les fictions, les chromosomes, les chasses à courre et l’âge du président

  • je pars du principe que la fiction s’adresse à tout le monde,
  • que chacun-e y trouve son compte, chacun chacune retraduisant
  • réajustant la fiction proposée
  • pour la mettre en regard de
  • ses propres instances, urgences, désirs,
  • singularités,
  • résonnances, selon l’espace qu’il-elle occupe

 

  • il y a deux sortes de fictions
  • celles qui emmènent ailleurs et celles qui
  • te font regarder ce monde-ci autrement
  • celles qui divertissent et
  • celles qui construisent une façon de regarder

 

  • non je reformule
  • il n’y a qu’une sorte de fiction
  • celles qui divertissent te font voir le monde autrement
  • exactement comme celles qui construisent une façon de regarder

 

  • je pars du principe que la fiction est un outil
  • je pars du principe que la fiction est un outil tranchant
  • même enrubanné de roses et de volants
  • je pars du principe que la fiction est une arme

 

  • je pars du principe que la grande force de la fiction est
  • de ne pas montrer qu’elle est une arme
  • comment savoir qu’on est poignardé-e lorsqu’on ne sait pas que le couteau existe

 

  • je pars du principe que
  • l’arme de la fiction
  • est d’emmener celui celle qui la reçoit
  • sur un terrain autre
  • et que ce terrain autre est
  • favorable
  • propice
  • utile à celui celle qui propose la fiction

 

  • je ne vais pas me fatiguer à démontrer
  • que la fiction de la princesse-à-sauver-par-le-prince
  • sert et solidifie
  • une certaine organisation du monde et des rapports
  • humains, tout comme la fiction des publicités pour lessives
  • organise la séparation des genres et la définition des genres
  • et la liste de règles induites (non formulées, passées là
  • comme une fine couche de beurre sur une tartine
  • sans qu’on y fasse réellement attention,
  • avalées, digérées, assimilées)
  • règles propres au patriarcat
  • et à une certaine forme de société
  • où le fait de naître équipé-e des chromosomes xx ou xy
  • t’assigne une tâche, une place, un emploi,
  • des paramètres non discutables
  • aussi peu remis en cause que la couleur des yeux ou des cheveux
  • (c’est comme ça, la tradition, depuis la nuit des temps etc)

 

  • la fiction des princesses-à sauver-par-les-princes n’est pas accessoire,
  • périphérique, anodine
  • — à ce propos aucun divertissement n’est anodin
  • je ne suis pas capable d’établir une sociologie des divertissements,
  • des personnes plus sérieuses que moi s’y sont sûrement coltinées, mais
  • il me semble que
  • le divertissement s’il est Première à l’Opéra ou ticket à gratter
  • s’il est kermesse ou chasse à courre
  • ne dit pas la même chose, ne produit pas la même chose,
  • ne construit pas la même chose
  • ce qui le rend non accessoire et non périphérique
  • — on ne se divertit pas de la même façon selon qu’on est d’ici ou de là
  • sans compter qu’il y a des divertissements utiles à créer des liens
  • entre membres d’une même classe sociale
  • s’étant diverti-e-s ensemble, on sera plus enclin à s’aider
  • et l’aide apportée sera différente selon qu’on
  • est prolo ou magnat de la presse
  • — à ce propos, je n’en sais rien mais il est fort possible
  • que les divertissements proposés au prolo
  • laissent celui-celle-ci bien solitaire
  • genre ticket à gratter
  • dans sa cuisine
  • et que les divertissements proposés au magnat de la presse
  • lui fassent rencontrer des gens (raouts, bals, réceptions, dîners)
  • ce qui expliquerait qu’un enfant de magnat de la presse n’ait pas
  • trop de soucis à trouver « un boulot d’été »
  • ou de partir en vacances à Megève
  • ce qui semble ne pas être un option pour les enfants des prolos,
  • bref

 

  • je pars du principe que la fiction est langage
  • la langue dit la fiction
  • les mots disent la fiction

 

  • d’où l’importance pour celui-celle qui la fabrique
  • de bien choisir ses mots

 

  • exemple :
  • un président trouve « étrange » une mobilisation / grève à venir
  • « étrange » n’est pas une attaque frontale
  • étrange n’est pas débile ou idiote
  • mais étrange laisse planer le doute
  • les gens sont étranges
  • ils ont de drôles de réactions
  • ils sont incohérents
  • je ne comprends pas ces gens (moi qui suis président intelligent)
  • ces gens sont illogiques
  • ces gens sont des enfants
  • heureusement que je suis là pour les éduquer
  • (il faut faire de la « pédagogie »)
  • étrange est la fiction qui s’adresse autant aux
  • manifestants-tantes qu’aux observateurs
  • étrange dit moi je sais, j’ai la tête claire
  • ces remous, piquets de gréve, sont à côté de la plaque
  • clairement du côté déraisonnable

 

  • ce même président
  • en déplacement
  • devant des problèmes de prolos
  • disait à ses conseillers
  • « Il faut prendre le risque, il faut aller dans le cœur de la bête à chaque fois. Le cœur de la bête, il est là, il faut y aller. »
  • autre genre de fiction
  • adressée à son équipe
  • aux siens
  • pour resserrer les rangs
  • tous unis unies contre l’ennemi
  • la bête est là, dehors
  • allons combattre
  • aux armes
  • courage
  • ce que disait le chef dans la caverne
  • au moment d’affronter le tigre aux dents de sabre
  • une ficelle ancienne
  • un slogan plus que millénaire
  • ici le tigre est un ou une prolo
  • ah

 

  • il est possible que malgré l’âge affiché
  • qui n’est pas canonique
  • ce président soit un très vieux monsieur
  • la fiction de sa jeunesse se posant par-dessus les autres
  • comme un vernis sur les couleurs d'un tableau du XVIe siècle

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.