CETRI Asbl
Le Centre tricontinental est un centre d’étude, de publication et de formation sur le développement, les rapports Nord-Sud, les enjeux de la mondialisation et les mouvements sociaux en Afrique, Asie et Amérique latine.
Abonné·e de Mediapart

46 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 sept. 2019

Un rapport de domination, l’échange touristique ?

Quoi qu’en disent ses gentils promoteurs, quoi qu’en pensent ses heureux bénéficiaires, l’analyse du tourisme international en tant que rapport social de domination apparaît comme l’une des approches les plus fécondes pour rendre compte de la réalité des flux, des échanges et des impacts qui le constituent.

CETRI Asbl
Le Centre tricontinental est un centre d’étude, de publication et de formation sur le développement, les rapports Nord-Sud, les enjeux de la mondialisation et les mouvements sociaux en Afrique, Asie et Amérique latine.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Les tour-opérateurs, les vacanciers et les professionnels du secteur ont beau jeu de faire du tourisme un moteur de croissance, un vecteur d’émancipation, voire ces dernières années un artisan du développement durable, l’expansion continue de la mobilité récréative sans frontières tend, dans ses formes dominantes, à aggraver les asymétries et à élargir les fractures. Et ce, tant sur les plans économique et financier qu’en matière sociale, environnementale, culturelle, voire politique.

De masse ou de niche, la déferlante du tourisme international – qui a doublé de volume en moins de vingt ans (1,4 milliard de séjours à l’étranger en 2018 pour 675 millions en 2000) – n’en reste pas moins, à l’échelle de l’humanité, l’apanage d’une minorité de privilégiés. Moins de 500 millions de migrants de plaisance (dont une part croissante prend le large plusieurs fois par an), c’est-à-dire quelque 7% de la population mondiale, pour environ 93% ... d’assignés à résidence. En termes de « démocratisation » d’accès à un droit dit « universel » – article 13.2 de la Déclaration des droits de l’homme –, on a fait mieux. En Europe il est vrai, approximativement 50% (et non plus seulement 7%) des citoyens sont en position politique, culturelle et économique de sortir de leurs frontières pendant leurs congés.

Mais au sein même, cette fois, de ces transhumances de chanceux élus, prévalent aussi des rapports de domination. Des rapports de domination symbolique, préciseraient les lecteurs de Bourdieu. Des rapports de distinction établis sur un usage social différencié des vacances : du touriste lambda qui souhaite « faire comme tout le monde » (au risque du « surtourisme ») au touriste hors-piste qui entend bien « ne pas faire comme tout le monde » (au risque de l’« exclusivisme »). Si le premier engorge volontiers les destinations phares en imitant ses pairs, le second évite comme la peste les périodes et les endroits populeux. Il enrage d’ailleurs d’être catalogué « touriste », lui le « voyageur » qui se démarque des us et coutumes du tourisme moutonnier, le « citoyen du monde » adepte des déambulations culturelles, des écolodges revitalisants, des immersions humanitaires ou des sports extrêmes. La surenchère participe d’un creusement des écarts entre strates sociales, observent les auteurs de Sociologie du tourisme. [1]

Mise en tourisme et concentration des profits

Cela étant, là où le tourisme international se donne le plus à voir comme un rapport social de domination, comme un marché d’offres et de demandes qui met en présence des acteurs asymétriques – riches et pauvres, Nord et Sud, tour-opérateurs transnationaux et hôteliers locaux, visiteurs et visités, homme et environnement… –, c’est avant tout dans la répartition des coûts et des bénéfices (socioéconomiques, écologiques, culturels…) qu’il produit en grande quantité (10% du produit mondial brut). Répartition juste et équitable, voire durable, selon les avocats du secteur, parce que supposément rivée aux lois de la libre concurrence et de la saine compétition. Répartition injuste et inéquitable en réalité, voire délétère, parce que dérégulée à souhait, soumise aux injonctions libérales inlassablement répétées par l’Organisation mondiale du tourisme (OMT).

Pour preuve, d’entrée, la concentration presque grotesque des retombées pécuniaires de l’activité touristique, dans les mains d’un vaste complexe de groupes multinationaux privés et ramifiés tous azimuts. C’est un fait : plus pauvre (et ensoleillée) est la contrée de destination, plus lui échappent les revenus générés par les séjours des vacanciers qu’elle accueille. Certes la transparence et la précision des chiffres font défaut, mais la tendance est là : pour l’ensemble des pays en développement, la proportion des recettes du tourisme leur filant sous le nez varierait entre 60 et 80% (jusqu’à 95% dans les enclaves touristiques entièrement implantées de l’extérieur). [2] Tandis que, dans le même temps, le Grand-Duché de Luxembourg figure toujours en tête des États qui, au monde et par habitant, profitent le plus du tourisme international ! [3]

En cause bien sûr, la forte intégration horizontale et verticale du secteur, la numérisation achevée de l’offre (les vacances se paient ici, se prennent là-bas), le rapatriement des bénéfices au siège central des tour-opérateurs transnationaux ou dans les paradis fiscaux, l’importation en régions tropicales « en voie de développement » des biens d’équipement et de consommation nécessaires à l’accueil soigné du touriste, l’emploi d’un personnel (qualifié et de direction) expatrié, etc. Pour autant, ce qui reste sur place – en termes de revenus (formels ou moins formels…), d’emplois (souvent précaires ou saisonniers) et d’infrastructures (privées ou à charge de l’État) – suffit à alimenter la conviction, au Sud, que la « mise en tourisme » d’un territoire est promesse de développement national.

D’où la vive concurrence entre destinations « de rêve ». Car le défi consiste bien à gagner en « touristicité », c’est-à-dire en capacité de séduction des grands promoteurs et, au-delà, des charters de vacanciers. La meilleure façon d’y parvenir est étalonnée, avec force détails, dans les critères de l’« Indice de compétitivité touristique » établi par le Forum économique de Davos. En clair, émergera celui qui offrira les conditions les plus accommodantes aux investisseurs extérieurs, en matière d’équipements publics, de sécurité et d’allègement de toute contrainte sociale, fiscale et environnementale qui pourrait les rebuter. La mécanique est éprouvée : vacance de régulation, montée en attractivité. [4]

On l’a compris, la domination touristique revêt des aspects socio-économiques, mais aussi écologiques et culturels. Aux effets d’éviction d’activités vitales (agricoles, éducatives, sanitaires…) là où les petits boulots de « service » aux visiteurs explosent, s’ajoutent les emballements inflationnistes, la pression sur les biens communs, les accaparements privatifs, la « gentrification »… qui obstruent graduellement l’accès des autochtones au logement, à la terre, à l’électricité, à l’eau, à l’alimentation... dans les régions « touristifiées ». Plus l’asymétrie de départ entre visiteurs et visités est forte, en matière de dépenses quotidiennes par exemple, plus problématiques sont ces impacts. [5]

L’empreinte environnementale du tourisme international – qui n’a cessé de croître ces dernières décennies (dégradations, pollutions, saturations diverses, gaz à effet de serre [6]…) – met au grand jour l’« insoutenable » expansion du secteur, y compris dans ses formes prétendument « écoresponsables » auréolées par l’OMT, pourtant consciente du souci. La grande évasion culturelle, l’humanité partagée, vendues benoîtement par les tour-opérateurs procèdent aussi de l’illusion. « L’échange » entre modes de vie contrastés s’avère rarement profitable aux deux parties. Et en guise d’« exotisme », c’est la mise en scène d’« authenticités » de façade qui s’impose : des décors humains enjolivés, folklorisés, marchandisés, plus conformes aux images du catalogue que respectueux des réalités locales. [7]

En finir avec la domination touristique

Faire face, en finir avec ces rapports de domination – et de déprédation – qui structurent l’essentiel des migrations touristiques et du commerce du dépaysement, passera nécessairement par une « organisation mondiale du tourisme ». Chance, elle existe déjà. Reste à l’investir d’un pouvoir de régulation, au-delà de son rôle acritique de promotion. Les leviers du changement se situent en effet dans les marges de manœuvre des États, les possibilités de contrôle des investissements, de contingentement des flux et de fixation des termes de l’échange, dans l’implication des populations concernées, la définition de politiques coordonnées et l’agir d’appareils de réglementation supranationaux. Objectif, relever un double défi : démocratiser le droit à la mobilité (d’agrément) et rendre son exercice viable. À condition que l’un et l’autre soient compatibles. On peut rêver.

Notes

[1] S. Cousin et B. Réau, Sociologie du tourisme, Paris, La Découverte, 2009.

[2] Lire notamment G. Caire et P. Le Masne, « La mesure des effets économiques du tourisme international sur les pays de destination », Marché et organisations, n°3, 2007 ; T.V. Singh (dir.), Critical Debates in Tourism, Toronto, Channel View Publications, 2012.

[3] D’après les derniers « baromètres » de l’OMT elle-même (https://www.e-unwto.org/loi/wtobarometereng).

[4] B. Duterme, « La panacée touristique… creuse les écarts », Le Monde, 6 mars 2019.

[5] C. Marie dit Chirot, « Vers une économie politique du tourisme », Norois, n°247, Presses universitaires de Rennes, 2018 et A. Pleumarom, « Tourisme, passeport pour le développement ou pour l’exclusion ? », La domination touristique, Paris, Syllepse, 2018.

[6] M. Lenzen et al., « The carbon footprint of global tourism », Nature Climate Change, vol. 8, 2018.

[7] G. Cazes et G. Courade (2004), « Les masques du tourisme », Revue Tiers Monde, n°178, 2004.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Révélations sur une usine à intox
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud

La sélection du Club

Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame