Nelson Mandela et les autres.....

D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours été fascinée par l'Afrique. Je ne sais pas pourquoi. Mais, dans ma petite tête de gamine de 6/7 ans, dans les années 70, comment pouvait on être blanche et africaine ? En Afrique du Sud bien sûr ! Voilà la genèse.

D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours été fascinée par l'Afrique. Je ne sais pas pourquoi. Mais, dans ma petite tête de gamine de 6/7 ans, dans les années 70, comment pouvait on être blanche et africaine ? En Afrique du Sud bien sûr ! Voilà la genèse.

 

J'ai lu, lu, lu des tas de bouquins sur les Afrique, sur l'Afrique du Sud, sur Nelson Mandela.

J'ai toujours eu beaucoup d'admiration pour lui, c'était « mon » grand homme.

J'ai voyagé, il y a peu, en Afrique du Sud et visité des lieux mémoriels de la lutte contre l'Apartheid, Robben Island, le musée de l'Apartheid à Johannesburg, j'ai papoté avec des gens, chauffeurs de taxi, vendeurs, commerçants, qui tous m'ont dit, que bien qu'encore imparfaite, leur vie était bien meilleure depuis le changement de régime. Ce pays est magnifique.

Alors, bien entendu, mardi, j'ai regardé l'hommage à Madiba.

 

Au delà des éloges, des déclarations toutes plus dithyrambiques des uns et des autres, que nous enseigne la vie de Nelson Mandela ?

Sa vie, son combat, celui de ses camarades de lutte, nous montrent ce qu'un homme, des hommes (oui, homme, pas demi-dieu) déterminés, obstinés, toujours mus par leurs idéaux peuvent réaliser.

Nelson Mandela avait un courage, une force de caractère, un charisme hors du commun.

Jamais il n'a dévié, jamais il n'a abdiqué une part de son idéal contre de quelconques avantages, jamais il n'a transigé. Il avait placé ses objectifs très haut et ne les a jamais galvaudés, quand c'est non, c'est non !

Ca n'a pas dû être facile tous les jours mais il a tenu bon. Il a payé de sa liberté, sa santé, sa vie de famille, sa vie d'homme.

C'est sûr, n'est pas Mandela qui veut. Il a poussé l'abnégation à son paroxysme et les évènements, sa personnalité, l'Histoire en ont fait une idole (laïque) .

 

Premier enseignement, la lutte coûte, toujours.

 

Il était ce que beaucoup rêveraient d'être, ne serait ce qu'un tout petit peu .

 

Alors, tous ces chefs d'états, ces plus ou moins « grands hommes », assis dans les tribunes, se succédant au micro, ont-ils , pour la plupart d'entre eux, ressenti l'espace d'un instant le ridicule de leur situation ?

Un parterre de casseroles, cassettes garnies, violences, coups tordus, trahisons, dessous de table, biens mal acquis, comptes offshore et mépris du peuple.

La majorité d'entre eux, qui a si peu d'idéaux, qui les a si rapidement abandonnés pour de solides avantages sonnants et trébuchants, qui s'accroche des années durant à son pouvoir, ose se comparer à Nelson Mandela ?

Personnages sans vergogne, impudiques, impudents.

Ca ne gêne pas notre ancien président, de s'asseoir dans les tribunes pour assister à l'hommage à un homme africain pas encore entré dans l'histoire ?

Qui restera dans l'Histoire ?

 

Mandela a lutté 27 ans enfermé.

Cette réclusion l'a, peut être, sauvé de la corruption, matérielle, de l'esprit, de l'âme.

Je veux croire que non, qu'il était juste incorruptible.

Mandela n'a fait qu'un mandat, ne semble pas s'être particulièrement enrichi personnellement pendant cette période. Il a accompli son œuvre du mieux possible, a été intellectuellement honnête et s'en est allé, vivre, le temps qu'il lui restait.

Il a été un Homme, tout simplement. Un homme imparfait mais vrai comme il y en a tant, partout, toujours, peu connus mais luttant pied à pied pour leurs convictions parfois au prix de leur vie.

 

Deuxième enseignement. Il était ce que nous devrions être, tous, le plus possible.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.