Il y a longtemps j'ai foncé sur un buisson de ronces
C'était noir de mûres et mon vélo rouge
Je ne savais pas si j'avais crevé si je saignais dans le fossé
Des gros yeux sévères me regardaient tout droit
C'étaient des mûres velues abominables
Je les ai toutes écrasées puis j'ai couru avec mes seules
    jambes
Mon vélo mort
 
Valérie Rouzeau

Récipients d'air
Edition Le temps qu'il fait - 2005

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.