chiara.v
Traductrice
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 déc. 2010

Les étudiants manifestent en Italie : voici des fruits, des fleurs, des oeufs et des paquets cadeau

chiara.v
Traductrice
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le mot d'ordre était donné depuis quelques jours : la manifestation des étudiants italiens contre la loi Gelmini, sur la réforme de l'Université, serait non violente, inventive et ironique. Le pari a été gagné, même si, pour le reste, rien n'est joué - actuellement, Napolitano reçoit une délégation d'étudiants, et la loi est encore discutée au Sénat.

Certes, des heurts se sont produits à Palerme, à Milan et à Naples : dans cette dernière ville, la gare et le port ont été momentanément bloqués. Mais ce que l'on retiendra surtout de cette manifestation de grande envergure, c'est l'inventivité des étudiants italiens pour dénoncer un projet de loi qui les inquiète et, plus largement, pour dire leur révolte devant l'avenir tel qu'il s'offre à eux. Rappelons qu'en Italie, un jeune sur quatre est au chômage, et que de plus en plus d'étudiants obligés de vivre chez leurs parents, faute de moyens.

A Rome, après des distribitions de fleurs, la veille, aux passants et aux forces de l'ordre, la manifestation, privée de centre ville, a fait assaut d'ingéniosité : dans les défilés, de nombreux paquets cadeau demandaient, qui une grève générale, qui "moins de starlettes au Parlement", qui la "protection des biens culturels" ou la "solidarité avec les migrants". Certains ont exorcisé la pluie avec des waka waka, d'autres (comme à Milan) ont lu des extraits de la Constitution devant les feux de circulation. On a chanté "Bella ciao", et des lycéens aux mains peintes an blanc, pour afficher leur non violence, ont également défilé.

A Turin, des étudiants se sont habillés en garibaldiens, d'autres ont lancé des oeufs et de la farine contre la banque Mediolanum ; les mêmes projectiles, agrémentés de légumes, ont visé le siège du PDL. La librairie Mondadori, de propriété berlusconienne, a été bloquée. A Pise, une étudiante s'est suspendue au bout d'une corde pour dire que "le recherche est suspendue à un fil".

A Naples, à Catane, à Ancône, des fontaines ont été colorées en rouge, tandis qu'à Terni, des manifestants avec des rubans noirs dénonçaient "la mort de l'instruction publique". A Salerno, des bananes ont été brandies en guise de revolvers pacifiques.

Et toujours, des livres-boucliers arborant des titres d'oeuvres du patrimoine mondial ("Lolita", le "Satiricon"), des noms d'écrivains (Saramago, Deleuze). Une chanson, accompagnée à la guitare par un groupe de jeunes Romains, dit : "Ministra Gelmini/ non siamo cretini, vogliamo studiare/ vogliamo ricercare"...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier