CÔTE D'IVOIRE: RÉVÉLATIONS EXPLOSIVES SUR LA MILICE SECRÈTE D’HAMED BAKAYOKO

Les révélations qui vont suivre sont exclusives et explosives. Après une enquête minutieuse, longue et périlleuse au cœur des milices qui menacent la stabilité de la République, Chris Yapi vous livre les noms des chefs des tueurs masqués qui endeuillent les familles ivoiriennes.

7336e573-3c66-46e8-9a3f-8596d83f20b2
RÉVÉLATIONS SUR LA MILICE SECRÈTE D’HAMED BAKAYOKO

1ère PARTIE : LES TUEURS ENCAGOULÉS DE CÔTE D’IVOIRE !
 
 
Chers lecteurs,

Les révélations qui vont suivre sont exclusives et explosives. Après une enquête minutieuse, longue et périlleuse au cœur des milices qui menacent la stabilité de la République, Chris Yapi vous livre les noms des chefs des tueurs masqués qui endeuillent les familles ivoiriennes.
Cette enquête a été l’une des plus dangereuses et effrayantes. Dieu seul sait ce qui se serait passé, si ces tueurs avaient réussi à m’identifier clairement et à mettre le grappin dessus.
 
Attention ! Faites gaffe ! Ces hommes dont nous parlerons sont des tueurs cruels. Certains d’entre eux ont plus d’une dizaine de meurtres à leur actif. Ils sont sans pitié pour leurs victimes. Dans leur milieu, être impitoyable est un atout et c’est pour cela qu’ils ont été sélectionnés et recrutés. L’impunité leur a été promise. Cela les rend plus hardis et inhumains. Ils sont rémunérés pour tuer. C’est ce qui les motivent. Le gain d’argent, de beaucoup d’argent les galvanise.
Pour nombre d’entre eux, leurs familles ne savent rien de leur cruauté ni de leurs activités. Certains passent pour des pères de famille paisibles et aimants. Ils ne le sont pas en réalité. Nous allons dans cette enquête les identifier et les « décagouler ». Ainsi, vous verrez leurs visages et connaîtrez leur composition, leur mode opératoire, les noms des chefs d’équipage et les noms de certains des membres de cette association d’assassins de la République. Ils sont si tristement célèbres qu’ils commencent à intéresser les organisations internationales de défense des droits de l’homme. En espérant que cette enquête aidera à les traduire un jour devant la justice.
 
Les Encagoulés : c’est une nébuleuse complexe à comprendre et cela est fait exprès. Le maître d’œuvre de cette sorte de pieuvre hydrique l’a bâti en ayant à cœur de brouiller les pistes. Tuer sans être vu et intraçable. L’homme-orchestre est un certain Hamed Bakayoko. Les Encagoulés, ce n’est pas un groupe homogène ! En fait, il existe plusieurs groupes d’Encagoulés. Chris Yapi a pu dénicher au moins trois groupes des plus cruels, mais aussi des plus actifs. Ils sont à la base de plusieurs meurtres et assassinats dans toutes les couches de la société. Chaque groupe d’Encagoulés opère généralement distinctement, mais à l’occasion, ils peuvent aussi opérer de concert. Chaque groupe d’Encagoulés a une tête de ponte :

- Le premier groupe est dirigé par M. Bazié Mathieu dit Nico.
- Le second par M. Traoré Amodi dit Amoudé.
- Le troisième groupe est sous le commandement du Colonel Koné Djakaridja dit Zakaria.

Tous ces groupes sont armés et équipés par Hamed Bakayoko et Téné Birahima Ouattara, le frère cadet du Président Alassane Ouattara.

Aujourd’hui Chris Yapi vous conduira dans le deep down des tueurs dirigés par le nommé Bazié Mathieu dit Nico.
 
Les Encagoulés dirigés par M. Bazié, qui se font appeler le « Bureau Enquêtes », sont une force secrète mixte, dont le quartier général est situé à l’ancien Hôtel Sebroko. Cette base militaire située à Attécoubé sur l’ancienne emprise de l’ONUCI est depuis placée sous le commandement du Colonel Inza Fofana dit Grumman. L’équipe est composée de :
 
• 18 gendarmes.
• 19 policiers.
• 10 militaires.
• 06 civils.
 
Ils sont dotés de véhicules, dont aucun ne porte de plaque minéralogique. Ce sont notamment :
 
• Plusieurs véhicules 4X4 double cabine
• Des fourgonnettes Hyundai H-1 qui leur servent à enlever et transporter leurs victimes.
 
Les hommes de Bazié sont répartis en trois (03) équipages qui rendent compte au Ministre de la Défense, Hamed Bakayoko. Les trois chefs d’équipage sont :
 
• Singo Honoré dit Yorne ou Paradis Kando qui est un civil et ex-milicien du temps du Président Gbagbo. C’est un véritable tueur qui a sévi dans l'ouest du pays. Il fait partie de toutes les attaques, enlèvements et tueries perpétrés par les Encagoulés. Il est un des hommes de confiance de Nico.

• Le Sergent-Chef Ouattara Aboudramane dit État-major qui est un militaire des Forces Armées de Côte d’Ivoire (FACI). C’est lui qui, le 23 décembre 2019, a mené l’opération d’enlèvement des partisans de Guillaume Soro, Président du mouvement GPS. C’est un pilleur et un tueur reconnu.

• Le Maréchal des Logis-Chef (MDL/C) Seny Youssouf qui est un gendarme présent lors de toutes les opérations de cette milice.
 
Ce sont ces hommes qui, sous la supervision directe de leur chef Nico, un civil d’origine burkinabé, dirigent les équipes d’Encagoulés de Sebroko dans toutes leurs missions.

Dans notre précédente enquête « Les milices au cœur de la République / 2ème partie : L’armée secrète d’Hamed Bakayoko se tient prête au combat », nous avons révélé que Bazié Mathieu dit Nico, était un ancien vigile qui a travaillé dans une agence de sécurité du temps du Général Tanny Ehuéni.
Parallèlement, il vivait de rapines aux temps des vaches maigres. N’ayant pas eu le courage de suivre ses camarades dans la rébellion de 2002 à Bouaké, il est devenu aigri quand ceux-ci ont été intégrés dans l’armée nationale, le laissant sur le bas-côté.

Autrefois proche de Traoré Salif dit Commandant Tracteur, il trahira ce dernier par avidité et veulerie. D’ailleurs, c’est lui-même qui proposa ses services au Ministre Hamed Bakayoko. Une fois recruté, Bazié, comme tous les zélés, se révéla d’une cruauté sans merci, juste pour mériter les faveurs de son patron et commanditaire. C’est bien M. Bazié qui, à la demande du Ministre Hamed Bakayoko, organise et exécute les opérations de tuerie des Encagoulés. Aux heures creuses, il les utilise pour des braquages et autres meurtres à gage.

Mais revenons à l’organisation des Encagoulés version Bazié Mathieu. Je commencerai par citer quelques gendarmes de cette unité secrète.
 
A. Gendarmerie nationale :
 
− Adjudant Assoumou Joseph dit Asjo.
 
De la Promotion 2004-2006, il est aujourd’hui auxiliaire de Police judiciaire. Asjo est considéré par les autres membres de cette milice, comme l’adjoint direct de Bazié Mathieu. Comme on dit chez nous, c’est le bon petit de Nico et il sait énormément de choses sur ce dernier. L’Adjudant Assoumou gère même certaines des affaires personnelles de Nico comme ses véhicules de transport communément appelé Massa.
L’Adjudant Assoumou vient de s’acheter une maison de plus de 20 millions de FCFA à la Riviera. Il fait aussi partie de ceux qui ont investi leur argent dans l’agrobusiness. Il aurait ainsi mis près de 6 millions de FCFA dans monhevea.com. Somme qu’il a perdue, mais c’est tout de même fabuleux pour un sous-officier de gendarmerie !

Avec les Encagoulés, l’Adjudant Assoumou Joseph participe à toutes les missions d’enlèvement, de kidnapping, d’exécutions sommaires et est mêlé à toutes les atrocités commises par cette milice. C’est également un usurpateur, car il aime souvent se présenter comme le Lieutenant Assoumou.
En plus, lorsqu’il se confie à certaines oreilles indiscrètes, il leur dit que Bazié Mathieu est un burkinabé d’origine et que c’est lui Assoumou, qui a entrepris les démarches pour sa naturalisation. Vu que les procédures ne sont pas encore terminées, il prétend que c’est lui le vrai chef. Il conduit un 4X4 Toyota bâché Land Cruiser immatriculé D10 et vit à Yopougon Akéikoi.
 
− Adjudant Konaté Soualio est un officier de Police judiciaire, issu lui aussi de la Promotion 2004-2006. Il vit à Abobo-Banco et conduit une Toyota Corona grise.

− Maréchal des Logis-Chef Seny Youssouf, chef d’équipage. Il vit à Yopougon quartier Millionnaire.

− 15 jeunes gendarmes basés à Sebroko pour la manœuvre et la garde.
 
Maintenant au tour des policiers membres de cet escadron de la mort.
 
B. Police nationale :
 
− Lieutenant Goheroha Vallin Blaise dit V est un officier de police Guéré de la Promotion 1996-1998 des Sous-officiers de police. Il a travaillé à l’Unité d’Intervention Rapide (UIR) anciennement appelée SAVAC (Section Antivol et Anti-criminalité) avec le Commissaire Néglé César.

L’UIR était réputée pour ses exécutions extrajudiciaires de délinquants et Goheroha était l’un des plus grands tueurs froids de cette unité de la police.
Parti de l’UIR, il a été affecté à la Police judiciaire. Repéré comme forte tête par le Général Dogbo Blé Bruno, il a été récupéré par ce dernier pour accomplir les basses besognes qu’il ne voulait pas confier à ses hommes de la Garde républicaine.

Le Lieutenant Goheroha est aussi un braqueur notoire. Pendant la crise postélectorale, il a été responsable du vol des véhicules du Ministre Patrick Achi. C’est également lui qui a pillé la maison du Ministre Konaté Sidiki. Son cousin, le nommé Gla Dion, ancien militaire radié, est actuellement incarcéré à la MACA pour faits de braquage.

Les autorités policières ont décidé d’affecter le policier aux mains pleines de sang loin d’Abidjan. Il a ainsi été muté au commissariat spécial de police de Noé. C’est là qu’il était lorsque le Ministre Hamed Bakayoko, qui avait besoin de caïds bien trempés, l’a recruté dans son écurie. Le Lieutenant Goheroha Vallin Blaise a de l’adrénaline. On peut le considérer comme le chef de toutes les opérations sanguinaires. Pratiquant le Taekwondo, il était inscrit au Club Tiger de Cocody-Bonoumin.
C’est lui qui a mené l’attaque du siège de GPS, le 23 décembre 2019. On le reconnait à sa silhouette, malgré la cagoule bleue bien visible (voir photo). C’est également lui qui a violemment frappé le détenu Souleymane Kamaraté dit Soul To Soul, lorsque ce dernier refusait de se laisser transférer en pleine nuit de la MACA vers une destination inconnue.
Il conduit une Ford Focus bleu immatriculée WW10 et vit à Yopougon Azito.
 
− Sergent-chef Douhin Dimitri qui vient d’être admis au concours des Officiers de Police, fait partie de l’équipage du civil Singo Honoré dit Yorne ou Paradis Kando. C’est Yorne qui l’a coopté au sein de cette milice. Il est devenu un membre à part entière de l’équipe des Encagoulés. Il vit à Yopougon Azito.
 
− Adjudant Koné Ignace qui vient également d’être admis au concours des Officiers de Police attend de débuter sa formation. Il vit à Koumassi.
 
Il y a parmi les Encagoulés des militaires recrutés au sein des Forces Armées de Côte d’Ivoire.
 
C. Militaires des Forces Armées de Côte d’Ivoire (FACI) :
 
− Adjudant Coulibaly Bakary Fako dit Pharmacien. Il conduit une Mitsubishi immatriculée D10.
 
− Sergent-Chef Koné Karim alias Petit Vié est le conducteur attitré du patron des Encagoulés Bazié Mathieu dit Nico. Il a participé à toutes les opérations de l’équipe des Encagoulés. C’est un pilleur et tueur reconnu. Il vit à Abobo N’Dotré et conduit une Toyota Rav4.
 
− Sergent-Chef Ouattara Aboudramane dit État-major est l’un des chefs d’équipage. Il vit à Yopougon Palais de justice. Cet encagoulé a la gâchette facile et est d’une cruauté terrifiante quand il s’agit de torturer et d’exécuter ses victimes.
 
− Caporal Adama Ténou dit Adams, matricule 002-09-5550 est un membre de l’équipe de la base arrière. Il vit aux Deux-Plateaux Polyclinique et conduit une Peugeot 306 Break.
 
− Caporal Samassi Souleymane est le conducteur d’un équipage. Il vit à Williamsville 1er arrêt et conduit une Mitsubishi immatriculée D10.
 
 
− Caporal Fondio Djakaridja dit Tonnerre est décrit par ses collègues comme étant bavard, corvéable à souhait et utilisé pour les missions ordinaires. C'est un pilleur et tueur reconnu qui habite à Abobo PK 18.
 
En dehors des forces de l’ordre, il y a aussi des civils chez les Encagoulés.

D. Civils :

− Le premier des civils est Bazié Mathieu dit Nico. Il habite à la Riviera Allabra. Selon ses propres éléments, son garage est rempli de véhicules de luxe : Toyota Hilux, Hyundai, Cadillac Escalade, Jaguar, Porsche.
 
− Diallo Siriki Kansi dit DSK est un ancien gendarme de la Promotion 2002-2004. Radié des effectifs de la Gendarmerie nationale pour braquage et nationalité douteuse, il avait été condamné à 20 ans d’emprisonnement ferme.

L’on ne sait comment, mais après seulement deux ans de prison à la MACA, cet homme d’origine peuhle du Fouta Djallon (Guinée), a été libéré.
Connaissant le métier des armes, il a profité de la crise postélectorale pour rejoindre les FRCI lors de l’assaut sur Abidjan. C’est ainsi qu’il a été blessé durant des combats à la RTI.
Après la guerre, devenu démobilisé, il a intégré la garde rapprochée du Député Soro Alphonse. Mais ce dernier l’a fait arrêter pour tentative d’assassinat sur sa personne. Incarcéré, ce caïd se retrouva une fois de plus dehors. C’est un tueur doublé d’un braqueur et il fait partie de l’équipe qui a éliminé le célèbre détenu Yacou le Chinois à la MACA.
Il vient de s’offrir une villa de 60 millions de FCFA à la Riviera 3. Actuellement, il roule en Jaguar, fruit de ses multiples braquages. Il possède également une Infinity et vit à Yopougon Maroc. Cet homme est particulièrement dangereux et a plusieurs meurtres à son actif. Il a tué avant et après avoir été recruté dans les Encagoulés ! Il est parmi les plus cruels de cette milice.
 
− Singo Honoré dit Yorne ou Paradis Kando est l’un des chefs d’équipage. Il conduit une Toyota Altima immatriculée D10 et vit à la Riviera Palmeraie.
 
− Kouadjané Michel dit Mike est un ancien milicien du Président Laurent Gbagbo. C’était un membre particulièrement cruel de la milice MILOCI (Mouvement Ivoirien de Libération de l’Ouest de la Côte d’Ivoire) dirigée par le Pasteur milicien Gammi et le « Commandant » Batoua.
Quand il combattait dans les rangs du MILOCI, plusieurs sources ont affirmé que cet homme s’est livré à des actes de cannibalisme au cours du conflit. Il a tué plusieurs personnes, dont majoritairement des nordistes et des burkinabés et a mangé certains de leurs organes.
Pendant le conflit, sa spécialité était la mitrailleuse lourde PKM. Ce milicien qui a goûté au sang humain est membre de toutes les missions kamikazes, celles où la probabilité de faire couler le sang est élevée. Il aime le sang et la mort. Il y a environ trois semaines à Koumassi, en plein jour, il a tiré à bout portant dans les pieds d’un syndicaliste du transport parce que ce dernier a osé rechigner à payer la rançon du jour.
Bazié Mathieu croit le maîtriser, mais dans cette milice, il est la taupe du Général Doumbia Lassina, Chef d’État-major. Mike lui rend compte de tout, car c’est son « père ». D’ailleurs, c’est le Général Doumbia qui l’avait présenté à Bazié Mathieu.
En effet, le Général Doumbia, alors Colonel, a servi à Guiglo en tant que Chef des opérations des FDS dans la zone opérationnelle ouest, de 2000 à 2002. Puis, en tant que Préfet militaire de Toulépleu de 2005 à 2009. Il connaît bien les miliciens qui opéraient alors dans cette zone. Kouadjané Michel dit Mike vit à Marcory Remblais.
 
− Coulibaly Mamadou dit Lieutenant Coul est un usurpateur qui se fait passer pour un lieutenant de Police. L’une de ses missions a été d’infiltrer et d’espionner Simon Soro, Président de l’ONG La Vie, incarcéré depuis décembre 2019 et frère cadet de Guillaume Soro. Cet Encagoulé devait recueillir toutes les informations possibles sur Simon Soro au cas où il fallait l’enlever ou l’assassiner. Il vit à Yopougon CHU.
 
Au vu des compétences des uns et des autres, de leur loyauté et au fil des missions qui leur ont été confiées, Bazié Mathieu dit Nico avec l’accord du Ministre Hamed Bakayoko son patron, a mis en place une équipe restreinte de choc au cœur de la milice des Encagoulés. Cette équipe d’élite est composée entre autres de :
 
- Bazié Mathieu dit Nico
- Lieutenant Goheroha Vallin Blaise dit V
- Adjudant Assoumou Joseph dit Asjo
- Diallo Siriki Kansi dit DSK
- Singo Honoré dit Yorne ou Paradis Kando
- Kouadjané Michel dit Mike
- Sergent-Chef Koné Karim dit Petit Vié
- Sergent-Chef Ouattara Aboudramane dit État-major
 
Grâce à nos investigations, nous avons pu avoir les contacts téléphoniques sur lesquels ces individus s’appellent pour coordonner leurs opérations. Nous avons volontairement caché les deux derniers chiffres de leurs numéros de téléphone :

− Lieutenant Goheroha Vallin Blaise dit V : Mécano : 260544K. Tel. : 02 13 90 XX
− Adjudant Assoumou Joseph dit Asjo : Matricule 28-188. Tel. : 57 68 74 XX
− Sergent-chef Ouattara Aboudramane dit État-major : Tel. : 08 47 63 XX
− Sergent-chef Koné Karim dit Petit Vié : Tel. : 08 16 46 XX                     
− Diallo Siriki Kansi dit DSK : Tel. : 09 17 75 XX                            
− Singo Honoré dit Yorne ou Paradis Kando : Tel. : 04 21 84 XX    
− Kouadjané Michel dit Mike : Tel. : 45 38 95 XX
− Caporal Fondio Djakaridja dit Tonnerre : Tel. : 08 23 55 XX       
− Caporal Ténou Adama dit Adams : Matricule : 002-09-5550. Tel. : 01 83 40 XX
− Coulibaly Mamadou dit Lieutenant Coul : Tel. : 07 62 90 XX
 
 
Le jeune officier qui monte est indéniablement le Lieutenant de Police Goheroha Vallin Blaise. Il est ambitieux, violent, sans état d’âme et prêt à tuer. En raison de son grade, il donne un vernis légal aux opérations des Encagoulés. Ses collègues de la Police sont dégoutés par ses méthodes, car il jette l’opprobre sur tout leur corps. Ils espèrent que ce dernier et ses acolytes des Encagoulés seront arrêtés. Il s’est marié à une jeune dame issue de la famille Boa d’Abengourou et se croit de ce fait intouchable. Il invoque la proximité de sa belle-famille avec celle de l’épouse du Ministre de la Défense Hamed Bakayoko, qui comme on le sait, est originaire d’Abengourou.
 
Autour de cette milice secrète, il y a d’autres civils qui n’ont pas de rôles opérationnels précis. Ces civils, en général des femmes, plus précisément des serveuses, viennent une fois par mois à la base Sebroko récupérer leurs primes et repartent aussitôt. Elles sont présentées comme des indicatrices du « Bureau Enquêtes ». Elles sont chargées de séduire les cibles, faire des sextapes ou les empoisonner, si besoin en était.
 
Le grand architecte de tout cela, c’est bel et bien le Ministre d’État, Ministre de la Défense Hamed Bakayoko. En mettant en place cette force dirigée par d’anciens repris de justice, d’anciens miliciens ou d’anciens loubards, de démobilisés, en somme de la racaille dont aurait honte n’importe quelle armée sérieuse, il se créé une équipe prête à tout. Ainsi, Hambak apparaît comme leur seul espoir, celui qui leur a donné la chance de rebondir à nouveau. Il est celui pour qui ils sont prêts à exécuter toutes les basses besognes. Ils lui sont fidèles et lui obéissent au doigt et à l’œil.
 
D’ailleurs, Hambak aime bien citer son mentor feu Balla Kéita, qui disait qu’il valait mieux s’entourer de racailles, car comme le dit un adage africain : « si tu tues ton chien parce qu’il a la rage, le cabri du voisin viendra te mordre impunément ». Le Ministre Bakayoko est convaincu que seule la racaille peut accepter d’entrer dans la gadoue et commettre les pires atrocités. Et ce qui choque les militaires de l’armée nationale, c’est que ces rebuts des forces de défense et de sécurité, ces Encagoulés sont mieux équipés, mieux payés, mieux traités qu’eux.
Pour preuve, ils sont les premiers admis aux concours des officiers sans n’avoir jamais passé d’examens. Ils ont les grades supérieurs sans avoir suivi de formation et ils sont capables de s’acheter des maisons de 20 à 60 millions de FCFA. Ils roulent dans des véhicules de luxe à faire pâlir nos stars du football. Chose qu’aucun officier supérieur ne peut valablement s’offrir en toute honnêteté.
Les soldats de l’armée nationale qui tirent le diable par la queue s’interrogent de plus en plus et misent leur espoir sur une probable réaction de leurs supérieurs, notamment le Chef d’État-major général des armées, sous les yeux de qui, plusieurs milices privées se mettent en place, en toute impunité.
 
Chris Yapi vient de vous livrer le premier groupe des sinistres « Encagoulés », les nouveaux escadrons de la mort de la République. Vous êtes mis en garde !
Tous, nous sommes, vous êtes de potentiels victimes de ce réseau de tueurs.
Vous ne les verrez pas surgir et ils prendront votre vie, le sourire aux lèvres. Vous n’êtes que du gibier et eux sont des chasseurs, des meurtriers.

On n’est jamais assez averti. Vous ne verrez peut-être pas leurs visages, car ils sont encagoulés. Mais, la dernière image que vous emporterez au moment de rendre votre dernier soupir sera un masque noir et c’est tout.
 
CHRIS YAPI NE MENT PAS.

5c6a229d-efbf-4cc9-80c1-203c49f84808

d7a7b8a1-1529-4c81-81bf-d093c0469149

af6255e8-d3c9-49fb-a04b-5f775cb82535

be78102f-5e0b-4562-bba5-13e85f0e511b

f6b04d64-7a19-4f3a-9f62-b3cc414bbfe3

61d5d40c-ba1d-40c8-a644-e378b7620d05

e84a3906-6802-48e4-9190-389d546c5544

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.