A. Chaut
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mars 2020

Chronique syndicale et sociale du confinement 2. De la maladie en milieu populaire

Pas la peine d’avoir fait des grandes études pour savoir que 65 millions de personne ne reçoivent pas une information de la même manière. On constate que les contradictions du gouvernement ajoutées à la fracture sociale n’ont pas aidé à faire entendre un message simple : confinez-vous, isolez-vous pour freiner la propagation et pour que la médecine puisse gérer les cas dans la durée.

A. Chaut
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chronique syndicale et sociale du confinement 2

Ce que je craignais est arrivé, ma petite loutre de 15 mois s’est choppé une fièvre d’enfer, il délire sur moi en fin d’après-midi au jour 2 du confinement. A part la fermeture des crèches, rien n’a été dit sur la façon dont on doit s’inquiéter pour les plus jeunes. On laisse passer la soirée, il s’endort, mais se réveille une, puis deux, puis trois fois dans la nuit. Et il hurle. Vers 4h30 du matin, il hurle, il est brûlant, affleure les 40°, ne veut pas manger, ne peut pas se rendormir. Il halète et respire de façon irrégulière. Ça ressemble aux bronchiolites qu’il a fait au début de l’hiver. Il faut raison garder, mais quel autre choix que d’aller à l’hôpital ? A la dernière bronchiolite, on s’était fait engueuler d’avoir trainé.

On le met dans une couverture, il fait froid et on saute dans la voiture. A Saint-Gaudens, le parking de l’hôpital est vide. Les urgences sont à peine éclairées. On tape à la porte comme on tape à une maison où on ignore si qqn est là. Une voiture s’allume, on demande à distance, si les urgences fonctionnent, le monsieur désigne un bouton. On sonne, « oui ? » « Notre bébé d’un an a une forte fièvre et il respire difficilement ». La petite loutre crie toujours, collée tel un lézard sur moi ou son père en alternance, cherchant un évident réconfort, qu’on ne peut lui apporter. La salle d’attente est vide. Un siège sur deux comporte une feuille avec l’inscription « distance de sécurité ». Un infirmier arrive assez vite et nous dit qu’il va nous faire entrer par une autre porte « spécial Covid 19 ». Je m’étonne qu’on ne vérifie pas s’il n’a pas autre chose que ce virus. Mon compagnon me dit : « c’est par précaution ». Nous voilà dehors cherchant une entrée qu’on ne voie pas dans le noir. Elle n’est pas éclairée et pas au bout d’un chemin.  Elle est située à côté de l’entrée pompier, il faut marcher sur l’herbe pour y accéder.  Elle semble irréelle à l’instar de la situation sociale du pays, bientôt du monde. Personne ne vient ouvrir. La petite loutre pèse sur les bras. On retourne sonner à l’entrée principale « ah oui, on vous a oublié ». La porte s’ouvre enfin, on nous demande de rester dans un SAS sans plus d’indications. 20 minutes d’attente sans information, on a éteint la lumière pour faciliter le sommeil du malade. Une médecin seule finit par arriver. « Vous êtes deux, ce n’est pas possible, y en a un qui sort. » Je reste seule avec le bébé. Ça dure 15 minutes, elle vérifie : « pas de bronchiolite », « pas d’otite », il ne siffle pas, il est très chaud, mais les dents n’ont pas l’air de sortir. Elle conclue « il a un virus ». « C’est-à-dire ? », « ben vu la période, sûrement le Covid 19, mais on ne teste plus. » Devant mon air éberlué, elle devient plus affirmative : « Il a le Covid 19, suspicion très forte et vous aussi, plus tous ceux qui vivent avec vous. » Conclusion : il n’y a rien à faire sauf du paracétamol. On repart avec 4 masques et une ordonnance de paracétamol et le doute d’avoir ou pas cette maladie.

L’annonce ne change pas grand-chose, on est déjà confiné et la petite loutre n’a été mise en contact avec personne à risque depuis la fermeture de la crèche. On va redoubler d’attention au moment d’aller faire les courses. Mais cette aventure a créé un trouble. Elle s’ajoute au fait que nous commençons à connaitre des gens qui sont malades du COVID, parfois testés, parfois pas. Des profs qui étaient en classe encore vendredi dernier, courbatures, pression aux poumons. Un copain à la retraite de ma mère, qui vit en Alsace. Un copain me dit qu’il est invité à son 2ème enterrement, c’est déjà plus grave. Des conseillers municipaux que ma sœur, fonctionnaire territoriale a fréquenté durant le vote du 1er tour. Le tout dans plusieurs régions.

Il y a un trouble, parce que depuis mardi, on discute à la maison et avec les copains ailleurs du nombre de personnes dans les rues. Courses de ravitaillement. Leclerc est rempli de monde, en groupe et parfois pour des courses étonnantes dans la situation. Sur le terrain de basket du village, trois jeunes jouent au basket. Une copine à Saint-Denis constate que sa rue est plus vide et masculine que d’habitude mais qu’elle n’est pas vide. Un copain sur Aubervilliers rapporte que des gens jouent au foot. A Paris, un autre copain constate que le sacré cœur est encore visité par des touristes.

Pourquoi certains respectent le confinement et d’autres pas ? C’est questionnant cette résistance à croire que ça ne peut pas nous arriver à nous – sans même faire mention de certaines théories complotistes. Daria me raconte comment elle est passée pour la dingue de service quand elle a demandé l’annulation des cours du GRETA en maroquinerie où elle a repris des études, il a fallu que le ministère qui s’occupe de formation professionnelle officialise l’interdiction des cours le samedi soir, pour que dimanche soir, on leur annonce l’annulation. Profs comme étudiants, personne ne semblait y croire, comme si le virus n’était qu’un lointain phénomène.

Pas la peine d’avoir fait des grandes études pour savoir que 65 millions de personne ne reçoivent pas une information de la même manière. On constate que les contradictions du gouvernement ajoutées à la fracture sociale n’ont pas aidé à faire entendre un message simple : confinez-vous, isolez-vous pour freiner la propagation et pour que la médecine puisse gérer les cas dans la durée. Il y a de quoi faire tout un cours de philo sur le rôle des lois dans une société.

Une fois dépassée l’idée que c’était une forme de grippe, deux autres phénomènes sociaux sont à discuter : une probable honte sociale et un fatalisme médical certain.

« Qu’as-tu fait toi si tu l’as ? » Cette honte sociale intégrée a fait que les premiers touchés ne l’ont pas dit ou n’ont pas prêtés attention à ce qu’il aurait fallu faire. Pas question de se voir mis à part pour ça, pointer du doigt. Surtout qu’au début quand il était question de la maladie, personne ne semblait y croire.

L’autre aspect, plus grave et appelé à s’inscrire dans la durée, je l’appelle le fatalisme médical, je devrais écrire « fatalisme face à la médecine : « de toute façon, on ne peut rien pour nous ». Ce sentiment, on le trouve dans les lieux populaires délaissés. Ces quartiers sont déjà tellement maltraités en matière de médecine que nombre de gens ne croient pas qu’elle puisse et veuille les sauver. Quand ils sortent, ils semblent parfois braver l’interdit comme on brave la mort sociale que nous impose cette société, qui pourrait devenir mort réelle dans la situation actuelle.

Les contradictions du gouvernement concernent d’ailleurs en grande partie le peuple. Amère situation qui fait qu’une partie des travailleurs pauvres doivent continuer à travailler en présentiel et souvent sans les protections nécessaires. Doivent, parce que souvent ils font des métiers utiles au sens du besoin vital de la société, qu’on pense aux préparateurs de commande, aux éboueurs, aux paysans, à la distribution de nourriture, aux personnels de ménage… Que des métiers sous-payés par rapport à leur utilité sociale. Chronique d’une société à l’envers.

La maladie est transclasse, mais si on ne dit rien, les classes populaires paieront un lourd tribut à la fin, parce qu’une partie ne peut tout simplement pas se confiner, parce que la médecine est si mal implantée dans nos quartiers et dans nos campagnes, et parce que si un tri doit avoir lieu, c’est les riches qui en bénéficieront. C’est déjà comme ça, la pandémie ne peut qu’aggraver une telle situation.

Amis, il faut dire aux copains de se confiner et nous qui sommes confinées, il faut continuer de revendiquer.

Et surtout il ne faudra pas oublier !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Migrations
À Lviv, la bataille du logement pour les réfugiés et leurs aidants
Dans cette ville de l’ouest de l’Ukraine, qui compte près de 300 000 déplacés internes, le prix des locations a fortement augmenté. Résultat : les volontaires doivent payer toujours plus cher pour se loger, tandis que la ville est contrainte d’installer des préfabriqués pour y héberger les réfugiés.
par Nejma Brahim
Journal — France
Législatives : dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli