CETRI Asbl
Le Centre tricontinental est un centre d’étude, de publication et de formation sur le développement, les rapports Nord-Sud, les enjeux de la mondialisation et les mouvements sociaux en Afrique, Asie et Amérique latine.
Abonné·e de Mediapart

46 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 déc. 2019

Le cri des femmes chiliennes au reste du monde

Entendue à Santiago le 25 novembre, à Bruxelles la semaine dernière, à Liège hier, et entre-temps aux quatre coins du monde, cette chorégraphie chantée sur le thème « le violeur c’est toi ! » bouscule, importune délibérément pour déchirer le silence, dénoncer les violences sexistes, l’impunité des agresseurs et l’immobilisme des autorités.

CETRI Asbl
Le Centre tricontinental est un centre d’étude, de publication et de formation sur le développement, les rapports Nord-Sud, les enjeux de la mondialisation et les mouvements sociaux en Afrique, Asie et Amérique latine.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vidéo du premier « happening » du collectif « Las Tesis », le 25 novembre dans les rues de Santiago au Chili.

Vidéo du happening « Un violeur sur ton chemin » le 2 décembre à Bruxelles

Au lendemain du 25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, les rues de Mexico, Madrid, Lima, New York, Bogota, Berlin, Buenos Aires, Paris, Istanbul ou Bruxelles résonnent encore des voix de dizaines de milliers de femmes en colère qui ont tonné à l’appel de leurs homologues chiliennes et du collectif Las Tesis [Les Thèses], à l’origine du mouvement.

Alignées, les yeux bandés, martelant le sol à l’unisson, elles ont scandé un chant puissant sans concession, à donner le frisson. « La coupable ce n’est pas moi, ni mes fringues, ni l’endroit. Le violeur, c’est toi !  ». Prononcé pour la première fois à Santiago, ce message entend dénoncer les violences sexistes, les féminicides - 3 529 femmes ont été assassinées en 2018 dans 25 pays d’Amérique latine -, mais aussi et surtout l’impunité des agresseurs sexuels, la passivité et l’inaction des autorités.

Au Chili comme ailleurs, les plaintes déposées pour viol sont la pointe émergée de l’iceberg. Elles sont les cas visibles, déclarés où la parole de femmes meurtries a été osée. Mais pas forcément écoutée. Et beaucoup d’autres ayant été agressés sexuellement n’ont jamais passé les portes d’un commissariat et se sont murées dans le silence. Par peur, par honte, ou par manque de confiance dans les institutions. D’autant plus que « s’exposer », prendre le risque de parler ne garantit pas que la plainte aboutisse. Les études démontrent que les agressions sexuelles débouchent rarement sur une condamnation, seulement 8% au Chili…

Une triste réalité propre au Chili ? Il y aurait en Belgique près de 100 viols par jour. Seule une victime sur six déposerait plainte à Bruxelles, et le pourcentage des plaintes qui mènent à une condamnation est dérisoire. Le récent et bouleversant témoignage de l’actrice Adèle Haenel démontre que les institutions publiques et la société mises en cause, sont aussi les « nôtres ».

Mais ce 25 novembre, les femmes ont envahi les espaces, sont sorties de leur silence et ont fait front pour dénoncer l’injustice : « Le violeur : c’est la police. C’est la justice. C’est l’État, la société ». La violence contre les femmes n’est pas qu’un acte individuel. Ses racines plongent dans les structures patriarcales de nos sociétés, dans une « culture du viol » profondément ancrée, qui passe l’éponge sur les lacunes, la complicité des politiques publiques, des dirigeants, des institutions, des médias, qui en arrivent à blâmer les victimes agressées (« elle l’a bien cherché ! ») ou à minimiser, voire à excuser les faits commis.

Ce cri de révolte s’inscrit dans un climat de violence généralisée à l’égard des femmes au Chili. Mais il s’élève aussi pour protester contre la répression ciblée et brutale dont les femmes font l’objet dans le cadre des manifestations d’opposition massives de ces dernières semaines contre le gouvernement Piñera. Selon une enquête de Human Rights Watch, au cours des trente premiers jours de la contestation, des 442 plaintes déposées pour dénoncer un recours excessif à la force de la police à l’encontre des manifestants, 71 concernaient des abus sexuels.

L’une des quatre « art-ivistes » du collectif Las Tesis, Paula Cometa, a affirmé que la police a activement découragé les femmes à participer aux manifestations, en les intimidant, en les discréditant et en utilisant la violence sexuelle et les agressions physiques comme un avertissement lancé pour répandre la peur et inciter à l’immobilisme. L’artiste Daniela Carrasco et la photo-journaliste Albertina Martínez Burgos ont ainsi été retrouvées mortes dans des circonstances suspectes qui laissent supposer une implication des forces de l’ordre.

Ces actes rappellent ce qui s’est donné à voir dans d’autres régions du monde, notamment lors des soulèvements arabes, où des régimes autoritaires menacés ont eu recours aux violences genrées et à des accusations d’ « immoralité publique ». En agitant le spectre de la « panique morale », l’État a pu ainsi opportunément s’afficher, en contrepoint, comme un gardien de l’ordre contre l’immoralité, justifiant ainsi la poussée autoritaire et la répression envers les dissidents.

Les luttes des femmes chiliennes sont d’autant plus remarquables qu’elles s’inscrivent dans un contexte national et international contraignant, marqué par la droitisation de la politique et la montée au pouvoir de gouvernements ultralibéraux, conservateurs et répressifs. Au cours de ces derniers mois, elles ont démontré leur caractère inépuisable et omniprésent en reprenant les « thèses » féministes, en faisant émerger dans le débat public plusieurs de leurs principaux mots d’ordre, que ce soit à l’occasion de la grève du 8 mars, Journée internationale des femmes, ou lors du mouvement des étudiantes contre le harcèlement et les agressions sexuelles dans les universités. Cette résistance féministe inlassable fait ainsi écho aux paroles de Simone de Beauvoir : « N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ». Message bien reçu.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal
À Perpignan, l’extrême droite s’offre trois jours de célébration de l’Algérie française
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire Louis Aliot (RN) met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à « l’œuvre coloniale ».
par Lucie Delaporte
Journal — Énergies
Gaz russe : un moment de vérité pour l’Europe
L’Europe aura-t-elle suffisamment de gaz cet hiver ? Pour les Européens, le constat est clair : la Russie est déterminée à utiliser le gaz comme arme pour faire pression sur l’Union. Les risques d’une pénurie énergétique ne sont plus à écarter. En première ligne, l’Allemagne évoque « un moment Lehman dans le système énergétique ».
par Martine Orange
Journal — Terrorisme
Attentat terroriste à Oslo contre la communauté gay : « Ça nous percute au fond de nous-mêmes »
La veille de la Marche des fiertés, un attentat terroriste a été perpétré contre des personnes homosexuelles en Norvège, tuant deux personnes et en blessant une vingtaine d’autres. En France, dans un contexte de poussée historique de l’extrême droite, on s’inquiète des répercussions possibles. 
par Pauline Graulle

La sélection du Club

Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu