Guerre de succession au RHDP: la maladie mystique de Gon Coulibaly

Pourquoi Amadou Gon Coulibaly, qui était au mieux de sa forme physique, le jeudi 12 mars 2020, lors de son choix comme candidat à la présidentielle pour le compte du RHDP, est tombé subitement, comme une masse, le samedi 2 mai, victime d’une attaque cardiaque foudroyante ? Révélations sur une guerre mystique terrible en cours au sommet du régime en Côte-d’Ivoire.
  1. GUERRE DE SUCCESSION AU RHDP : RÉVÉLATIONS SUR LA MALADIE MYSTIQUE D’AMADOU GON COULIBALY
    23cda9c3-64d7-4b44-ad19-18378bdf8ea1
    Si ce n’était la promptitude avec laquelle le Président Alassane Ouattara l’avait fait évacuer en France, il serait peut-être décédé. Il faut dire que cette crise cardiaque a surpris le Président Ouattara, lui qui avait reçu les assurances des médecins, que son poulain pouvait tenir la pression d’une campagne électorale et la gestion d’un pays.C’est un Amadou Gon diminué, affaibli qui va regagner la Côte d’Ivoire. Son avenir électoral est en pointillé et son mentor se pose désormais des questions sur sa capacité à conduire les troupes du RHDP.

Comment tout cela a pu arriver à cet homme qui se voyait déjà installé dans le fauteuil qu’Alassane Ouattara va libérer dans quelques mois ? La vérité est simple : Amadou Gon Coulibaly a été victime de la guerre de succession qui fait rage actuellement au RHDP. Guerre au cours de laquelle tous les moyens ont été utilisés, y compris la sorcellerie africaine et la magie noire. Chris Yapi a enquêté et va révéler au monde ce qui est réellement arrivé à Amadou Gon Coulibaly et comment cela lui est arrivé.
 
• Les prédictions de la prêtresse Koyaka Mamissi
 
Tout est parti d’une révélation reçue par Hamed Bakayoko, courant mars- avril 2011, juste après le blocus sur l’Hôtel du Golf. Après la chute du Président Laurent Gbagbo, Abou Diarra, actuellement Chef de cabinet à la Mairie d'Abobo, qui à cette époque était le chargé de mission du Ministre de l’Intérieur Hamed Bakayoko, a reçu la visite d'une dame réputée dans la région du Worodougou pour ses pratiques mystiques.
Cette dame, connue sous le nom de Mamissi, prétendait avoir eu des révélations de la part de ses oracles concernant l'avenir du Worodougou. Elle voulait rencontrer le Ministre Hamed Bakayoko pour lui faire part de ses visions prophétiques. Elle insistait fortement pour le rencontrer, car selon elle, le chef de ses génies qu’elle appelait « Djinan Mansa » lui avait transmis un message pour le Ministre Bakayoko, lequel serait promis à un destin exceptionnel.

Sur insistance d’Abou Diarra pour en savoir davantage, elle lui révéla qu’au cours d'une consultation divinatoire, elle avait vu le tapis rouge présidentiel déroulé tout le long de l'autoroute du nord, du corridor de Yopougon-Gesco jusqu’à la mosquée des ancêtres des Bakayoko à Séguéla. Cela signifiait qu’un fils de Séguéla, un Bakayoko, aurait un destin qui l’amènerait à marcher sur le tapis rouge et pour elle, il n’y avait aucun doute. Il s’agissait bien d’Hamed Bakayoko. La prêtresse a affirmé que ses oracles ne l’avaient jamais trompée et elle insista pour transmettre l'interprétation de cette consultation directement au concerné lui-même.
 
Compte tenu du contexte sensible de la crise postélectorale que venait de traverser le pays, Abou Diarra le chargé de mission, fit remarquer à la voyante que sa requête ne pouvait aboutir. Mais, il promit de traduire fidèlement ses prédictions à son patron qui était toujours reclus à l'Hôtel du Golf. Comme promis, Abou Diarra transmit à Hamed Bakayoko les prédictions sur le destin présidentiel qui l’attendait. Goguenard et incrédule, le Ministre n’en crut pas un mot. Il demanda cependant à entendre les prétendues révélations de ses propres oreilles. Aussitôt dit, aussitôt fait.

Quelques jours plus tard, la voyante Mamissi fut à nouveau appelée par Abou Diarra.
Ayant eu l'accord de « Djinan Mansa », le roi de ses génies, elle accepta la rencontre et se fit accompagner par l'une de ses sœurs en guise de témoin. Devant sa sœur, elle répéta mot pour mot à Abou Diarra que ses génies prédisaient qu’Hamed Bakayoko, petit-fils de Vafoumba Bakayoko, était destiné à devenir Président de la République après Alassane Ouattara.

Selon les interprétations que la prophétesse faisait des messages de ses génies, après la présidence d'Alassane Ouattara, un fils du Worodougou était prédestiné pour assurer la succession, ce que symboliserait le tapis rouge déroulé de Yopougon-Gesco jusqu’à une mosquée de la ville de Séguéla. Elle poursuivit en indiquant que pour que cette prophétie se réalise sans encombre, une dizaine de bœufs devaient être immolés sur la terre d'origine du Ministre.
Ensuite, il devait aller prêter les serments usuels sur la tombe des ancêtres Bakayoko à Koro, dans le département de Touba.
Pour terminer, elle a indiqué qu’Hamed Bakayoko devait toujours avoir à son domicile trois chevaux de couleurs différentes qu'il devait chevaucher par moments pour garder les faveurs des mânes. J’imagine bien que certains visiteurs du Ministre ont dû voir ces chevaux.

Comme difficultés sur son destin présidentiel, la voyante lui a recommandé de faire très attention à l’entourage du Président Alassane Ouattara parce que c’est là-bas que se trouveraient ses ennemis les plus redoutables. C’est surtout ceux, qui comme lui, viennent du Worodougou, mais qu’il les vaincrait sans grands efforts.
Cependant, a-t-elle dit, il aura à affronter un jour, un puissant adversaire, issu d'une tribu alliée à la sienne. Avec son accord, Abou Diarra enregistra les révélations de la devineresse sur un dictaphone et les transmis à Hamed Bakayoko. Après les avoir écoutées, Hambak n’y accorda aucun crédit. Cela lui semblait si irréel.
 
• La guerre IB vs Hamed Bakayoko
 
Durant cette période agitée, Ibrahim Coulibaly dit IB se signalait à la tête de ses hommes du côté d'Anyama, par son refus de reconnaître le pouvoir du nouveau Président Alassane Ouattara. Mieux, il s'était même proclamé nouveau Chef de l'État et annonça l’ouverture d’une transition.
En entendant cette proclamation présidentielle, Hambak se souvint qu’une voyante avait prédit qu’un fils du Worodougou serait Président. Or, IB est du Worodougou …
Serait-ce IB le messie du Worodougou dont parlait la prêtresse Mamissi ? Tout portait à le croire à l’époque, d’autant plus qu’Hamed Bakayoko ne se voyait guère le profil d’un Président de la République.

Pour mémoire, Hambak était très proche du Premier ministre - Ministre de la Défense Guillaume Soro et cela semblait lui suffire. Face à IB, il avait fait le choix de Guillaume Soro. Il n’en demandait pas plus. Cependant, la prédiction de la prophétesse lui trottinait dans la tête. Il en était inquiet, car IB était opposé à Guillaume Soro et selon la formule, l’ami de mon ennemi est mon ennemi. IB n’aimait pas Hamed Bakayoko et ce dernier le lui rendait bien. Hamed Bakayoko avait très peur d’IB et de sa brutalité. Il s’acharnait alors à convaincre le Président Ouattara et son Premier Ministre Guillaume Soro qu’il fallait mater rapidement la rébellion d’IB par la force et ce serait un de moins. La suite on l’a connaît.

En effet, selon « Jeune Afrique », Hamed Bakayoko a obtenu la géolocalisation du Sergent-chef Ibrahim Coulibaly grâce à l'un de ses contacts dans la téléphonie mobile et obtint le feu vert d’Alassane Ouattara pour que l’assaut soit donné contre ce rival menaçant du Worodougou que la prophétesse et prêtresse Koyaka avait mentionné. IB a été tué lors d’une opération menée par les FACI.
Après l'élimination physique de ce fils du Worodougou, Hambak croyait en avoir fini avec ses adversaires issus du Worodougou. Erreur de gawa !
 
• L’humiliation d’Amadou Soumahoro dans le Worodougou
 
Un autre fils du Worodougou à son grand déplaisir se signala. Il s’agit d’Amadou Soumahoro, actuel Président de l’Assemblée nationale, qui ne cachait pas ses ambitions régionales. Pour ne prendre aucun risque, Hamed Bakayoko finança l’adversaire d’Amadou Soumahoro lors des élections municipales de 2013. Ainsi, Amadou Soumahoro, tout puissant Secrétaire Général du RDR, mordit la poussière face à un inconnu et perdit son honneur et son prestige. Quelle humiliation !

Cependant, ce dernier réussira à prendre sa revanche lors des élections départementales suivantes de 2015.

• La rencontre secrète Hamed Bakayoko et la prêtresse Mamissi.

Prenant maintenant au sérieux ces questions de rivalités venant du Worodougou, le Ministre de l’Intérieur demanda à son fidèle chargé de mission Abou Diarra de faire venir la fameuse voyante qui avait prédit cette adversité régionale. Les prédictions de la prophétesse Mamissi faisaient leur chemin dans le cerveau du Ministre Bakayoko.

Mamissi fut donc rappelée par le chargé de mission et logée à Adjamé Williamsville, dans l’un des bidonvilles. Pour ceux qui connaissent ce quartier, il s’agit du bidonville qui se trouve à proximité du garage de la Police Nationale. Consultée à nouveau pour lire l'avenir, la dame exigea un dialogue direct avec le Ministre Hamed Bakayoko. Informé, ce dernier accepta cette fois sans hésitation. Elle fut donc conduite dans l’une des résidences secrètes du Ministre de l’Intérieur.

Selon ma source, qui est bien introduite, la voyante lui avait recommandé à Hambak d'acheter rapidement les trois chevaux de couleurs différentes, qu'il devait garder à son domicile et les chevaucher trois jours dans la semaine : lundi, mardi et mercredi, s'il voulait reprendre le contrôle du Worodougou qu’Amadou Soumahoro venait de lui ravir.

Au cours de cette séance de consultation mystique, la voyante est revenue à nouveau sur la bataille sans merci que devait lui livrer un adversaire issu d’une tribu alliée. Elle précisa même qu’il s’agissait d’un Senoufo. Hamed Bakayoko lui demanda qui était donc ce puissant allié Senoufo ? Elle rétorqua que ses génies ne lui avaient pas donné d’indications précises à ce sujet. Comment remporter le duel face à ce puissant Sénoufo demanda Hambak ?
Après avoir fait ses incantations, la dame lui répondit qu’il devait faire un retour aux sources pour invoquer les mânes des ancêtres Bakayoko à Koro afin de bénéficier de leur aide mystique. La tombe du patriarche Bakayoko s'y trouve et s’il s’y rend pour des invocations, il aura gain de cause. Cette étape est très importante, car pour la petite histoire, l’origine des Bakayoko se trouve à Koro. Ce lieu est devenu un sanctuaire. Il est dit que l’ancêtre des Bakayoko a fait 7 fois le pèlerinage à la Mecque à pied ce qui fit sa renommée. C’était un homme qui dévoua toute sa vie à Dieu et à l’islam. Sa puissance était connue au-delà des frontières de son canton. Une fois mort sa tombe devint un lieu de pèlerinage et les gens affluent pour s’y recueillir et l’implorer. L’actuel Président Ouattara avant de devenir Président de la République aurait fait le détour à Koro pour lui aussi l’implorer.

Elle recommanda également à Hambak de construire une maison dans sa ville de Séguéla en faisant en sorte que la résidence soit orientée dans la direction du soleil couchant. Cette résidence lui servira de sanctuaire mystique et d’antre de repli d’où il pourra contrer tous ses adversaires. Elle termina en disant à Hamed Bakayoko que parmi ses adversaires, il devait se méfier particulièrement d’un qui était sans cœur.
Hambak ne comprit pas le sens de cette expression. Ce qui l’intéressait c’était de savoir s’il arriverait à battre ce dernier. La voyante lui dit juste de bien se préparer et qu’il verrait de lui-même. Le Ministre se conforma aux prescriptions de la voyante et acheta les trois chevaux. La résidence également fut construite. C’est son fameux ranch de Séguéla.
 
Cherchant qui pouvait être ce fameux adversaire Sénoufo qui lui donnerait du fil à retordre, Hamed Bakayoko finit par déduire qu’il ne pouvait s’agir que de Guillaume Soro. Ce dernier était au paroxysme de sa gloire triomphante et surtout entretenait, d’excellentes relations avec le Président Ouattara. L’opinion s’accordait à dire qu’il serait le successeur idéal de ce dernier.

• L’alliance Hamed Bakayoko – Amadou Gon

Hambak commença dès lors à se méfier de lui et à concocter un plan de bataille.

Il fallait isoler et éliminer Guillaume Soro de l’entourage du Président s’il voulait que la prédiction de son destin présidentiel se réalise. Il avait déjà vaincu deux adversaires (IB et Amadou Soumahoro), il vaincrait le troisième.

Pour le réussir, il fallait être intelligent et il lui fallait un allié. Ce sera le tout puissant Secrétaire Général de la Présidence, Amadou Gon Coulibaly dit AGC.

S’appuyant sur ce dernier qu’il savait être un homme de confiance du Président Alassane Ouattara, Hamed Bakayoko fournira un nombre impressionnant de bulletins de renseignements fabriqués sur celui qu’il ne voyait plus comme un ami, mais comme un rival redoutable. Le résultat fut spectaculaire : Alassane Ouattara et Guillaume Soro se sont brouillés et ont fini par se séparer. Alors, Hamed Bakayoko croyait qu’enfin le chemin était déblayé pour lui et que la prophétie s’accomplirait.

Mais à sa grande surprise, le discret Secrétaire Général de la Présidence qu’on disait impotent, est nommé Premier ministre à son grand regret. Pis, il a commencé à montrer appétence pour le pouvoir et le fauteuil présidentiel. Comble de malheur, son rival local dans le Worodougou, Amadou Soumahoro, s’est rapproché du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly qui est son beau-frère pour lui apporter son soutien.
De son côté, le Président Alassane Ouattara ne faisait plus mystère de son intention de transmettre le fauteuil présidentiel à Amadou Gon Coulibaly en lui déléguant quasiment les commandes du pays.
 
• La contre-attaque mystique d’Hamed Bakayoko

Hambak, amer, va alors comprendre de qui parlait la voyante, quand elle lui prédisait un adversaire redoutable, Sénoufo et sans-cœur. Amadou Gon Coulibaly répondait en tous points au profil, car il avait été greffé du cœur. Hambak fit rechercher à nouveau la voyante pour examiner avec elle le plan de contre-attaque. On alla jusque dans son village appelé Mongbara, dans la sous-préfecture de Bobi-Diarabana, à 42 kms de Séguéla.
Mais, malheureusement, cette dernière était décédée. Pour la première fois, Hamed Bakayoko vacilla. Le fauteuil présidentiel allait-il lui échapper si près du but?
Inquiet, Hambak en parla à son père, le doyen Anliou Bakayoko qui était lui aussi dans la confidence de la défunte prêtresse. Ce dernier confia alors son fils à son cousin Awaza Bakayoko, célèbre mystique de la ville de Séguéla et fin connaisseur de l'histoire de la famille Bakayoko. Awaza pris la relève. Entre-temps, la prêtresse Mamissi a été succédée par dame Satougbè, aujourd’hui épouse du Général Gaoussou Soumahoro.

Revenons au destin présidentiel du Ministre Bakayoko. Désormais, déterminé à accomplir la prédiction, il y mettra les moyens. Pas question de s’arrêter en si bon chemin. Awaza Bakayoko recevra donc des moyens financiers et un véhicule de type 4x4 afin de sillonner tout le district du Woroba pour mobiliser tous les experts en sciences occultes, en magie, en sorcellerie et en divination. Tous ont une seule mission : soutenir le fils de la région pour l’accomplissement de son destin présidentiel. Hambak ne se contenta pas des réseaux d’Awaza Bakayoko. Il mobilisa plusieurs réseaux mystiques de la sous-région et les rôles ont été bien répartis :

− Abou Diarra a été chargé des marabouts du Mali, son pays d'origine.
 
− Des cadres de la région ont été également mobilisés pour apporter leur soutien à leur frère du village. Ainsi, une première délégation s’est rendue à Koro, dans le département de Touba, pour impliquer les mages et devins de ce lieu d'où venait l'ancêtre des Bakayoko.
 
− À Séguéla même, les vieux Sages de la ville dont Yaya Meïté, ancien Maire de Kani et ancien dirigeant de l’Africa Sport, ont conseillé à leur fils d’impliquer les détenteurs des savoirs mystiques des trois foyers du Woroba : les fameux « Gbakrou sawa » (Touba-Mankono-Kani) dans cette guerre mystique, car l’adversaire d’en face, le Lion de la région du Poro, est très difficile à vaincre.

Pour passer inaperçu et ne rien dévoiler de leur plan (le destin présidentiel d’Hambak) l’astuce trouvée sera d’utiliser le mois du jeûne musulman pour aller se confier aux fameux trois foyers. De là naîtra l'idée d'organiser des Nuits du Destin tournantes dans les trois villes Touba-Mankono-Kani. Ni le Président Ouattara ni le Premier Ministre n’en surent rien. Hamed Bakayoko les avait convaincus qu’il faisait ce travail pour protéger ces régions du péril Soro.

De manière insoupçonnée, chaque nuit, quand Hambak, le parrain de ces nuits du destin arrivait, tous les pouvoirs mystiques du département étaient mobilisés discrètement pour des pratiques mystiques nocturnes. La première édition fut organisée en juin 2016 à Touba, la deuxième à Mankono en juin 2017 et la dernière eut lieu à Kani en mai 2019. Tous s’en souviennent, mais n’ont jamais su le vrai mobile. Des cellules mystiques ont été créées dans chacun de ces chefs-lieux de département et ont été financées par Hambak. La même mission a été confiée à chacune d'entre elles : éloigner le Lion du Poro du pouvoir par tous les moyens.

Awaza Bakayoko est le coordonnateur de toutes ces cellules. Basé à Séguéla, il veille régulièrement à ce que les sacrifices se fassent comme prévus. Grâce à son véhicule 4X4, il les visite régulièrement. En cas de besoin, le Ministre en personne est demandé et il s’enferme dans son ranch pour y faire des bains mystiques et autres sacrifices de bœufs.
Ce fut le cas lors de son récent séjour à Séguéla en avril dernier, sous le bon prétexte d’une quarantaine dû au Covid-19. Il a subi toutes sortes de bains mystiques et des dizaines de sacrifices de bœufs ont été faits. Toute la ville de Séguéla en a parlé.

• Les missiles mystiques

Dans le clan du candidat du RHDP à la présidentielle de 2020, ce sont plutôt les préparatifs de la grande campagne électorale. Au nord, à Korhogo, on est plutôt heureux que l’un des arrière-petits-fils du patriarche Peleforo Gon ait été choisi pour succéder au Président Ouattara. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Après un séjour médical au Maroc, le candidat Amadou Gon Coulibaly doit démontrer aux Ivoiriens qu’il respire la pleine forme et qu’il est déterminé à assumer la fonction présidentielle. Son entourage a beau lui conseillé de garder un œil vigilant sur le trublion de Ministre de la Défense et de son activisme contre-productive pour l’image du camp présidentiel, Amadou Gon n’en a cure. « Tout est bouclé et géré » semblait être le seul slogan d’Amadou Gon. S’il avait prêté attention, il verrait que le Ministre de la Défense et son entourage riaient jaune. Il aurait même dû faire attention à l’enquête de Chris Yapi rapportant des propos d’Awaza Bakayoko qui assurait aux populations de Séguéla : « Que le tonnerre gronde. Que les éclairs déchirent le ciel. Hamed sera Président, sauf si nos ancêtres, les Bakayoko ne viennent pas de Koro ! Jamais Gon ne passera l’été ! »

En effet, alors que tout semblait verrouiller, le retour du Ministre de la Défense marqua un tournant. Il se rendit à Abidjan avec dans ses valises des amulettes, fruits de la magie noire. Ces amulettes lui avaient été remises et devaient être enterrées dans la ville d’Abidjan. Des pratiques et incantations ont été réalisées par les émissaires du Ministre Bakayoko du 20 au 21 avril à Koro et à Mankono du 23 au 25 avril 2020. La suite vous la connaissez. Le Premier Ministre Amadou Gon, le 2 mai 2020, a fait une crise cardiaque. Il a été immédiatement évacué à Paris où il séjourne jusqu’à ce jour. Selon les mystiques du Ministre Bakayoko, il ne devait pas se relever de cette maladie ou alors, il devait en sortir hémiplégique.

Amadou Gon Coulibaly qui n’est pas né de la dernière pluie a vite compris que son mal n’est pas d’origine naturelle. En effet, malgré la technologie de pointe et les meilleurs spécialistes parisiens, son mal ne recule pas. Les médecins parlaient même de le garder pendant quelques mois encore en France. Mais, Amadou Gon Coulibaly ne l’entend pas de cette oreille.

Ayant compris la cause réelle de sa maladie et de sa souffrance, il a décidé de s’attaquer aux racines du mal. Il compte rentrer en Afrique pour mener le combat mystiquement. Déjà, ses partisans sont en mission pour réactiver tous les devins du Poro, du Tchologo et même du Hambol afin d’annuler l’attaque mystique et apporter la riposte. Plusieurs bœufs ont été immolés à Korhogo la semaine dernière pour préparer l’arrivée de leur champion.

Hamed Bakayoko a également compris qu’avec le retour d’Amadou Gon Coulibaly au pays, même diminué, la partie reste compliquée pour lui. Il a décidé de passer à la vitesse supérieure : celle des mystiques béninois.
Ainsi, sur recommandations de son ami, le maître franc-maçon Maixent Accrombessi, ancien Directeur de cabinet du Président Ali Bongo Ondimba, Hamed Bakayoko a envoyé des émissaires depuis le lundi 1er Juin 2020 dans le village de Kétou, non loin de Porto Novo, au Bénin.
À Kétou, tous les connaisseurs le savent, il y a le rituel magique du Guèlèdè, mais aussi il y a une porte mystique aux effets occultes redoutables. Tout le monde n’y a pas accès. Mais, Hamed Bakayoko a une bonne recommandation, celle d’Accrombessi, qui est également grand-maître vaudou au Bénin. Ses émissaires, dont des frères d’un certain Sawegnon, ont emmené avec eux une liste de personnes que les sorciers pratiquant le rituel du Guèlèdè doivent traiter.  Sur cette liste se trouvent les noms de :

• Alassane Ouattara
• Amadou Gon Coulibaly
• Téné Birahima Ouattara
• Amadou Soumahoro
• Camara Kandia
• Adama Bictogo
• Patrick Achi (c’est curieux !)

Hamed Bakayoko entend décimer, s’il le faut, l’entourage du Premier ministre, mais le destin présidentiel de feue la prêtresse Mamissi du Worodougou doit s’accomplir et maintenant. Ces personnes, dont les noms ont été transmis aux sorciers Béninois, auront-elles des crises cardiaques ? Feront-elles des AVC ? Auront-elles des accidents ? L’avenir nous situera. Pour le moment, Chris Yapi suit pour vous l’évolution de la bataille mystique en se mettant à l’abri des missiles invisibles.
 
 
CHRIS YAPI NE MENT PAS.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.