Charleroi, ville la plus laide du monde ?

Depuis une semaine, Charleroi serre les dents. La vieille cité industrielle vient d’être élue “ville la plus laide du monde”, par le quotidien néerlandais De Volkskrant. Rien que ça !

Depuis une semaine, Charleroi serre les dents. La vieille cité industrielle vient d’être élue “ville la plus laide du monde”, par le quotidien néerlandais De Volkskrant. Rien que ça ! Le résultat est tiré d’un sondage réalisé en février dernier auprès de 2.900 lecteurs du journal. Et ce n’est pas tout. Histoire de bien enfoncer le clou, les participants ont pris la peine de motiver leur choix en précisant que Charleroi était “l’endroit le plus puant d’Europe”, rebaptisé pour l’occasion “Dutrouxland”. Vidéo à l’appui, le site internet propose un voyage imagé au pays noir. Une parfaite caricature.

Alors quoi ? C’est vrai, le chômage touche 24,5% des Carolos, les usines défigurent une partie du paysage. Mais quel intérêt à stigmatiser une région en crise par un sondage qui frise la malhonnêteté ? A y regarder de plus près, on remarque en effet que les internautes ne pouvaient voter que pour cinq villes, dont Liège et Charleroi .


Côté belge, la riposte s'organise. Et réunit, une fois n'est pas coutume, Flamands et Wallons. Les télés n’en finissent plus d’enchaîner les reportages positifs en terre wallonne. Sur Radio 1 (radio publique flamande), la journaliste Ruth Joos a même appelé ses auditeurs à ne pas voter contre les deux villes belges, estimant que ce sondage ne pouvait s’expliquer “que par le fossé culturel qui sépare la Belgique et les Pays-Bas”. Mercredi 12 mars dernier, le quotidien belge francophone Le Soir a consacré une édition spéciale à Charleroi. Avec un titre qui en dit long sur l’image négative que traîne toujours la cité industrielle: “Ose Charleroi.”

 

Charleroi réduite à ses usines, sur le site du quotidien de Volkskrant

Charleroi réduite à ses usines sur le site du quotidien De Volkskrant

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.