chloe.morin
Etudiante (SciencesPo. / London school of economics)
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 févr. 2009

Berlusconi ou la Xénophobie Culinaire

chloe.morin
Etudiante (SciencesPo. / London school of economics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après les protestations et la colère qu’ont soulevées il y a quelques jours les propos de Berlusconi sur l’insécurité et les « belles italiennes », voici que le Premier ministre italien a trouvé un nouveau moyen formidable pour détourner l’attention de l’opinion publique de la situation économique et sociale désastreuse dans laquelle se trouve son pays : la nourriture. La campagne menée par une partie de la coalition au pouvoir contre toute forme de « menace intérieure » s’étend à mesure que la gravité de la situation sociale appelle toujours plus de boucs émissaires.

C’est le kebab, symbole de la nourriture « ethnique » et aux connotations moyen-orientales aisément exploitables par le discours politique xénophobe, qui est la cible de toutes les critiques depuis quelques jours. Symptôme de la dégradation du climat social italien, il ne suffit plus au gouvernement de faire la chasse aux immigrés (légaux ou non) en en faisant les responsables tout désignés de la situation économique ou de la moindre agression, il faut trouver toujours plus de boucs émissaires.

L’offensive contre la nourriture d’origine étrangère a été initiée à Lucca cette semaine, avec l’interdiction par le conseil municipal d’ouvrir des restaurants ou des magasins vendant exclusivement de la nourriture « ethnique » en ville (et ce sous prétexte de « sauvegarder la spécificité de notre cuisine, qui est menacée par la récente libéralisation subie par le secteur »). Le phénomène s’est rapidement propagé en Lombardie, relayé par les xénophobes de la ligue du nord désireux de « protéger la cuisine italienne de la popularité grandissante de la nourriture étrangère », et notamment à Milan.

Cette campagne d’« épuration ethnique culinaire » a été dénoncée par les élus de centre-gauche. Suite à une proposition de loi visant à réglementer les horaires d’ouverture d’un certain nombre de points de vente de nourriture et boissons d’origines diverses, le vice-président du conseil italien a alerté les parlementaires sur les dérives qu’entrainerait une réglementation stricte des horaires des magasins vendant des kebab, des restaurants « ethniques » et autre lieux où se réunissent des « groupes pluriethniques » susceptibles de « troubler l’ordre publique ». Car tout l’enjeu est là : derrière le motif de « préservation de la santé publique », il n’est pas besoin d’aller bien loin pour voir se dessiner les contours d’une politique sécuritaire malsaine, xénophobe et inefficace dont on connait désormais bien les caractéristiques.

On ne s’étonnera donc pas du caractère très aléatoire de ces pratiques discriminatoires : les initiateurs de la campagne eux-mêmes sont bien en peine de dire si la cuisine sicilienne, qui n’est pas exempte d’influences nord-africaines, est à bannir ou non. En revanche, rassurons nous, « la cuisine française ne pose pas de problème »…

Lorsque la science vient à la rescousse de la xénophobie : « Le Kebab? Une bombe pour la santé » (Corriere della sera du 27 janvier).

Le kebab serait, les preuves étant fournies par une étude publiée par le très sérieux Corriere della Sera, le « fast-food le plus malsain qui soit ». Le Corriere s’appuie sur un argumentaire qui pourrait s’appliquer à n’importe quel McDo (ou Quick ou KFC ou autres): une étude de la « Local Authority Coordinators of Regulatory Service » anglaise (si ça vient de Grande Bretagne, ça paraît plus sérieux… ?), selon laquelle « en moyenne, un kebab apporte 98% de la quantité journalière de sel et 148% des acides gras saturés recommandés ».

D’ailleurs, précise le Corriere du 27 janvier, « Mahmut Aygun, l’homme qui (selon la version très contestable du Corriere, dont je doute fort même si je ne suis absolument pas spécialiste de la question) inventa les « doner kebabs » voici presque quarante ans, est mort sereinement à 87 ans, mais on ne peut s’empêcher de penser que cette longévité n’est pas due à son invention ». Les calories, le sel et les graisses saturées sont donc officiellement déclarés ennemis à abattre, le kebab étant désormais considéré comme une « menace significative pour la santé publique ». A l’appui, le Corriere rapporte le témoignage d’une spécialiste de la science de la nutrition de l’Università di Milano Biccoca, selon lequel « étant gérés la plupart du temps par des étrangers, nous pouvons imaginer que les points de vente des kebabs ne délivrent pas une nourriture adaptée à notre type d’alimentation habituel ». La scientifique ajoute, très sérieusement, que « le kebab représente une menace car, étant donné qu’il demande un effort de digestion plus long que la nourriture habituelle, il nuit à la concentration et à la qualité du travail après le repas ». Nous avons donc là l’archétype d’un procédé très utilisé en Italie : la justification scientifique ou économique (car qui peut ne pas deviner, là encore, la résurgence des tentations protectionnistes et de la préférence nationale si courantes en période de crise économique ?), grâce au recours à des arguments en apparence indubitables, de la xénophobie Berlusconienne.

On peut craindre que ce phénomène de « racisme culinaire » (selon l’expression d’élus du centre-gauche milanais) ne s’étende dans les mois à venir, à la faveur de la crise économique. En effet, la Ligue du nord, influente en Lombardie et auprès de Berlusconi, ne cesse de verser de l’huile sur le feu, et souligne que « les restaurants ethniques, qu’ils servent des Kebab, des sushis ou de la nourriture Chinoise, devraient arrêter d’importer des tonnes de viande et de poisson dont on ne connaît pas la provenance, et utiliser uniquement des ingrédients d’origine italienne ».

Rassurons-nous, il reste heureusement de bonnes âmes pour rappeler que de nombreux plats « typiquement italiens » ne le sont en fait pas tant que ça (les spaghettis auraient été rapportées de Chine par Marco polo, les tomates auraient été offertes par le Pérou au royaume de Naples etc.). Il faut espérer que Berlusconi finira par comprendre que le repli identitaire, la xénophobie et le protectionnisme économique ne sauront produire qu’une paix sociale de façade, cimentée par des médias à la botte du pouvoir, et ne lui permettront pas de sortir son pays du marasme économique dans lequel il se trouve.

- Article du corriere della sera du 27 janvier : http://www.corriere.it/salute/nutrizione/09_gennaio_27/kebab_bomba_salute_elena_meli_2c05d136-ec69-11dd-be73-00144f02aabc.shtml

- Article du corriere sur la situation à Lucca : http://www.corriere.it/english/09_gennaio_27/kebab_lucca_e6c0ee1c-ec86-11dd-be73-00144f02aabc.shtml

- Article sur la proposition de loi citée : http://archiviostorico.corriere.it/2009/gennaio/29/Vendita_kebab_stretta_sugli_orari_co_7_090129022.shtml

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale