Rio : Répression policière contre les professeurs du réseau municipal d'éducation

L´implantation de campements par des professeurs du réseau municipal de Rio de Janeiro pour protester en faveur de meilleurs conditions dans le système de l´éducation publique a été durement réprimée hier soir. Des campements, à l´extérieur de la chambre municipale des conseillers municipaux, sont organisés depuis jeudi dernier ainsi qu´une occupation pacifiste à l´intérieur de la Chambre pour essayer d´obtenir une réponse à leurs revendications.

L´implantation de campements par des professeurs du réseau municipal de Rio de Janeiro pour protester en faveur de meilleurs conditions dans le système de l´éducation publique a été durement réprimée hier soir. Des campements, à l´extérieur de la chambre municipale des conseillers municipaux, sont organisés depuis jeudi dernier ainsi qu´une occupation pacifiste à l´intérieur de la Chambre pour essayer d´obtenir une réponse à leurs revendications.

Hier soir, aux environs de 23h, tout s´est accéléré subitement. La Police militarisée (militaires de combat) est entrée de force sans autorisation judiciaire pour mettre fin à l´occupation pacificiste des professeurs. Sans que les manifesants aient causé la moindre déprédation au patrimoine public, les policiers Ninja surnommés ainsi à cause de leurs tenues caractéristiques sont intervenus pour les déloger d´une manière disproportionnée, manu militari, à l´aide de bombes lacrymogènes, de balles en caoutchouc et de sprays aveuglants et suffoquants. La version de la Police et de la Globo, chaîne de télévision publique systématiquement huée par la rue, ont évoqué que tout s´est déclenché par le jet d´un cocktail molotov d'un manifestant sur les policiers alors que sur les médias Ninja, réseau de télévision non officiel, relayé par les manifestants et en direct sur internet, ont montré que ce sont les policiers qui sont intervenus violemment contre le mouvement pacifiste. Les internautes pouvaient voir sur les images des personnes en état de choc, certaines blessées et ensanglantées alors qu´elles criaient « sans violence » au moment de l´intervention musclée (vidéos jointes au moment de l´entrée des policiers réalisée par un manifestant à l´intérieur de la chambre municipale et une autre vidéo où on voit la police militaire repoussée les manifestants, réalisée par un journaliste de la Nova Democratia). Une autre personne cardiaque a été blessée par un laser, s´est évanouie et a été faite prisonnière et emmenée vers un poste de Police. Alors que la tension était vive, les manifestants se sont rendus, par solidarité et indignation, vers le commissariat de police pour essayer de libérer ceux qui avaient été fait prisonniers.

Sur le chemin, un professeur d´histoire comparait le Gouverneur CABRAL de l´État de Rio de Janeiro, et Eduardo PAES, le Maire de la ville de Rio de Janeiro, à des fascites et à des dictateurs. Le 31 juillet dernier, des manifestations avaient déjà eu lieu devant la Chambre Municipale pour demander que la justice fasse son travail face aux dénonciations contre le Gouverneur Sergio Cabral comme par exemple l'utilisation d'un hélicoptère à des fins privés pour emmener sa famille en vacances. Il faut savoir que cette semaine, la Présidente Dilma Rousseff a invité le Gouverneur Cabral à intégrer en 2014, son équipe gouvernementale pour apporter son expertise en vue de préparer les prochains événements de la Coupe du Monde de football et en sachant que la même année, après celle-ci, auront lieu les élections du futur Président de la République. Ces dernières semaines, la police avait systématiquement utilisé la force en alléguant que les manifestants étaient violents et utilisaient des masques empêchant leur identification. Ceux-ci rétorquaient par leur droit de manifester pacifiquement en utilisant des masques. La semaine dernière, une loi a été votée en urgence contre les manifestants masqués. Dans la foulée, la loi avait été modifiée pour permettre l´utilisation de masques lors d´évènements folkloriques comme le Carnaval de Rio. Toutefois, les manifestants ultras déterminés Black Bloc, promettaient de futures manifestations masquées pendant le prochain carnaval…

L´occupation de la Chambre Municipale était pacifiste et l´utilisation de la force a été disproportionnée. L´argument qui avait été jusque-là utilisée par les autorités pour réprimer systématiquement les manifestations n´a plus cours. Au même moment vers 2h du matin, alors que deux bataillons de Police débarquaient pour déloger cette fois-ci les campements à côté de la Chambre, spontanément, d´autres manifestants du festival de cinéma de Rio qui se trouvaient à proximité, se sont joints en formant un cordon humain pour protéger les campements. Après l´intervention courageuse d´une cinéaste, à deux mètres seulement des policiers et à l´aide d´un haut-parleur, revendiquant le droit des manifestants à protester, leur décence, leur mouvement légitime pour une éducation publique de qualité et de l´agglomération de toujours plus de manifestants, la « Police Ninja » a reçu l´ordre de quitter les lieux. Les policiers ont pris la fuite rapidement. Un sentiment de victoire planait, leurs campements continuaient. Les avocats du barreau (OAB) venaient appuyer le mouvement en invitant les personnes blessées à déposer plainte au commissariat et à rejoindre leurs campements.

vidéos :

http://www.youtube.com/watch?v=3QYQ70F1C3Y&feature=youtube_gdata_player

http://www.youtube.com/watch?v=VH3Wx3C7ukY&feature=youtube_gdata_player

http://m.youtube.com/watch?v=s8BXHP3pNPc&feature=youtu.be&desktop_uri=%2Fwatch%3Fv%3Ds8BXHP3pNPc%26feature%3Dyoutu.be

http://www.youtube.com/watch?v=zpcuNFDRWMk (répression du 1er octobre)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.