Réponse à mon ami Leintan

Complément à l’article de mon ami Leintan

Bonjour Joël,

 

Dans ton nouvel article tu consacres une bonne partie aux enjeux très complexes de la fin du confinement en France et ailleurs dans le monde. Jusqu’à présent, en faisant des recherches sur internet et dans les journaux en ligne, la réflexion à ce sujet me semble bien maigre, C’est le grand intérêt de ton article et je reproche à Mediapart de ne pas l’avoir mis en valeur comparé à beaucoup d’autres bloggeurs sans intérêt!!. En revanche, tu cites à plusieurs reprises l’Allemagne comme système de santé vertueux en Europe. J’ai accès à mon domicile aux principales chaînes de télé allemandes (Bouquet télé allemand d’Orange) ainsi qu’à la presse en ligne, et je constate aussi,  qu’il y a très peu où pas du tout d’informations critiques sur les manques où défaillances de leur système de santé, les retards des responsables politiques en matières de mesures de confinement, qui dans leur système fédéral sont du ressort de chacun des 16 Länder. Or il y a de grandes disparités entre les Länder. En Bavière le confinement est le plus strict, alors que dans d’autres Länder les règles de confinement sont bien plus légères. Les masques font presque autant défaut là-bas qu’ici.

Ce qui étonne alors que les mesures de confinement ont été prises plus tard qu’en France, le nombre des décès est considérablement plus bas que chez nous. On nous dit que cela est du à un équipement du secteur hospitalier( Hôpitaux et cliniques) en lits et appareils de ventilation/réanimation.

Ainsi l’Allemagne, qui pourtant depuis l’ère Schröder a mené une politique particulièrement offensive de dérégulation néolibérale, n’en connaîtrait pas les conséquences??? Il y a quelque chose qui cloche.

Il n’y a pas en Allemagne un média d’investigation comme Mediapart et la presse y est aussi entre les mains de puissants groupes financiers qui, quasi tous soutiennent la politique menée par la grande coalition CDU/CSU et SPD.

D’autre part avant, et maintenant pendant la pandémie, la vie politique allemande n’est pas à l’arrêt, loin de là. L'ère Merkel s’achève et du côté de la droite démocrate chrétienne allemande, constituée des deux partis CDU et CSU bavaroise, la compétition pour la succession au poste de chancelier fédéral  est féroce. Les Verts sont dans l’opposition, mais dominés par les « Réalos » et déterminés à accéder au pouvoir, ils veulent donner des gages de bons gestionnaires et captent surtout un électorat issu majoritairement des classes moyennes aisées. Quant au SPD, il poursuit sa descente aux enfers mais se maintient dans la grande coalition pour éviter une élection législative qui lui serait fatale, sans compter la progression du parti d’extrême droite l’AFD.

Pourtant un petit hebdomadaire Berlinois « Der Freitag » qui comme son nom l’indique parait le vendredi, publie sur son site en ligne, ces derniers jours, des articles qui ne décrivent pas un système de santé en très bonne forme.

Lé dérégulation néolibérale depuis 30 ans du système de santé, soumis aussi à une version de tarification à l’acte et à des restrictions budgétaires, à eu pour conséquences la faillite de nombreux hôpitaux communaux, rachetés par de puissants groupes privés, si bien que la part des cliniques à but lucratif est passé en 25 ans de 15 à 30 pour cent et plus de l’ensemble du système hospitalier.

De plus, le système d’assurance sociale et de santé Allemand est binaire. Il y a d’un côté le régime général pour la grande majorité des Allemands (Allgemeine Krankenkasse) et un système privé (Privat Patient) donnant à ses affiliés (Professions libérales et CSP+++) une priorité dans l’accès aux meilleurs soins et dans le plus grand confort.

 

Les deux articles ci-dessous publiés ces derniers jours par « Der freitag » portent pour l’un sur la revendication d’une recommunalisation des anciens hopitaux communaux privatisés et pour l’autre sur la dérégulation du système de santé allemand au cours des trente dernière années.

Alors pourquoi plus de lits de réanimation/ventilation en Allemagne qu’en France? Je n’ai pas la réponse. La population allemande du fait d’une démographie très très basse(1,4 en Allemagne contre 1,87 enfant par femme en 2018 en France) est un pays viellissant. Le pourcentage de personnes âgées obèses est très élevé. Le faible renouvellement de la population  allemande oblige l’Allemagne à recruter des personnels sous payés pour son sytème de santé dans les ex pays de l’est, dégarnissant par la même occasion ces pays de leur personnel de santé qu’ils ont pourtant formés.

Autant de question qui à mon avis nécessitent de creuser un peu plus tout ça???

Enfin pour finir un autre article de l’hebdo « Der Freitag » décrivait récemment le circuit incroyablement complexe de remontée des chiffres de décès dans les communes, Länder, jusqu’à l’Institut « Robert KOCH » chargé de centraliser ces données. L’article exprimait des doutes quant à la véracité des chiffres de décès allemand.

Bref rien de simple dans notre monde actuel.

Prenez tous bien soin de vous,

 

A greiz kalon,

 

Youenn

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.