais l'malin à Pékin avec Sapin ce vieux gredin
Je déterre les affaires financières d'mes adversaires
J'escarmouche de cartouches les paluches des duduches
Pas facile d'être crédible quand t'es élu par des débiles
Et j'enrage des sondages des ménages des déballages
Avec des fanions à foison, des tensions, foutre les jetons
À nos voisins, aux crétins, aux martiens inopportuns
À l'usure, je carbure, j'assure ma candidature
Grâce au poulets, aux mémés, aux pépés effrayés...

À bon goguettier, salut !
Aiphix.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.