Soilihi Chahidati
Élue EELV des quartiers Nord de Marseille - Chargée de la solidarité, de l’écologie populaire et de la lutte contre les exclusions
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 août 2022

Soilihi Chahidati
Élue EELV des quartiers Nord de Marseille - Chargée de la solidarité, de l’écologie populaire et de la lutte contre les exclusions
Abonné·e de Mediapart

Marseille : pour un observatoire municipal des discriminations et de l’égalité

Il y a vingt-cinq ans, le jour de mon vingt-et-unième anniversaire, je faisais la dure expérience des discriminations. Sapées comme jamais, Monia, Dalila, Kadija et moi avions prévu, une soirée mémorable. Malheureusement les « videurs » n’avaient pas prévu la même chose pour nous. Vingt-cinq ans après, les choses semblent n'avoir toujours pas changé comme le montre l'expérimentation réalisée par SOS Racisme et le CRAN sur les plages privées...

Soilihi Chahidati
Élue EELV des quartiers Nord de Marseille - Chargée de la solidarité, de l’écologie populaire et de la lutte contre les exclusions
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a vingt-cinq ans, le jour de mon vingt-et-unième anniversaire, je faisais la dure expérience des discriminations. Sapées comme jamais, dress code respecté, talons hauts inclus, Monia, Dalila, Kadija et moi avions prévu, pour mes vingt et un ans, une soirée mémorable en boite de nuit.

Malheureusement, les agents de sécurité des différentes boites de nuit, plus communément appelés « videurs », n’avaient pas prévu la même chose pour nous. Pour chacun d’entre eux c'était : « désolé, mais ça ne va pas être possible ».

Motivées malgré tout, nous avons égrené les boites de nuit de Marseille, l'une après l'autre, à la recherche d'un lieu qui enfin nous accepterait. Mais c'était toujours la même réponse.

Notre ambiance festive fût définitivement éteinte lorsque, de 23h00 à 02h00 du matin, nous fûmes recalées à cinq reprises par cinq boites de nuit. La violence des discriminations était bel et bien plus forte que nos sourires candides devant ces portes fermées où l’origine et la couleur de peau constituaient une barrière infranchissable.

Alors, fatiguées et désespérées par la situation, nous avons décidé d'arrêter d'errer, nus pieds dans la ville (nos talons nous faisant trop mal), et nous avons terminé la soirée de mon anniversaire avec un triste sandwich et une canette. Ce fût-là une soirée mémorable. Pas celle que nous avions prévue mais celle que l’on nous avait tristement imposée...

Comme on dit à Marseille : « nous nous sommes fait pointer en boite ». Dure expérience d'humiliation et d'injustice face à cette forme de ségrégation qui ne disait pas son nom.

Vingt-cinq ans après, les choses semblent n'avoir toujours pas changé.

Élue des quartiers nord de Marseille, chargée des luttes contre les exclusions, j’ai été sollicitée par SOS Racisme en collaboration avec le CRAN, la veille de mon anniversaire, pour être témoin de moralité d'un testing sur les plages privées de Marseille et ses alentours.

C'est naturellement que j'ai accepté de participer à cette opération, ayant pour objectif de montrer que même dans ces petits moments de détente et de loisirs partagés, sous le soleil du sud, les discriminations pouvaient s’abattre contre des noirs et arabes parce que « noirs » et « arabes ».

Durant cette expérimentation, j'ai pu constater que les noirs ne pouvaient toujours pas rentrer dans certains endroits. Devant un établissement très connu des Marseillaises et des Marseillais, à l’Escale Borély, face à la mer, j’ai vu de mes yeux, le théâtre des faux-semblants et des hypocrisies silencieuses.

En l’espace de dix minutes, deux couples allaient démontrer une fois de plus que la ville multiculturelle pouvait revêtir un caractère multi discriminatoire.

En effet, le couple noir, à la tenue pourtant adaptée, s’est vu fermement refuser l’entrée au prétexte que l’établissement affichait complet. Dix minutes après, le couple blanc fut quant à lui accepté, reçu avec des sourires et de la considération. Dépitée devant cette scène d’un autre temps…

Je me suis vue revenir en arrière. En 2022, comment peut-on refuser l'accès d’un établissement à une personne à cause de sa couleur de peau, de ses origines ? Comment, dans Le pays des Droits de l’Homme et du Citoyen, peut-on laisser ces situations exister et ne rien faire ? Régulièrement des établissements commettent des délits en toute impunité et nos jeunes subissent l'exclusion, l'humiliation, l'injustice de ce système difficile à prouver mais cruellement systémique.

Malheureusement, cela existe depuis longtemps et rien ne bouge... Je pense à un ami d'enfance, aujourd'hui quadragénaire, qui me disait : « tu sais, je n’ai jamais réussi à mettre les pieds au Bazar » (boite de nuit célèbre, à Marseille). Aussi, je pense à tous ces jeunes qui viennent me dire tête baissée qu’ils n’en peuvent plus, qu’il est difficile de se battre contre un ennemi invisible qui fait du prénom, du nom de famille, du lieu d’habitation, de la couleur de peau, un boulet de plus, venant s’ajouter à des vies souvent compliquées…

Les lois existent certes, mais les discriminations aussi, elles peuvent parfois même s’appuyer sur la faiblesse de la loi et le manque de sanctions...

Les choses doivent bouger dès à présent.

Nous devons faire du vivre ensemble une réalité et pas un fantasme. Des initiatives doivent être favorisées particulièrement dans la deuxième ville de France, où le score de l’extrême droite et les injustices économiques, sociales et territoriales sclérosent l’avenir de toute une ville.

Face au constat alarmant posé depuis toutes ces années, je soumettrai deux propositions au maire de Marseille.

  • La création d'un Observatoire Municipale des Discriminations et de l'Égalité. Cet observatoire aura pour objectif de référencer et quantifier les discriminations à l'échelle de la ville. Il aura également pour objectif d'élaborer, en collaboration avec la société civile et les associations, des politiques publiques pouvant lutter efficacement contre toutes les discriminations.
  • Face aux établissements favorisant la discrimination, je demanderai, en collaboration avec la mairie de Marseille, des élus et des associations, des mesures coercitives pouvant les dissuader de pratiquer toutes formes de discriminations.

Mes propositions seront formulées au Maire de Marseille, Benoît Payant, garant de l'unité de la ville, qui jusqu'à maintenant a montré des signes très favorables en direction des luttes contre les discriminations.

Enfin, dans cette ville monde morcelée par les inégalités, nous devrons impérativement travailler ensemble pour lutter contre ce fléau et recréer un horizon commun où l’identité marseillaise retrouvera tout son sens.

Chahidati SOILIHI

Elue EELV des quartiers Nord de Marseille

Chargée de la solidarité, de l’Ecologie populaire et de la lutte contre les exclusions

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Qatar-Sarkozy : les nouvelles liaisons dangereuses
Un rapport de la police anticorruption montre que Nicolas Sarkozy aurait fait financer a posteriori par le Qatar, en 2011, des prestations de communication réalisées par le publicitaire François de La Brosse pour sa campagne électorale de 2007, puis pour l’Élysée. Aucune d’entre elles n’avait été facturée.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal — Justice
Ce double condamné que Macron envoie représenter la France
À la demande d’Emmanuel Macron, Nicolas Sarkozy a représenté la France, mardi 27 septembre, aux obsèques de l’ancien premier ministre japonais. Le fait que Nicolas Sarkozy ait été condamné deux fois par la justice, notamment pour « corruption », et soit lourdement mis en examen dans l’affaire libyenne, notamment pour « association de malfaiteurs », ne change rien pour l’Élysée.
par Fabrice Arfi et Ilyes Ramdani
Journal
Crise de l’énergie : sans « compensation » de l’État, le scolaire et l’université en surchauffe
Pour affronter la flambée des prix de l’énergie dans tout le bâti scolaire et les établissements d’enseignement supérieur, collectivités et présidents d’université s’arrachent les cheveux. Le projet de loi de finances 2023 est cependant bien peu disert sur de possibles compensations de l’État et écarte l’hypothèse d’un bouclier tarifaire. En réponse, économies, bricolage ou carrément fermeture des établissements d’éducation.
par Mathilde Goanec
Journal
« Il faut aider les Russes qui fuient, qui s’opposent »
Alors que Vladimir Poutine a lancé la Russie dans une fuite en avant en annonçant la mobilisation partielle des réservistes, et des référendums dans les régions ukrainiennes occupées, quelle réaction de la société civile, en Russie ou en exil ? La chercheuse Anna Colin Lebedev et trois exilées qui ont quitté le pays depuis l’invasion de l’Ukraine sont sur notre plateau.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk