Greta Thunberg : «le monde des adultes» est-il la bonne cible?

«J'aimerais que les adultes prennent leurs responsabilités. Mais comme personne ne fait rien, c'est à nous de le faire»

Greta Thunberg, "le monde des adultes" est-il la bonne cible ?

On peut se réjouir lorsque la talentueuse Greta Thunberg mobilise et inspire l'opinion publique, et tout particulièrement les plus jeunes générations sur l'impérieuse urgence écologique. On peut dénoncer les attaques déshonorantes dont elle fait l'objet, en France et ailleurs. Mais, compte tenu de l'influence qu'elles peuvent avoir, on peut aussi publiquement faire valoir des réserves, voire des désaccords avec certaines de ses déclarations.

Greta Thunberg déclare : "J'aimerais que les adultes prennent leurs responsabilités. Mais comme personne ne fait rien, c'est à nous de le faire".

Cette culpabilisation est injuste.  L'apathie, le déni ou le conformisme social des adultes ne sont objectivement pas les seules causes de la dévastation écologique en cours. Contre celle-ci, on pourrait évidemment citer des milliers d'exemples d'adultes qui s'investissent sans relâche. On pourrait rappeler aussi qu'en 2018, 164 défenseurs de la nature ont été tués en raison de leurs engagements (1).  Simplement, même avec une énergie à toute épreuve et la meilleure volonté du monde, la marge de manœuvre dont dispose la plupart les adultes est très souvent dramatiquement limitée. Le constat d'impuissance qui a motivé la spectaculaire démission d'un ministre le 28 août 2018 est, à cet égard, assez éclairant.

Ce qui pose véritablement problème, c'est la dépolitisation des enjeux de l'urgence écologique. Le monde des adultes rassemble Naomi Klein et les frères Koch, Berta Caceres et les dirigeants d'entreprise qui ont commandité son assassinat, José Mujica et Jair Bolsonaro, Vandana Shiva et les actionnaires de Cargill. Ce monde n'est, en tant que tel, ni un acteur politique, ni un acteur idéologique, ni un acteur économique. Cibler le monde des adultes revient à cibler plus ou moins tout le monde pour au final ne cibler à peu près personne. Dit autrement, les personnalités, les entreprises transnationales, les lobbies, les gouvernements, les électorats, les médias et les institutions qui ont une responsabilité toute particulière dans l'état actuel du monde ne peuvent qu'applaudir à cette culpabilisation quasi générale.

Les déclarations de Greta Thunberg sur le monde des adultes peuvent cependant présenter un intérêt. Elles mettent en lumière l'importance pour les mouvements de lutte et d'émancipation, et notamment ceux qui impliquent les jeunes générations, de débattre, ou de continuer à débattre, de la question de la conflictualité. Nous sommes de plus en plus nombreux à constater l'évidence : l'humanité fait face à une conjonction d'urgences, écologique, sociale, démocratique et culturelle. Il serait par conséquent urgent de se mettre d'accord sur la question de savoir contre qui et contre quoi il s'agit de s'élever. Contre le capitalisme financier, contre le capitalisme tout court, contre la lâcheté, l'impuissance ou l'aveuglement des décideurs politiques, contre la nature humaine, contre le monde des adultes ?

S'agissant de responsabilités, interrogée sur sa position concernant le CETA (2), quelques heures avant sa ratification par l'Assemblée nationale, Greta Thunberg déclara publiquement n'avoir aucune opinion sur ce vote. Est-il responsable de discourir avec brio et précision sur l'effondrement écologique et ne pas avoir d'avis sur l'hégémonie de la finance et la marchandisation du monde qui le provoquent ? Il serait peut-être judicieux de s'en forger un, et vite.

Stéphane Cuttaïa

coordinateur socio-culturel

initiateur collectif citoyen Gilets Verts

 

(1) selon le bilan annuel de l’ONG Global Witness 

(2) accord commercial bilatéral de libre-échange entre l'Union européenne et le Canada

Photo: Comisión Interamericana de Derechos Humanos © Photo: Comisión Interamericana de Derechos Humanos Photo: Comisión Interamericana de Derechos Humanos © Photo: Comisión Interamericana de Derechos Humanos

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.