Etienne Duhamel
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 mai 2020

Etienne Duhamel
Abonné·e de Mediapart

Loi Avia: Macron instaure en France une censure de l'internet digne de la Chine

Etienne Duhamel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La France est en urgence sanitaire et en urgence économique, La France est promise à des Millions de chômeurs supplémentaires dans les semaines et mois à venir, en grande partie du fait de la gestion calamiteuse de la crise du Covid19 par le pouvoir en place.

Or quel est la priorité de Macron? Censurer l'internet français, comme en Chine et en Corée du Nord.

Une initiative parfaitement gratuite et autoritaire dans la mesure où l'arsenal juridique actuel contre les abus en ligne est amplement suffisant. Un propos hors-la-loi? La Justice vous retrouvera, même si vous utilisez un VPN. C'est ce qui est arrivé à 2 internautes du 18-25 de jeuxvideo.com, qui ont commis le crime d'insulter la femme de radio Nadia Daam!

L'examen final de la loi Avia, loi "anti-haine" elle-même haineuse se tiendra demain, mercredi 13 mai, à 15h. 

Depuis sa naissance l'année dernière, le projet de loi a été maintes fois critiqué, par des syndicats et des associations notamment, mais aussi par le Sénat et la Commission européenne. L'Association des Services Internet Communautaires (ASIC) qui réunit, entre autres, de grands acteurs du numérique comme Amazon, Facebook, Microsoft ou Twitter, s'étonne de ne pas avoir été consultée durant cette dernière ligne droite d'un texte “pas [...] anodin pour la liberté d'expression.”. 

Si même des associations de gauche et de défense des droits de l'homme s'insurgent contre cette loi, c'est qu'elle est inique et porte en elle une claire tyrannie.

Sa mesure la plus spectaculaire est l'obligation de retrait en 24 h de tout contenu “manifestement illicite” sous peine d'amende pouvant aller jusqu'à 4 % du chiffre d'affaires mondial, ce qui est absolument dément et représente des Milliards pour Facebook et Twitter par exemple!

Or ce délai de 24 h va obliger les plateformes à censurer à tour de bras sans prendre le temps d'examiner chaque situation, de peur de se voir infliger une amende. Surtout que la France représente un tout petit marché pour ces grands acteurs du net. Ils ne mettront pas les ressources nécessaire pour évaluer chaque contenu en 24 heures et les supprimeront par défaut. Ce risque de "surcensure" a été souligné par les critiques de la loi Avia à de nombreuses reprises.

Mais surtout qu'adviendra-t-il de ceux qui ont émis ces messages? Ils seront surement suspendus ou bannis de ces plateformes, de sorte qu'il ne restera sur internet que des bénis-oui-oui pro gouvernement LREM, comme en Chine!

La liste des propos interdits est tellement vaste que virtuellement toute déclaration publique tombe sous le coup de la censure macronienne. 

Sans aucune intervention d'un juge, vos contenus seront arbitrairement supprimés du net, potentiellement sans qu'ils ne violent aucune loi. 

Critiquer son altesse Macron ou la mère Avia vous vaudra potentiellement un bannissement définitif de Twitter, Facebook, etc...Alors même que le gouvernement a refusé d'interdire:

  • le cyberharcèlement ;
  • le revenge porn : la diffusion de photos intimes et/ou à caractère sexuel obtenues dans le cadre de relations intimes ;
  • le harcèlement moral, sexuel ou scolaire !

C'est tout purement pour assoir son pouvoir et non pour protéger les gens que Macron fait ça.

De plus, le gouvernement compte se servir de cette loi pour empêcher les mouvements de protestation: Une nouvelle obligation, ajoutée au paragraphe I de son article 1. Elle exige que tous les sites Web (pas uniquement les plateformes géantes) censurent en 1h (pas en 24h) les contenus signalés par la police comme relevant du « terrorisme » (sans que cette qualification ne soit donnée par un juge, mais par la police seule). Si le site ne censure par le contenu (par exemple car le signalement est envoyé un week-end ou pendant la nuit) la police peut exiger son blocage partout en France par les fournisseurs d’accès à Internet (Orange, SFR…).

Or la notion de « terrorisme » est suffisamment large et vague pour lui donner un large pouvoir discrétionnaire, pour faire interdire des rassemblement de gilets jaunes. C’est la police, à Parus le préfet Lallement... qui juge si un site doit être censuré ; c’est la police qui exécute la sanction contre le site. Le juge est entièrement absent de toute la chaîne qui mène à la censure du site.

On est dans l'abus de pouvoir et la dictature et cette loi va marquer la fin de toute forme de liberté d'expression en France; la fin de tout opposition possible à l'arbitraire.

Le pouvoir Macronien contrôle déjà largement la presse et les médias, à travers ses liens financiers et amitiés avec les propriétaires de ses médias, à travers la télévision publique, à travers des très amples subventions à la presse qui peuvent être suspendues en cas d'hostilité, à travers le CSA qui contrôle de qui est dit, à travers les règles qui obligent les médias d'inviter entre 33% et 50% du temps des ministres ou élus LREM.

Désormais, il contrôlera également tout internet en privant de parole et/ou en sanctionnant/emprisonnant tout individu ou organisation qui tiendra un discours hostile. Tout ça "au nom du bien"!

Effrayant!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal
États-Unis : en Géorgie, une enquête sur l’élection de 2020 menace Donald Trump
L’ancien président a moins de souci à se faire au sujet de la défaite attendue de son poulain, Herschel Walker, lors de la sénatoriale de Géorgie du mardi 6 décembre, que de l’enquête de la procureure Fani Willis, au terme de laquelle il pourrait être inculpé pour fraudes et ingérences électorales.
par Alexis Buisson

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère