La chasse au Dieudonné est ouverte

quenelle-de-dieudonne_4649718.jpg

photo l'Express 27/12/2013

J’aimais bien Dieudonné. Son humour d’écorché vif, ses coups de pied dans la fourmilière, sa dénonciation du peu de cas accordé par l'histoire à la traite des noirs, sa fragilité face à l’injustice, même sa dérive dépressive.

J’ai décroché quand je ne trouvais plus la frontière entre l’antisionisme et l’antisémitisme puis quand il a commencé son flirt avec Le Pen et les négationnistes. Ce Dieudonné-là ne me fait plus rire du tout.  

Mais que Valls et les autres âmes bien pensantes du système décident d’organiser la censure sous prétexte que ses quenelles sentent mauvais, et qu’en démocratie il faut éliminer les odeurs, il y a un fossé !  

La fin est contenue dans les moyens, et quand on utilise la censure pour combattre les idées, on prépare un avenir sombre. Le FN peut se réjouir si le PS légitime la censure. Demain ou après-demain, il ne l’oubliera pas.

Préservons la liberté d’opinion et refusons la censure de Dieudonné

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.