chloe.morin
Etudiante (SciencesPo. / London school of economics)
Abonné·e de Mediapart

27 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 janv. 2009

Quand la crise s'invite à Davos

Un « sanatorium pour l’économie mondiale ». C’est ainsi que Klaus Schwab, son fondateur, a qualifié le forum économique annuel de Davos qui va s’ouvrir ce mercredi.

chloe.morin
Etudiante (SciencesPo. / London school of economics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


Un « sanatorium pour l’économie mondiale ». C’est ainsi que Klaus Schwab, son fondateur, a qualifié le forum économique annuel de Davos qui va s’ouvrir ce mercredi.

Cette année, les politiques reviennent sur le devant de la scène : on y comptera pas moins de 43 chefs d’Etat et de gouvernement (plus du double par rapport à 2007). En revanche, il semblerait que les banquiers et autres dirigeants de multinationales, qui avaient accueilli avec mépris la proposition de création d’un « shériff des marchés financiers » formulée l’an dernier, soient déterminés à rester discrets cette fois-ci. Guettés par l’insolvabilité, les banquiers ne semblent en effet pas en position de refuser l’ingérence des politiques dans leurs affaires. Conscients de l’impopularité d’un étalement ostentatoire de la richesse en période de crise, les organisateurs n’ont pas invités de top-models (pas de Claudia Schiffer cette fois ci donc, ni d’acteurs hollywoodiens ou de chanteurs à succès) et ont insisté sur la nécessité de passer de l’égo-capitalisme à l’éco-capitalisme. En gage de leur bonne foi et de leur détermination, ils ont prévu d’offrir à chaque invité un podomètre, avec surprise à la clef pour celui qui aura le plus piétiné pendant les 4 jours que va durer le sommet. Pas de doute, c’est du sérieux…

C’est sans Barack Obama (ni aucun de ses représentants) que les participants au forum vont devoir se pencher sur les questions économiques complexes que la crise a généré. Les principales mesures devraient tendre à imposer un ratio de capitaux propres plus élevé pour les banques, reformuler les règles de comptabilité qui leur permettaient jusqu’ici de « sortir » les créances douteuses de leur bilan afin de prêter davantage, ou établir des règles de transparence sur les opérations financières. Il aura fallu une crise économique comparable à celle de 1929 pour que l’élite qui se réfugie chaque année au sommet de la montagne suisse commence à envisager d’intégrer des considérations éthiques dans son business model et à se poser la question d’une croissance économique soutenable.

Si on peut se réjouir de la reprise en main des questions de régulation financière par les politiques, la capacité des participants à atteindre un accord global et à engager des actions efficaces semble assez compromise par l’absence d’acteurs économiques et politiques de premier plan (le nouveau président des Etats unis aurait à ce titre pu apporter beaucoup au forum en termes de crédibilité).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Les perdus de Massiac
Par quel bout le prendre ? Dénoncer l'incompétence catastrophique et l'inconséquence honteuse de la SNCF ou saluer les cheminots qui font tout leur possible pour contrebalancer l'absurdité du système dont ils sont aussi victimes ? L'État dézingue d'abord chaque secteur qu'elle veut vendre au privé de manière à ce que la population ne râle pas ensuite...
par Jean-Jacques Birgé
Billet d’édition
Entretien avec Manuel Bauer, réalisateur du film documentaire « Vida férrea »
Entretien réalisé par Alice Langlois qui a mené un terrain anthropologique dans la région minière traversée par le film et le critique de cinéma Cédric Lépine, à l'occasion de la présentation du film « Vida férrea » à Visions du Réel, festival international du film documentaire de Nyon (Suisse) en 2022.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« Le chemin de fer est un trésor public et une solution pour demain »
[Rediffusion] Dans « Un train d'enfer », Erwan et Gwenaël Manac'h offrent une enquête graphique dense, caustique et très réussie sur la SNCF qui lève le voile sur une entreprise d’État attaquée de toute part, un emblème, à réformer sans doute, mais surtout à défendre. Conversation déliée avec Erwan.
par Delaunay Matthieu
Billet de blog
Transition écologique... et le train dans tout ça ?
La transition écologique du gouvernement en matière de transports ne prend pas le train ! Dans un billet, le 3 août, un mediapartien dans son blog « L'indignation est grande », dénonçait le « mensonge d’État » concernant l’investissement ferroviaire. Deux émissions sur France Culture sont révélatrices du choix politique de Macron-Borne ! Saurons-nous exiger le train ?
par ARTHUR PORTO