chloe.morin
Etudiante (SciencesPo. / London school of economics)
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 janv. 2009

Capitalisme, humanisme, "démocratie de marché" et... François Bayrou

Selon François Bayrou (interview donnée le 12 janvier, Talk-show Orange/ Le Figaro), « la France demande autre chose que le capitalisme comme référence et comme projet de société ».

chloe.morin
Etudiante (SciencesPo. / London school of economics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Selon François Bayrou (interview donnée le 12 janvier, Talk-show Orange/ Le Figaro), « la France demande autre chose que le capitalisme comme référence et comme projet de société ». Il propose une alternative, face à un président de la République qui s’évertue à concilier (au prix de force contorsions sémantiques) un fond de convictions libérales avec les apparences, les accents et la virulence de propos altermondialistes dignes de l’extrême gauche française. Cet autre projet, « qui prendrait en charge l’économie d’initiative et la nécessité que personne, dans notre société, ne reste au bord de la route », François Bayrou l’a pompeusement qualifié d’« humaniste ».
Formule brève et consensuelle, certes, mais qui mérite plus ample réflexion si on souhaite en évaluer la pertinence. En effet, si la conception sarkozyste du capitalisme est critiquable sur bien des points, il n’en reste pas moins que le projet Bayrouiste, qui prétend se substituer au capitalisme, a toutes les apparences de la coquille vide, voire de l’imposture.


Revenons à des définitions simples. Le capitalisme est « un système économique et social se caractérisant par la propriété privée des moyens de production, la recherche du profit, la liberté des échanges économiques, la possibilité d’échanger et d’accumuler le capital, et la rémunération du travail par un salaire ». L’humanisme est « un ensemble de philosophies portant sur l'éthique qui affirment la dignité et la valeur de tous les individus, fondée sur la capacité de déterminer le bien et le mal par le recours à des qualités humaines universelles — en particulier la rationalité. L'humanisme implique un engagement à la recherche de la vérité et de la moralité par l'intermédiaire des moyens humains, en particulier les sciences, en solidarité avec l'humanité. Il consiste à valoriser l’Homme, à le placer au centre de son univers ».

On ne peut progresser plus avant dans la compréhension des propos du président du Modem que si on se base sur l’hypothèse (qui semble être celle que François Bayrou prête à Nicolas Sarkozy), que le capitalisme peut être élevé au rang de philosophie, au même titre que l’humanisme (ce qui est la condition première de toute comparaison entre les deux termes). Le problème semble ici évident : nous nous retrouvons dans une impasse conceptuelle.


Prenons les choses autrement, et partons de la définition du projet de société de Bayrou : soutenir « l’économie d’initiative » renvoie (assez vaguement, il est vrai) à encourager un esprit d’entreprise qui se trouve au cœur du système capitaliste. La spécificité du projet est qu’il prétend dans un même temps assurer que « personne, dans notre société, ne reste au bord de la route ». Peut-on en conclure que Monsieur Bayrou propose là une véritable alternative au « projet de société capitaliste », dès lors qu’il inclut et cautionne l’économie de marché ? Plutôt qu’une véritable alternative, il semblerait que le projet humaniste ne soit donc qu’une coquille vide usurpant au socialisme des valeurs fondamentales (telles que la solidarité) et au capitalisme le moyen efficace d’organiser les échanges entre les individus d’une société.


Faut-il, pour la simple raison que cette nouveauté n’en est pas une, et simplement parce que le mot qui la désigne est totalement inapproprié, rejeter l’idée qu’une société puisse valoriser la solidarité tout en conservant une économie performante ? Absolument pas, et c’est bien l’avis de Jean-Paul Fitoussi lorsqu’il défend le concept (dont il est l’inventeur) de « démocratie de marché ». Selon lui, la société française (ainsi que de nombreuses autres démocraties) est soumise à deux forces antagonistes. D'un côté se trouve le marché, régi par le principe du suffrage censitaire, où l'appropriation des biens est proportionnelle aux ressources de chacun, et de l'autre la démocratie régie par le suffrage universel (chaque citoyen possédant une voix, indépendamment de sa richesse).

Nous avons donc une interaction permanente entre individualisme et inégalité d’une part, et espace public et égalité de l’autre. Il s’agit dès lors de trouver un équilibre social tenant compte des rapports de force entre individualisme (recherche du profit personnel, moteur premier de l’économie de marché) et égalitarisme (pressions en faveur d’une redistribution des richesses), et ce à travers le dialogue et la délibération publique permis dans le cadre d’institutions démocratiques.

Si le capitalisme n’empêche pas l’exclusion du plus faible, c’est bien parce qu’il existe des mécanismes démocratiques permettant aux pressions redistributives de s’exprimer (et d’apaiser ainsi les conflits sociaux) qu’il peut être légitimé. En retour, le capitalisme fournit des incitations efficaces (à travers la rémunération de l’innovation et l’encouragement de l’esprit d’entreprise) pour favoriser un accroissement des richesses produites au sein de la société.

En conclusion, le raisonnement de Jean-Paul Fitoussi avance que « le système d’équité que fournit le marché ne peut être que partiel et doit être manipulable par la démocratie, car c’est son acceptabilité, et donc la survie du régime politique, qui est en cause ». On retrouve là le refus de l’exclusion cher à François Bayrou, ainsi que son cautionnement implicite (mais habilement caché) de l’économie de marché. Un projet tout à fait louable, encore faudrait-il qu’il porte un nom plus approprié et qu’il soit explicité plus clairement.
Voir l’article de Jean-Paul Fitoussi sur la « démocratie de marché » (http://www.ofce.sciences-po.fr/fitoussi/articles/democratie.html), et l’interview de François Bayrou sur le site du Figaro (http://www.lefigaro.fr/le-talk/2009/01/12/01021-20090112ARTFIG00557-reforme-des-lycees-bayrou-repond-a-sarkozy-.php).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ». Premier volet de notre série sur la guerre des espionnes.
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Relancer les trains de nuit et améliorer l'infrastructure créera des emplois
[Rediffusion] Lorsque le voyageur se déplace en train de nuit plutôt qu’en avion, il génère davantage d’emploi. La relance des trains de nuit peut ainsi créer 130 000 emplois nets pendant une décennie pour la circulation des trains, la construction du matériel et l’amélioration des infrastructures. Bénéfice additionnel : les nouvelles dessertes renforceront l’attractivité des territoires et l’accès à l’emploi.
par ouiautraindenuit
Billet de blog
Transition écologique... et le train dans tout ça ?
La transition écologique du gouvernement en matière de transports ne prend pas le train ! Dans un billet, le 3 août, un mediapartien dans son blog « L'indignation est grande », dénonçait le « mensonge d’État » concernant l’investissement ferroviaire. Deux émissions sur France Culture sont révélatrices du choix politique de Macron-Borne ! Saurons-nous exiger le train ?
par ARTHUR PORTO
Billet de blog
« Le chemin de fer est un trésor public et une solution pour demain »
[Rediffusion] Dans « Un train d'enfer », Erwan et Gwenaël Manac'h offrent une enquête graphique dense, caustique et très réussie sur la SNCF qui lève le voile sur une entreprise d’État attaquée de toute part, un emblème, à réformer sans doute, mais surtout à défendre. Conversation déliée avec Erwan.
par Delaunay Matthieu
Billet de blog
Les perdus de Massiac
Par quel bout le prendre ? Dénoncer l'incompétence catastrophique et l'inconséquence honteuse de la SNCF ou saluer les cheminots qui font tout leur possible pour contrebalancer l'absurdité du système dont ils sont aussi victimes ? L'État dézingue d'abord chaque secteur qu'elle veut vendre au privé de manière à ce que la population ne râle pas ensuite...
par Jean-Jacques Birgé