chalouette
Abonné·e de Mediapart

363 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mars 2012

chalouette
Abonné·e de Mediapart

STOP MES Action européenne contre le MES

chalouette
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Action Européenne contre le MES

Le Traité de Stabilité Européen a été signé le 2 février 2012 et Bruxelles voudrait qu’il entre en vigueur le 1er juillet 2012. Cependant, avant cela, les Parlements et les Sénats des 17 pays de la zone euro doivent voter s'ils acceptent ce dangereux traité ou non. Ces procédures pour la ratification ont d’ores et déjà commencé ! Nous devons agir de toute urgence et efficacement !

Courte video 3'51''  http://www.youtube.com/watch?v=rFTbIGahzhU

Texte français du traité http://www.european-council.europa.eu/media/582863/06-tesm2.fr12.pdf
(Si pas disponible, voici une copie. )

Le MES résumé très brièvement:

Le MES a l’apparence d'un fonds d'urgence. Il s'agit d'un fonds permanent, en remplacement du FESF et du MESF mis en place en 2010. Doté d’un capital de départ de 700 milliards d'euros, il peut décider lui-même d'augmenter ce capital indéfiniment et d'exiger le paiement par les Trésories nationales quand il veut. Pour vous donner une idée de ce que représentent 700 milliards, c'est pour chaque pays une contribution qui avoisine le montant de ses impôts sur les revenus pour une année. Vive les coupes budgétaires et vive l'austérité! Le MES dispose de cet argent à sa guise, sans aucune influence démocratique, sans aucun contrôle, sans avoir à rendre des comptes à qui que ce soit. Une vraie dictature !

Son but officiel c'est d'aider les pays en difficultés financières. En fait, il charge toujours plus de dettes sur des pays déjà endettés. Ses prêts sont assortis de conditions qui mettent les pays sous tutelle, en remplaçant leurs dirigeants démocratiquement élus par des banquiers. Avec les coupes budgétaires imposées, le MES agit comme un démolisseur, qui cause délibérément des crises économiques graves et un chômage massif. Ça vaut aussi bien pour les pays qui contribuent financièrement, que pour les pays qui acceptent d'emprunter du MES. C’est la Doctrine du Choc telle que décrite par Naomi Klein.

Des politiciens, comme par exemple les Néerlandais Rutte et de Jager, veulent faire croire que c'est la faute des pays eux-mêmes s'ils sont endettés. Ils auraient trop de fonctionnaires, ils auraient pris de mauvaises décisions, ils seraient feignants ou ils auraient menti sur les dettes qu'ils avaient. Notez qu'aucun de ces pays n'avait des difficultés majeures au moment où il entrait dans la zone euro. Sinon, on ne l'aurait pas admis. En fait, la cause de leur endettement c'est l'euro ! Lisez l'explication dans la lettre ci-dessous.

Pour arrêter le MES, tous les Européens ont intérêt à ce que ce traité recueille le moins de ratifications possibles.

Signez la lettre à tous les députés en Europe qui doivent en décider !!!

Monsieur le Député (ou Madame la Députée),
Sous l’avalanche des informations sur le MES une information essentielle vous a été cachée.
L’euro a un problème insoluble. Vous n’avez pas besoin d’être expert pour le comprendre. Il suffit d’une minute de réflexion.

Rien n'empêche les consommateurs dans des pays à faible productivité de préférer des produits meilleurs et moins chers venant de pays à plus forte productivité. Cela entraîne un flux permanent d'euros des pays faibles vers les pays forts. Il en suit, que les pays faibles manquent en permanence d'euros et doivent emprunter toujours plus pour pouvoir disposer d'euros.

(Avant l'euro, ces pays pouvaient dévaluer leur monnaie de façon à rendre les produits d'importation plus chers pour leurs habitants et rendre les produits d'exportation moins chers pour les acheteurs étrangers. Cela freinait les importations, augmentait les exportations et rétablissait la productivité du pays.)

Dans la zone euro il y a de très grandes différences de productivité, causées par les différences de climat, de fertilité du sol, d’eau douce disponible, des distances à couvrir, des difficultés de transport, la présence ou non de sources d'énergie, etc. Ces conditions déterminent en grande mesure l’échec ou la réussite d’activités économiques. La Grèce, l'Italie, l'Espagne, le Portugal ne ressembleront jamais à l'Allemagne.

En outre, la Banque Centrale Européenne ne dispose que d'un seul taux d'intérêt pour 17 économies différentes. Un changement de ce taux, dont on a toujours dit qu'il est si important pour influencer l'économie, ne peut que profiter à certains pays, tandis que les autres devront en subir les conséquences. Monétairement cette zone n'est pas gérable.

Le MES et les traités associés sont des luttes contre les symptômes des déséquilibres dans la zone euro. Aucune des mesures ne pourra annuler les différences qui causent ces déséquilibres. Introduire une monnaie unique dans une zone économiquement si hétérogène a été une erreur.

S’il vous plaît, ne commettez pas l’erreur encore plus grave de plonger l’Europe dans une crise identique à celle de 1930. Celle-là aussi, était causée par des politiciens imbus de leur soi-disant savoir. Votez contre le MES.

Comme il n’y a pas eu de réferendum sur le transfert des pouvoirs vers Bruxelles, ni des débats publics sur le fond du problème, votre responsabilité personnelle est énorme. Nous sommes conscients des pressions exercées sur vous de toute part.

Nous avons l’intention de rendre public le vote de chaque député, pour que les électeurs puissent en tenir compte aux prochaines législatives.

Sincères salutations,

Pour signer aussi, remplissez et cliquez.
               Nom           Ville

  • La VILLE ne sera jamais montrée sur la page web, uniquement aux parlementaires et sénateurs.
  • Laissez la fenêtre VILLE vide, si vous ne voulez pas que votre Nom paraisse sur la page.
  • Le nombre qui apparaît c'est le nombre total sur tous les sites.
  • La fenêtre ci-dessus ne montre que les signatures les plus récentes.
  • Pressez F5 pour mettre à jour les signatures visibles sur cette page.

Pour plus d'informations sur le MES et sur cette action, bienvenu sur www.CourtFool.info.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Kohler : le secrétaire général de l’Élysée est mis en examen
Le bras droit du chef de l’Etat a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » et placé sous le statut de témoin assisté pour « trafic d’influence », pour avoir caché ses liens familiaux avec le groupe de transport MSC et être intervenu à de multiples reprises en sa faveur. L’Élysée a mis tout en œuvre pour enterrer le dossier.
par Martine Orange
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Comment l’exportation de lait et viande « bas de gamme » démultiplie la catastrophe écologique
Dans un rapport publié mardi 4 octobre, Greenpeace, Oxfam et Réseau Action Climat analysent les conséquences de l’élevage français destiné au marché international. Un désastre environnemental et une concurrence déloyale pour les pays importateurs.
par Amélie Poinssot
Journal — Politique économique
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost