CETRI Asbl
Le Centre tricontinental est un centre d’étude, de publication et de formation sur le développement, les rapports Nord-Sud, les enjeux de la mondialisation et les mouvements sociaux en Afrique, Asie et Amérique latine.
Abonné·e de Mediapart

42 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 oct. 2021

Pour une relance économique féministe post-covid

Le Covid-19 apparaîtra certainement, avec le recul du temps, comme une composante significative de la « matrice générationnelle », un élément qui a marqué de son empreinte une génération entière. Attention toutefois à ne pas verser dans l’« illusion dangereuse de l’égalité devant l’épidémie ». Les effets de la pandémie ont été différenciés voire disproportionnés selon les catégories sociales.

CETRI Asbl
Le Centre tricontinental est un centre d’étude, de publication et de formation sur le développement, les rapports Nord-Sud, les enjeux de la mondialisation et les mouvements sociaux en Afrique, Asie et Amérique latine.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© (Photo : UN Women/Fahad Abdullah Kaizer CC https://www.flickr.com/photos/unwomenasiapacific/50038117337)

Une analyse d'Aurélie Leroy (chercheuse au CETRI, Centre tricontinental)

Les travailleuses dans la crise

En matière de genre, les études [2] sont nombreuses pour démontrer comment la crise a frappé durement les femmes, et plus encore les femmes « racisées », autochtones et appauvries. Celles-ci ont d’abord été plus exposées au virus, car elles constituaient la majorité des travailleuses de la santé, des prestataires de soin et des métiers de contact.

Ce lien direct entre contamination et division sexuelle du travail a exposé en pleine lumière les rapports de pouvoir qui régissent la ségrégation sexuée des métiers. Alors que les femmes représentent, au niveau mondial, 70% des travailleuses de la santé, celles-ci sont sous-représentées au niveau décisionnel (24%) dans les groupes de travail qui coordonnent les réponses politiques à la pandémie.

La hiérarchie des emplois en matière de prestige social et de rémunération ne coïncide pas avec celle fondée sur l’utilité sociale. En Belgique, au plus fort de la crise, la liste des activités dites essentielles – au sens de vitales – reprenait des métiers fortement féminisés à faible valeur sociale ajoutée et faiblement rémunérés.

Ce paradoxe est au cœur même de la logique capitaliste. Pour engranger des profits, notre système dépend de ces travailleurs et travailleuses essentielles, mais plutôt que de leur reconnaître leur caractère central, il les dénigre en leur octroyant des bas salaires et des sous-conditions de travail.

À côté de ce travail de première ligne, nombreuses sont les femmes qui ont été touchées de plein fouet par la récession induite par le covid-19, qualifiée de « she-cession » [3] par l’économiste Armine Yalnizyan, et plus encore celles confrontées à des inégalités multiples. Dans de nombreux pays, la première vague de licenciements a touché en priorité le secteur des services « en contact avec la clientèle », tels que les soins de santé, le commerce de détail, la restauration et l’hôtellerie où les femmes sont surreprésentées. Or, au niveau mondial, près de 40% (soit 510 millions) de l’ensemble des femmes salariées travaillaient dans les secteurs qui ont été les plus impactés. En cela, cette crise a différé des récessions précédentes qui touchaient en premier les secteurs industriels de la production de biens, à prédominance masculine.

Dans les économies en développement où 70% des femmes travaillent dans l’économie informelle, sans protection sociale ni filets de sécurité, la réduction des activités économiques et la contraction des moyens de subsistance s’est traduite par une chute directe des revenus, un accroissement de la pauvreté et une aggravation de l’insécurité alimentaire. Le PNUD estimait déjà, il y a un an, que 47 millions des femmes et des filles avaient basculé dans une pauvreté extrême depuis l’annonce de la pandémie, inversant des décennies de progrès vers l’éradication de l’extrême pauvreté et d’avancées, même modestes, en matière d’égalité de genre.

Une relance féministe indispensable

Des mouvements sociaux et féministes à travers le monde ont très tôt revendiqué la mise à l’agenda de plusieurs principes et actions jugés indispensables à une relance féministe post-covid [4].

Indispensable, d’abord, car la crise a dévoilé les failles répétées d’un modèle économique excluant, violent et insoutenable fondé sur un marché sans entrave et que la « reprise » constitue pour ces acteur.trices un moment clé pour déloger les inégalités structurelles et recadrer l’économie politique vers des systèmes économiques qui soient plus justes, équitables et durables. Il est urgent, comme l’a souligné le président de l’Argentine, lors du forum « Génération égalité » qui s’est tenu à Paris début juillet 2021, « de mettre la lumière sur les écarts entre les genres qui se sont creusés avec la crise et d’adopter des politiques publiques fortes visant à éradiquer les modèles d’inégalité structurelle » [5]. Néanmoins, en dépit des évidences, peu de pays proposent des mesures concrètes sensibles au genre dans leurs plans d’action contre la pandémie. « Sur 580 mesures fiscales prises dans 132 pays en réponse à la pandémie, seules 12% visaient les secteurs dominés par les femmes » [6].

Nécessaire ensuite, car la pandémie a entraîné un type de récession atypique dont les conséquences économiques frappent les femmes davantage que les hommes. Selon l’OIT, les inégalités entre hommes et femmes à travers la planète, qui se sont aggravées au sein du monde du travail pendant la pandémie, vont « persister dans un avenir proche » [7]. Les femmes n’ont pas retrouvé, contrairement aux hommes, des niveaux d’emploi équivalant à la situation d’avant-pandémie. Des plans de relance « non traditionnels » [8], soucieux des questions de genre sont dès lors à échafauder afin d’investir là où sont les femmes, en particulier dans le travail du life-making ou de « réalisation de la vie ».

Des investissements solides dans l’économie de soin et dans les infrastructures sociales, ainsi qu’une revalorisation des conditions de travail des personnes employées dans ces secteurs sont essentiels à la fois pour atteindre l’objectif d’une relance « inclusive » et pour modifier les disparités de genre à ce niveau. La pandémie a souligné le rôle central du travail de soin dans le fonctionnement des sociétés et de l’économie. Or, cette fourniture de services aux familles, aux communautés et à l’économie continue de se faire principalement au travers du travail domestique invisible et gratuit des femmes et au travers de jobs précaires supportés par des personnes racisées, immigrantes ou indigènes.

Ce constat n’est pas neuf, mais le côté amplificateur de la pandémie a mis en lumière les faiblesses profondes de nombreux gouvernements qui, plutôt que d’investir en priorité dans des infrastructures de soin et des services de qualité, font dépendre la survie des gens de la solidarité communautaire et supporter le poids des crises successives aux femmes. Celles-ci sont alors contraintes d’assumer un rôle d’amortisseur, en intensifiant leur charge de travail et en fournissant des formes variées de travail gratuit au nom de l’urgence et de la solidarité. Cette démultiplication d’activités de survie a notamment eu pour corollaire, lors de chocs passés, d’éloigner plus encore les femmes du marché du travail rémunéré et d’un travail décent.

La reconstruction de l’économie ne signifie pas un simple « retour à la normale », une situation qui serait jugée insatisfaisante par de nombreux groupes subalternes confrontés aux inégalités et aux discriminations. La relance se doit de soutenir les populations qui ont été les plus touchées par la crise et être au service de la collectivité et de l’environnement. Au Nord, les travailleuses domestiques, saisonnières, sans-papiers, migrantes qui ont assumé des activités essentielles pendant la pandémie réclament que leurs droits soient reconnus, qu’elles fassent partie de l’équation et qu’on leur donne de la visibilité et des moyens dans le cadre des politiques de reprise.

Dans les contextes dégradés de nombreux pays du Sud, caractérisés par la faiblesse des services publics, des conditions de travail précaires, des marges de manœuvre politiques et budgétaires limitées, les États devraient pouvoir concentrer leurs moyens sur la satisfaction des besoins fondamentaux de leur population. Or, le fardeau de la dette est tel que plus de 150 pays – surtout parmi ceux à revenus faibles ou intermédiaires – seront contraints, selon les projections du FMI, de réaliser des coupes budgétaires en 2021 et 2022 pour répondre à leurs obligations en matière de dette. Cela signifie que 6,6 milliards d’individus – soit 85% de la population mondiale – vivront dans des conditions d’austérité défavorables qui affecteront leurs conditions d’existence et aggraveront les inégalités de genre. Alors que cette crise pourrait être l’occasion de faire les choses autrement, le risque d’une «  reprise bâclée » [9] est néanmoins élevé, particulièrement pour les pays en développement.

Les économistes féministes soutiennent de longue date que la finalité de l’économie doit être repensée et mise au service du vivant (des peuples et de la planète) et non du profit et de la croissance à tout prix. En reconstruisant nos sociétés selon de nouveaux paradigmes et en optant pour une économie durable et socialement juste, cela garantirait des moyens de subsistance pour chacun.e et romprait avec cette représentation du travail de soin et de l’environnement comme associés à des ressources illimitées ou de la matière inerte qui peuvent être utilisées gratuitement ou épuisées sans coût ni conséquences.

L’ajustement des mesures et des plans de relance ne se fera pas sans mal au regard des forces politiques et sociales régressives, hostiles notamment à l’agenda et à la justice de genre. La société civile, les mouvements sociaux et féministes, les organisations communautaires devront dès lors continuer à exercer sans relâche une pression sur les acteur.trices politiques pour exiger des politiques et des mesures transformatrices concrètes.

« Reclaim » (Émilie Hache), l’un des maîtres mots des luttes politiques écoféministes, trouve un écho dans l’épisode pandémique actuel. Réparer notre « monde » (au sens large des environnements et des corps), le reconstruire, en prendre soin en tenant compte de son indispensabilité et de sa vulnérabilité sont des enjeux qui résonnent avec acuité à l’heure de la « reprise ».


Notes

[1https://www.college-de-france.fr/site/didier-fassin/L-illusion-dangereuse-de-legalite-devant-lepidemie.htm

[2] Lire à ce sujet la dernière étude d’ONU Femmes : https://www.unwomen.org/-/media/headquarters/attachments/sections/library/publications/2021/feminist-plan-for-sustainability-and-social-justice-en.pdf?la=en&vs=3235

[3] Contraction en anglais désignant une récession affectant en premier lieu les femmes. https://atkinsonfoundation.ca/atkinson-fellows

[4] Lire notamment à ce sujet : https://www.awid.org/fr/publications/manifeste-dun-sauvetage-feministe-une-relance-economique-mondiale-feministe ; https://africanfeminism.com/african-feminist-post-covid-19-economic-recovery-statement/ ; etc.

[5https://legrandcontinent.eu/fr/2021/07/07/construire-une-perspective-latino-americaine-sur-nos-priorites-pour-cette-nouvelle-etape-de-la-reconstruction-une-conversation-avec-cecilia-nahon/

[6https://www.unwomen.org/-/media/headquarters/attachments/sections/library/publications/2021/feminist-plan-for-sustainability-and-social-justice-en.pdf?la=en&vs=3235

[7https://www.ilo.org/global/about-the-ilo/newsroom/news/WCMS_813467/lang--fr/index.htm

[8https://static1.squarespace.com/static/5f0cd2090f50a31a91b37ff7/t/5f858a512bdf833c41c07538/1602587239024/Un-plan-de-relance-e%CC%81conomique-fe%CC%81ministe-pour-le-Canada.pdf

[9https://www.unwomen.org/-/media/headquarters/attachments/sections/library/publications/2021/feminist-plan-for-sustainability-and-social-justice-en.pdf?la=en&vs=3235

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux