CETRI Asbl
Le Centre tricontinental est un centre d’étude, de publication et de formation sur le développement, les rapports Nord-Sud, les enjeux de la mondialisation et les mouvements sociaux en Afrique, Asie et Amérique latine.
Abonné·e de Mediapart

43 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 nov. 2021

Effacement et impunité des violences de genre

Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction fondée sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction de certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.

CETRI Asbl
Le Centre tricontinental est un centre d’étude, de publication et de formation sur le développement, les rapports Nord-Sud, les enjeux de la mondialisation et les mouvements sociaux en Afrique, Asie et Amérique latine.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ni Una Menos 2016 / Montevideo, Uruguay © Chinita CC https://link.infini.fr/6MP6qabX

Par Aurélie Leroy, chargée d'étude au CETRI - Centre tricontinental.

Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur le fait que l’égalité en droit a été acquise dans plusieurs domaines ; ou sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure.

Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.

Effacement, car toute violence n’est pas bonne à dire. Se positionner contre les violences « domestiques », « conjugales » ou « intrafamiliales » est une chose, mais combattre les relations de pouvoir inégales au fondement des violences institutionnelles et structurelles en est une autre.

Depuis les violences sexuelles à la division sexuelle du travail, de la double ou triple journée des femmes en passant par leur exclusion des champs littéraires et médiatiques [1], de la violence physique à celle symbolique, c’est un même rapport de pouvoir, une même mécanique sophistiquée d’assujettissement, qui est à l’œuvre.

Des formes de discrimination, différentes en apparence, mais qui, toutes, composent la trame d’un même récit.

Impunité, car en affirmant que la violence est le fruit d’un acte isolé, individuel et donc « accidentel », aucune remise en cause de la perpétuation de la domination masculine ou des assignations de genre n’est possible, ni celle de la responsabilité que les institutions, le droit et les organisations du travail ont dans la perpétuation des discriminations sexistes, en particulier celles envers les femmes pauvres et racisées.

Ce qui frappe dans les explosions mobilisatrices récentes - MeToo, NiUnaMenos, Balance ton porc, ton bar, ton folklore, Black Lives Matter, etc. – c’est que le temps de la prise de conscience s’est accéléré.

Les conditions d’existence et la politique d’effacement et d’impunité de la violence sont devenues « étouffantes ». Il y a un refus dès lors de faire comme si on ne savait pas, une urgence de changements radicaux pour éradiquer les multiples formes que revêt la violence et saper les structures de domination et d’exploitation solidement ancrées dans notre société.

Si les lignes bougent un peu, c’est aussi en raison de l’héritage de générations successives de féministes et grâce aux mobilisations incessantes que des mouvements de femmes ont menées aux quatre coins du monde.

Ce besoin de réclamer leurs droits et de rompre avec des injonctions sociales inacceptables suscite toutefois un déferlement de campagnes anti-genre, anti-avortement, anti-féministes, nourries par des contextes sociopolitiques hostiles où se conjuguent néolibéralisme, populisme et conservatisme.

Pas une semaine ne passe sans une offensive visant à disqualifier des luttes féministes – jugés trop « radicales », « intersectionnelles », ou « écologistes » – ou des savoirs scientifiques réduits à des seules idéologies ou orientations politiques.

Le dynamisme féministe a mis en avant ces dernières années la centralité de la violence qui ponctue toutes les étapes et tous les domaines de la vie des femmes.

En descendant dans la rue, les femmes ont massivement dénoncé des abus et des pratiques qui autrefois demeuraient sous silence et ont aussi démontré, une nouvelle fois, leur pouvoir d’agir. Un rapport de force, une mise en accusation, une critique vitriolée engageant la responsabilité des pouvoirs publics, pour que ne se renouvellent pas impunément, dans la fréquence et dans le temps, les violences à l’encontre des femmes.

Photo: Ni Una Menos 2016 / Montevideo, Uruguay
Chinita CC https://link.infini.fr/6MP6qabX

A ce sujet, lire aussi Violences de genre et résistances

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès