chiara.v
Traductrice
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 déc. 2010

Les étudiants manifestent en Italie : voici des fruits, des fleurs, des oeufs et des paquets cadeau

chiara.v
Traductrice
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le mot d'ordre était donné depuis quelques jours : la manifestation des étudiants italiens contre la loi Gelmini, sur la réforme de l'Université, serait non violente, inventive et ironique. Le pari a été gagné, même si, pour le reste, rien n'est joué - actuellement, Napolitano reçoit une délégation d'étudiants, et la loi est encore discutée au Sénat.

Certes, des heurts se sont produits à Palerme, à Milan et à Naples : dans cette dernière ville, la gare et le port ont été momentanément bloqués. Mais ce que l'on retiendra surtout de cette manifestation de grande envergure, c'est l'inventivité des étudiants italiens pour dénoncer un projet de loi qui les inquiète et, plus largement, pour dire leur révolte devant l'avenir tel qu'il s'offre à eux. Rappelons qu'en Italie, un jeune sur quatre est au chômage, et que de plus en plus d'étudiants obligés de vivre chez leurs parents, faute de moyens.

A Rome, après des distribitions de fleurs, la veille, aux passants et aux forces de l'ordre, la manifestation, privée de centre ville, a fait assaut d'ingéniosité : dans les défilés, de nombreux paquets cadeau demandaient, qui une grève générale, qui "moins de starlettes au Parlement", qui la "protection des biens culturels" ou la "solidarité avec les migrants". Certains ont exorcisé la pluie avec des waka waka, d'autres (comme à Milan) ont lu des extraits de la Constitution devant les feux de circulation. On a chanté "Bella ciao", et des lycéens aux mains peintes an blanc, pour afficher leur non violence, ont également défilé.

A Turin, des étudiants se sont habillés en garibaldiens, d'autres ont lancé des oeufs et de la farine contre la banque Mediolanum ; les mêmes projectiles, agrémentés de légumes, ont visé le siège du PDL. La librairie Mondadori, de propriété berlusconienne, a été bloquée. A Pise, une étudiante s'est suspendue au bout d'une corde pour dire que "le recherche est suspendue à un fil".

A Naples, à Catane, à Ancône, des fontaines ont été colorées en rouge, tandis qu'à Terni, des manifestants avec des rubans noirs dénonçaient "la mort de l'instruction publique". A Salerno, des bananes ont été brandies en guise de revolvers pacifiques.

Et toujours, des livres-boucliers arborant des titres d'oeuvres du patrimoine mondial ("Lolita", le "Satiricon"), des noms d'écrivains (Saramago, Deleuze). Une chanson, accompagnée à la guitare par un groupe de jeunes Romains, dit : "Ministra Gelmini/ non siamo cretini, vogliamo studiare/ vogliamo ricercare"...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Ukrainiens écartelés entre la dureté des batailles, les tourments de l’exil et la peur de rentrer
L’Ukraine, qui entre dans son quatrième mois de guerre, a pour le moment échappé au pire : l’invasion totale du territoire national. Mais le pays reste déchiré, entre celles qui ont fui à l’étranger la menace russe, celles qui rentrent d’un exil forcé, parfois dans une grande détresse matérielle, et ceux qui se battent, à l’est et au sud.
par Mathilde Goanec
Journal — France
Législatives : dans le Sud, le pas de deux des identitaires et du RN
À Nice, Menton et Aix-en-Provence, trois figures des identitaires se présentent aux élections législatives sous les couleurs d’Éric Zemmour. Le RN présente face à eux des transfuges de la droite et fustige leur radicalité, alors qu’ils étaient membres du parti quelques mois plus tôt.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Recrutement enseignant : une crise des plus inquiétantes pour l’avenir de l’école
La crise de recrutement enseignant atteint cette année un niveau largement plus inquiétant que les années précédentes dont les conséquences seront gravissimes pour le service public d’éducation. Elle témoigne, au-delà de ses dénis, de l’échec de la politique de Jean-Michel Blanquer.
par Paul DEVIN
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli
Billet de blog
L’Ecole et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI