Pénélope, personne la chope

Ma petite lettre pleine d'amour et de féminité adressée à Pénélope Fillon. #supportpenelope

Bien chère Pénélope, ma petite amazone en kilt.

J'ai beaucoup d'amitié pour vous. D'abord parce que, comme moi, vous avez un prénom qui ne rime qu'avec des mots ridicules comme nyctalope (rime riche), catadioptre (rime pauvre), ou salope (rime de comptoir), ce qui a souvent dû vous valoir d'injustes moqueries à l'école. Moi qui dans ma prime enfance ai beaucoup entendu Charlotte, elle a pas de culotte, et ai fini par rendre les armes en ne portant plus que des shorty, je suis heureuse de constater que les bravades dont vous avez souffert n'ont pas asséché votre âme de petite fille en loden, ni n'ont racorni l'innocence et la joie de vivre qui vous caractérisent. Peut-être faut-il voir, dans l'équanimité dont vous avez su faire preuve face à ces abjections enfantines, la source de votre illustre tempérance, qui fait encore dire de vous aujourd'hui : Pénélope, personne la chope.

Ensuite, je vous apprécie tout particulièrement parce que vous êtes dotée d'une qualité rare chez une femme de nos jours : vous savez fermer votre gueule. Il faut bien avouer que c'est tout à fait reposant, parmi ce concert d'insupportables hystériques qui réclament à qui mieux mieux de disposer de leur utérus comme elles l'entendent. A cette vulgarité rageuse qui salit les nobles desseins des plus grands républicains de ce monde, vous avez, grâce à votre silence, la faculté rare de nous rappeler qui c'est le patron.

En cultivant la discrétion, vous entretenez un mystère vaporeux qui fait de vous le mythe auquel votre prénom vous prédestinait, et qui manquait cruellement à notre civilisation hésitante. Margaret Thatcher est morte, Eva Braun est morte, et Geneviève de Fontenay ne se sent pas très bien... Nous autres, femmes de goût et de sobriété, avons trouvé notre nouvelle idole. Nous sommes ainsi nombreuses à réclamer vos conseils : que préparez-vous à vos chevaux pour le petit-déjeuner ? Portez-vous des gaines ? Quelle nuance de gris utilisez-vous pour vos cheveux ? Savez-vous danser la carioca ? Et surtout : comment débloquer le niveau 347 de Candy Crush ?

Lorsque vous prenez la parole, c'est pour déclarer, sur le site de campagne Les femmes avec Fillon, que ce que vous ne supportez plus dans la France d'aujourd'hui, c'est l'invasion du numérique. Ce qui montre bien que vous conservez votre indépendance d'esprit : vous reconnaissez l'erreur qu'a fait votre mari en inventant l'Internet. Je suis bien d'accord avec vous, chère Pénélope : la toile mondiale, c'est rien qu'une grosse boule qui pue.

Néanmoins, si les murs épais de votre manoir laissent passer quelques ondes de wifi, et puisque malheureusement vous êtes sans emploi depuis quelques années, je vous conseille d'occuper votre assistanat sur le site Marmiton.org, auquel vous pourrez joyeusement contribuer en postant la recette de couleuvre sauce aigre-douce que votre valeureux époux vient de nous mitonner.

Bien à vous,

Charlotte Dekoker

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.