L’EMBARGO, L’AUTRE ARME D’ALASSANE OUATTARA POUR DÉTRUIRE LE MALI.

Qu’est-ce qui pourrait justifier cette haine et cette méchanceté qu’Alassane Ouattara voue autant au brave peuple malien ? Ce peuple n’a-t-il pas été un fervent et inconditionnel soutien pour lui au moment de ses heures sombres ? Nombreux sont les marabouts et savants maliens qui, nuit et jour, ont travaillé et prié pour qu’il accède au pouvoir.

img-20210204-wa0003

Qu’est-ce qui pourrait justifier cette haine et cette méchanceté qu’Alassane Ouattara voue autant au brave peuple malien ? Ce peuple n’a-t-il pas été un fervent et inconditionnel soutien pour lui au moment de ses heures sombres ? Nombreux sont les marabouts et savants maliens qui, nuit et jour, ont travaillé et prié pour qu’il accède au pouvoir. Même dans les plus petites familles, chacun avait fait de son mieux pour lui venir en aide, qui par des sacrifices, qui par des lectures de Coran. Quand la guerre de 2002 a éclaté, c’est au Mali que la famille d’Alassane Ouattara, c’est-à-dire ses sœurs, cousins et même son petit frère Photocopie, est allée se réfugier. C’est le généreux peuple malien lui a donné gîte et couvert ! Aujourd’hui, en guise de récompense, Alassane Ouattara veut détruire le Mali et il est la cause principale de la misère qui s’y répand et il est responsable des centaines de morts dans ce pays.

 

Souvenons-nous : Alassane Dramane Ouattara a appelé à étrangler le Mali et les Maliens par la mise en place d’un blocus sur les biens, les marchandises, les transactions financières, les médicaments et les déplacements de personnes. Cela s’appelle mettre en place un embargo sévère et inhumain contre un pays.

Officiellement, Alassane Ouattara disait viser le Colonel Assimi Goïta et la junte du CNSP. Mais en réalité, il cherchait à punir le peuple malien qui s’était levé contre IBK.

Pour comprendre sa stratégie perfide, il faut commencer par savoir ce que c’est qu’un embargo sévère.

Un embargo est une sanction de nature économique (mais, elle peut être administrative ou militaire) qui peut être prise à l’encontre d’un État. Il consiste à restreindre ou à empêcher certaines importations et/ou exportations d’un pays. La pression économique ainsi exercée, vise à le contraindre à respecter un certain nombre d’engagements internationaux. L’embargo peut concerner tout type de produits ou de biens, mais il ne saurait en revanche viser les importations à caractère humanitaire. Or, dans le cas du Mali, Alassane Ouattara est allé à l’extrême ! Quelle que soit la virulence des États-Unis d’Amérique, ils n’ont jamais osé aller aussi loin avec Fidel Castro à Cuba.

 

Rappelons-nous, le 3 février 1962, les États-Unis ont mis en place un embargo contre Cuba qui dure jusqu’à ce jour, mais il est plutôt allégé, après avoir essayé vainement de liquider physiquement Fidel Castro. Le monde entier a protesté contre la guérilla anticastriste soutenue par les Américains, qui avait échoué à renverser Fidel Castro et mettre au pouvoir un régime pro-américain. Alors, prenant pour prétexte des nationalisations d’entreprises américaines opérées par le régime socialiste cubain, les États-Unis ont décrété un embargo total sur Cuba.

Pour eux, c’était la meilleure façon non-militaire et la plus subtile pour renverser le régime cubain. Il fallait asphyxier économiquement le pays pour appauvrir les populations, de telle sorte que le peuple affamé s’en prenne aux dirigeants, se révolte et renverse le régime.

Pour mémoire, cet embargo n’avait pas obtenu l’accord de l’ONU, mais la puissance américaine ne fut contestée par personne. Depuis son instauration, cet embargo causa à l’économie cubaine une perte d’environ 116 milliards de dollars. Pour éviter un drame humanitaire, l’État cubain a dû investir massivement dans l’alimentation de base et fournir une consommation gratuite dans les crèches, les écoles, les hôpitaux, les foyers du troisième âge.

 

Alassane Ouattara, l’économiste, sait comment s’y prendre pour renverser le régime de transition malien. Il l’a déjà expérimenté avec Laurent Gbagbo, en le privant des ressources qui lui auraient permis de payer ses soldats. Mais, il a organisé une grande campagne de dénigrement de son pays et de ses ressources économiques. À l’époque, bénéficiant des réseaux de son ami Mamadi Diané, Alassane Ouattara entama une grande campagne de désinformation et d’intoxication auprès de sénateurs américains contre la filière du cacao ivoirien, arguant le travail forcé et inhumain des enfants dans les plantations. L’effet boomerang le rattrape aujourd’hui. À ce moment-là, il pensait faire du tort au Président Laurent Gbagbo. Il est manifeste qu’Alassane Ouattara n’a jamais été un patriote, tant il est aveuglé par la soif du pouvoir.

 

Voilà qu’aujourd’hui, il est en train de récidiver avec le Mali, mais en pire. S’il l’a fait à son prétendu pays, la Côte d’Ivoire, ce n’est pas le Mali qu’il épargnera. Sous prétexte qu’il veut défendre la démocratie et qu’il est contre les coups d’État, il a réclamé la mise en place d’un embargo sévère pour asphyxier économiquement et totalement le Mali. Ainsi, il fit fermer toutes les frontières terrestres et aériennes avec ce pays. Il fit mettre sous séquestre le compte bancaire du Mali à la BCEAO, empêchant le gouvernement de faire face aux salaires des fonctionnaires et aux achats de médicaments. Il fit fermer toutes les banques maliennes par la BCEAO et interdire toutes les transactions financières, même les envois par mandats postaux ou les petites sommes d’argent qui étaient transférées via Western Union ou par mobile money. Il fit stopper tous les convois de marchandises en direction du Mali. Chris Yapi considère que c’est un crime contre le peuple Malien. C’est un crime contre l’humanité !

 

Le Sénégal refusa de souscrire à cette forme extrême d’embargo et ouvrit ses frontières aux médicaments et aux marchandises en direction du Mali. Alassane Ouattara peut-il raisonnablement donner des leçons de démocratie au peuple malien ? Faut-il rappeler que ce dernier, parce qu’il était juridiquement inéligible dans son pays, a créé une rébellion qui a occasionné des milliers de morts pour venir au pouvoir ? Faut-il rappeler qu’il a violé la Constitution de son pays pour faire un troisième mandat au cours duquel il a encore fait tuer des centaines d’Ivoiriens ? Faut-il rappeler qu’Alassane Ouattara, en violation de la Constitution, a fait arrêter et détenir des députés pendant des années sans aucune levée de leur immunité ? Faut-il rappeler que dans son pays, il a fait emprisonner pendant plusieurs mois des femmes, dont une jeune femme enceinte, simplement parce qu’elles ont choisi de militer dans un parti d’opposition ? C’est un homme cruel, sans pitié !

 

Alassane Ouattara n’a assurément aucune prétention à vouloir instaurer la démocratie dans un autre pays quand lui-même bafoue allègrement les lois et la Constitution du sien. Son activisme pour la mise en place d’un embargo au Mali ne peut donc se justifier que par la haine qu’il voue au peuple malien. On sait que vers la fin du régime d’IBK, il a facilité le transport des armes du port d’Abidjan vers Bamako. Et ces armes devaient être utilisées dans la répression contre le peuple malien qui était dans la rue.

Chris Yapi se demande ce qui peut pousser un homme à haïr un peuple entier. Quelle ingratitude envers ce peuple frère qui lui a tout donné ! Au lieu d’aider le Mali à combattre le terrorisme, en le fragilisant, Alassane Ouattara se positionne plutôt en allié et aide les djihadistes à détruire totalement ce pays.

En effet, en décidant d’étrangler économiquement le Mali, où ce pays trouvera-t-il les moyens pour faire face aux assauts des terroristes ? Pénaliser le Mali économiquement, c’est être l’allié objectif des terroristes islamistes qui ont frappé invariablement la Côte d’Ivoire, le Burkina et le Niger.

 

Chris Yapi a décidé d’aller enquêter au Mali sur les effets de l’embargo. Je m’y suis rendu en empruntant une pirogue pour rejoindre la capitale. De la gare, je me suis allé à Sougounikoro, le marché par excellence des denrées alimentaires. J’ai pu noter que le coût de la vie est devenu très élevé au Mali depuis les mesures ignobles imposées par Alassane Ouattara. Et voici ce que j’ai pu observer de l’évolution des prix après l’embargo :

⁃ Le kilogramme d’oranges est passé de 500 à 750 FCFA ;

⁃ Le kilogramme de bananes est passé de 400 à 600 FCFA ;

⁃ Le sac d’oignons est passé de 6500 à 10 000 FCFA ;

⁃ Le sac d’arachides de 50kg est passé de 21 000 à 27 000 FCFA ;

⁃ Le sac de riz poisson de 50kg est passé de 32 000 à 36 000 FCFA ;

⁃ Le sac de riz parfumé Dima de 50kg est passé de 20 000 à 22 500 FCFA ;

⁃ Le sac de riz Royal Ubrella de 50kg est passé de 25 000 à 27 500 FCFA ;

⁃ Le sac de maïs de 50kg est passé de 7 500 à 10 000 FCFA ;

⁃ Le sac de fonio de 50kg est passé de 22 000 à 25 000 FCFA ;

⁃ Le sac de sucre de 50kg est passé de 19 000 à 21 000 FCFA ;

⁃ Le bidon d’huile de 20 litres est passé de 16 000 à 18 000 FCFA ;

⁃ Le paquet de 60 cubes Maggi tablettes est passé de 11 500 à 13 000 FCFA.

 

C’est une véritable catastrophe pour les ménages maliens. J’ai aussi interviewé des citoyens Maliens. Autant dire qu’ils maudissent le Président Ouattara et décrient sa légendaire ingratitude. Les effets postérieurs de l’embargo sont tels que beaucoup de Maliens ne peuvent plus vivre décemment. Les familles qui n’arrivent plus à avoir les trois repas quotidiens sont devenues légions. Des enfants ne peuvent plus aller à l’école par la faute d’Alassane Ouattara.

À cause des mesures iniques contre le Mali, la Covid-19 a eu le temps de s’enraciner dans ce pays et chaque jour des centaines de Maliens sont contaminés. Ne sont-ils pas des êtres humains ? Ne méritent-ils pas considération et respect de la part d’Alassane Ouattara ? Vu l’ingratitude manifestée aujourd’hui par le président ivoirien envers le Mali, Chris Yapi appelle tous les marabouts de ce pays à travailler contre lui. Accepter son argent et travailler pour lui, c’est trahir le Mali. Prier dans les mosquées pour lui, c’est se faire complice du fossoyeur du Mali. Tout Malien qui soutiendra Alassane Ouattara sera maudit par les mannes des ancêtres de ce pays depuis Soundjata Kéïta jusqu’à ce jour.

 

CHRIS YAPI NE MENT PAS.

 

 

Voir d’autres vidéos en lien avec celle-ci :

 

- DÉSTABILISATION DE LA TRANSITION MALIENNE : LA TENSION MONTE ENTRE BAMAKO ET ABIDJAN - https://youtu.be/QjNlFU8FnkM

 

- ALASSANE OUATTARA COMPLOTE CONTRE LE MALI - https://youtu.be/XIw5AaAdjUM

 

- VERSION EN BAMBARA : ALASSANE OUATTARA COMPLOTE CONTRE LE MALI : https://youtu.be/FcC6rUwuOvA

 

- COUPS BAS CONTRE LE PROCESSUS DÉMOCRATIQUE AU MALI : ADO TENTE DE CORROMPRE LA JUNTE MALIENNE - https://youtu.be/0NZhKItM1UU

 

- GUERRE CONTRE GUILLAUME SORO : ALASSANE OUATTARA TENTE DE SE RAPPROCHER DE L’IMAM DICKO - https://youtu.be/f8K1jwSWPXc

 

- APRÈS LA CHUTE D’IBK AU MALI : LE PLAN DE RIPOSTE D’ADO DÉVOILÉ - https://youtu.be/6nmX6rwmH68

 

- SOMMET EXTRAORDINAIRE DE LA CEDEAO : KABORÉ ET EMBALÓ DÉSAVOUENT ADO ET SE RANGENT DU CÔTÉ DU PEUPLE MALIEN - https://youtu.be/Xwa5yvkP3E8

 

- CHUTE D’IBK AU MALI : ALASSANE OUATTARA VOULAIT FAIRE COULER LE SANG MALIEN - https://youtu.be/C1D-F88Lv4A

 

- HUMILIÉ AU SOMMET DE LA CEDEAO : ADO ENTRE EN GUERRE CONTRE LE PEUPLE MALIEN - https://youtu.be/MAxZLoawmuQ

 

- ALASSANE OUATTARA HUMILIÉ À BAMAKO - https://youtu.be/MYnDGK7N_Xo

 

- SOMMET DE LA CEDEAO SUR LE MALI : EMBALÓ REMET ENCORE ADO À SA PLACE - https://youtu.be/HaH9T3yr2dU

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.