A. Chaut
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 nov. 2019

Nue chez mon gynéco?

« Ils te demandent de te déshabiller intégralement ? », « oui », « Et toi tu refuses ? », « Oui je négocie à chaque fois, je leur explique que je suis mal à l’aise avec mon corps, que je ne veux pas, que j’ai froid, je demande à faire en deux temps… » - le temps du haut, le temps du bas. »

A. Chaut
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nue chez mon gynéco ?

Magalie a une trentaine d’années, elle a un enfant qu’elle a eu à 19 ans dans une ville où elle venait d’emménager, où elle ne connaissait personne. Son suivi de grossesse a été pénible : moquée, jugée, laissée seule face aux difficultés ; elle en garde un souvenir terrible quand je la rencontre dix ans après. Notre entretien porte sur sa grossesse et les dix années suivantes de prise en charge de son corps, de ses fausses couches à répétition. Elle exprime un immense malaise face à cette profession, et va attirer mon attention sur quelque chose qui ne m’avait jamais questionnée vraiment.  

Alors qu’elle raconte, elle s’attarde soudain sur le fait qu’elle ne souhaite pas être nue lors des consultations de gynéco. Je n’ai pas compris tout de suite de quoi elle parlait. C’est le fait qu’elle s’attarde qui m’a fait comprendre que chez les gynécos chez qui elle allait, ils lui demandaient de se déshabiller intégralement, les hommes comme les femmes. Je lui pose la question clairement : « ils te demandent de te déshabiller intégralement ? », « oui », « Et toi tu refuses ? », « Oui je négocie à chaque fois, je leur explique que je suis mal à l’aise avec mon corps, que je ne veux pas, que j’ai froid, je demande à faire en deux temps… » - le temps du haut, le temps du bas.

Comme elle attire mon attention, je me demande soudain si ça m’arrive aussi. Est-ce que je me déshabille intégralement chez la gynéco ? Je cherche parmi les quelques gynécos que j’ai consultés, ça ne me vient pas. Je ne crois pas que ça me soit déjà arrivé. De son côté, le fait que je m’attarde sur ce point l’intrigue : « toi, ce n’est pas le cas ? » Je réponds que non. Elle me raconte que pour elle c’est une normalité, que sa mère lui a présenté de cette manière les visites. « Chez le gynéco, tu te mets à poil ». C’est drôle parce que, de mon côté, j’ai aussi souvenir les conseils de ma mère, « Quand tu vas chez le gynéco, tu mets un t-shirt long pour te couvrir. »

Comment expliquer que deux parcours de deux femmes du même âge dans le même pays soit aussi différent sur cet aspect ? Pour m’aider je dois recourir aux copines, j’envoie un message simple : « Vous demande-t-on de vous déshabiller intégralement chez le gynéco ? » Trois réponses m’arrivent : oui, non, ça m’est arrivé mais aujourd’hui plus. Celles à qui on demande de se déshabiller ont toutes la même réaction : « Pas toi ? » Les autres ne disent rien ou demandent « pourquoi ? »

Je ne perdrais pas de temps à exposer les raisons qui m’ont été données quant à cette pratique, elles sont toutes faiblardes. Ce qui me questionne c’est que, une fois dite, la situation parait tout simplement absurde, mais son absurdité ne suffit pas à empêcher que ça arrive.  Et ce pour plusieurs raisons :

  • On pense que les médecins ont toujours raison, y compris dans des situations où il n’y a aucune raison pour qu’ils sachent mieux
  • La peur de fâcher le médecin, sachant qu’il va avoir entre ses mains un endroit délicat de votre corps et qu’un rendez-vous chez la ou le gynéco, c’est souvent plusieurs mois à l’avance.

En d’autres lieux, on pourrait parler d’abus de faiblesse. On touche ici bien sûr au fait que les femmes et leurs corps sont considérés comme des objets. Le mal-être, le froid, la honte… sont autant de sentiments et de sensations qui importent peu aux praticiens qui ont cette demande. Quand on écoute Magalie, on a même la sensation qu’il y a la volonté de la punir de quelque chose : celui d’être une femme ? Aller voir un gynécologue devient non pas un accompagnement de son corps, mais un contrôle social sur un corps qui ne doit pas se libérer, qu’elle n’a pas le droit de s’approprier.

Je demandais plus haut comment expliquer deux parcours aussi différents. Il y a bien sûr nos parcours sociaux : études, travail. Magalie m’a aussi expliqué à quel point elle se sentait insultée et méprisée par le corps médical en tant que femme sans emploi et mère jeune. L’autre chose importante que je sais c’est que de mon côté j’ai grandi dans des villes qui avaient mis en place des centres de planification, où des associations féministes existent, j’ai donc bénéficié d’un environnement social favorable. Ça ne suffit pas, bien sûr, surtout qu’il faut penser à y aller, penser à y accéder, mais chaque étape de mon enquête m’apprend que la première nécessité c’est que les femmes parlent, racontent, échangent. Alors c’est vrai que parfois, on se sent parfois un peu bête quand on discute : « Mais mince, j’ai accepté ça pendant si longtemps ? Je ne m’étais jamais posée la question, je faisais ». D’ailleurs, c’est surprenant de lire les témoignages sur les blogs sur les violences gynéco car je me demande toujours pourquoi c’est là qu’on les découvre et pas quand on est avec ses copines, ses collègues, ses connaissances. Sur tout un tas d’autres sujets corporels ou médicaux, les gens parlent. Alors oui, parfois on se sent un peu bête, mais faut s’accrocher les filles, parler, c’est l’étape 1 de notre émancipation.

Quelques liens utiles :

Pardon madame sur l'examen gynécologique

L’examen gynécologique "systématique" par Martin Weckler

S'armer jusqu'aux lèvres

Paye ton gynéco

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali
Journal — Économie
Le risque d’une crise systémique de l’économie
Avec l’irruption de l’inflation s’engage une nouvelle phase de la crise du capitalisme. Désormais, celle-ci semble totale et multidimensionnelle. En trouver l’issue sera de plus en plus complexe. 
par Romaric Godin
Journal — Diplomatie
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal — Médias
La redevance sabordée, l’information en danger
Emmanuel Macron l’a décidé presque seul : l’audiovisuel public sera privé dès cette année des 3,2 milliards d’euros que lui rapporte cette ressource prélevée depuis 1948. Au nom du « pouvoir d’achat », le gouvernement s’apprête à faire peser de lourdes menaces sur les médias publics.
par Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra
Billet de blog
États-Unis : le patient militantisme anti-avortement
[Rediffusion] Le droit à l'avortement n'est plus protégé constitutionnellement aux États-Unis. Comment s'explique ce retour en arrière, et que peuvent faire les militantes des droits des femmes et les démocrates ?
par marie-cecile naves