ALASSANE OUATTARA UTILISE LA CPI POUR RÉGLER SES COMPTES AVEC GBAGBO ET SORO

CRISE POLITIQUE EN CÔTE D’IVOIRE : ALASSANE OUATTARA UTILISE LA CPI POUR RÉGLER SES COMPTES AVEC GBAGBO ET SORO Des anciens chefs de guerre bientôt aux arrêts. Depuis quelques jours, une équipe de la Cour Pénale Internationale (CPI) est en Côte d’Ivoire pour interroger les ex-Com’Zones et certains miliciens pro-Gbagbo

Des anciens chefs de guerre bientôt aux arrêts.

 Depuis quelques jours, une équipe de la Cour Pénale Internationale (CPI) est en Côte d’Ivoire pour interroger les ex-Com’Zones et certains miliciens pro-Gbagbo, dans le cadre d’une investigation pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Ils sont là, à la demande du gouvernement ivoirien.

 

En effet, dans son aveuglement et sa haine féroce contre le Président Laurent Gbagbo et l’opposant Guillaume Soro, Alassane Ouattara a expressément demandé à la CPI de venir faire une enquête poussée en Côte d’Ivoire. Son objectif en sollicitant ce tribunal étranger est double. D’une part, il espère que cela va relancer le dossier de la crise post-électorale pour lequel Laurent Gbagbo est jugé depuis bientôt 10 ans et dans lequel il a bénéficié d’une décision d’acquittement. Il espère que cela l’empêchera de rentrer dans son pays et de prendre part à la vie politique nationale. D’autre part, il espère régler le cas de Guillaume Soro qui est devenu une épine dans son pied, en le faisant arrêter par la CPI avec certains des officiers de la rébellion. L’arrestation de Guillaume Soro, si elle advenait, lui permettrait de se débarrasser définitivement d’un rival teigneux et pugnace. Cette enquête, espère-t-il, lui permettra de régler définitivement le cas de certains chefs de guerre dont il n’a jamais réussi à s’assurer la fidélité et la loyauté. Alassane Ouattara sait que les anciens chefs de guerre et tous ceux qui prétendent avoir quitté Guillaume Soro jouent le jeu avec lui, pour ne pas dire jouent à un double jeu. Il n’est pas dupe et s’attèle à les neutraliser les uns après les autres. On a vu comment au plan civil, il n’a jamais eu confiance en Sidiki Konaté.

 

Ainsi, lors des dernières législatives, il a demandé à un indépendant d’aller combattre le Ministre Konaté à Man, espérant que ce dernier lui ferait mordre la poussière. Mais, Sidiki Konaté a gagné cette bataille. Alassane Ouattara a fait mettre en mission, le clown des réseaux sociaux, Camille Makosso, pour le crucifier en le présentant comme une taupe au sein du gouvernement, afin d’avoir un prétexte pour l’éjecter lors du prochain remaniement. C’est dans cet élan de neutralisation de toutes les têtes fortes de l’ex-rébellion, qu’il a vainement bataillé contre Guillaume Soro et certains de ses proches, avec la délivrance de plusieurs mandats d’arrêts contre eux en Europe. Il a demandé à Emmanuel Macron et Jean Yves Le Drian, à plusieurs reprises, de tordre le cou à la justice française pour arrêter Guillaume Soro, sans succès non plus. Après avoir corrompu l’ancienne procureure de la CPI, Fatou Bensouda, avec plusieurs mallettes d’argent, Alassane Ouattara avait réussi à motiver le bureau du Procureur afin de venir mener une enquête complémentaire en Côte d’ivoire, en vue d’arrêter et de transférer à la CPI les chefs de guerre dont les noms suivent :

 

- Colonel Chérif Ousmane ;

- Colonel Fofana Losseni dit Loss;

- Colonel Touré Pelikan Hervé dit Vetcho ;

- Colonel Fofié Kouakou Martin.

Seul le Colonel Koné Zakaria sera épargné.

 

La seule chance qui reste à Laurent Gbagbo et Guillaume Soro, c’est qu’entretemps, un nouveau procureur, M. Karim Khan, a été nommé à la CPI, en remplacement de Mme Fatou Bensouda. Cette dernière a été discréditée et les preuves de sa corruption ont été établies. Il se pourrait donc que M. Khan décide courageusement d’arrêter toute cette combine d’harcèlement contre des opposants politiques.

 

À ces chefs de guerre et miliciens pro-Gbagbo, Mme Fatou Bensouda, ex-procureure de la CPI, leur reproche qu’ils auraient commis des massacres de civils dans l’ouest du pays lors de la crise post-électorale. Qui aurait pu croire qu’un jour, Alassane Ouattara se retournerait contre ses propres hommes.

En effet, c’est bien lui qui en sa double qualité de nouveau Président élu et donc Chef suprême des Armée FRCI, a donné l’ordre de lancer l’offensive pour non seulement arrêter Laurent Gbagbo, mais également neutraliser ses mercenaires, ses miliciens et la fraction de l’armée qui lui était restée fidèle. Alassane Ouattara, dans une pirouette dont lui seul a le secret, fait des pieds et des mains pour emprisonner à vie, ceux qu’il a utilisés en son temps, en mission de combat pour l’installer au pouvoir. Rappelons qu’en faisant découvrir un charnier à l’ouest, il avait déclaré que cela ne resterait pas sans conséquences. Il visait expressément le Colonel Losseni Fofana dit Loss.

 

C’est donc tous ces éléments qu’il veut transmettre à la CPI afin qu’elle les inculpe et lui fournisse ainsi les motifs pour les faire écrouer. Bien que ces chefs de guerre aient donné leur cœur, leur âme à Alassane Ouattara en gage de fidélité et de loyauté, il n’a jamais cru en eux et en leur sincérité. Il s’est attelé à les dépouiller, les uns après les autres, de tous leurs pouvoirs et responsabilités militaires.

Maintenant qu’il pense les avoir coupés de la troupe, il veut les faire arrêter pour faire un exemple. Il pourra ainsi mettre l’armée au pas et la fidéliser à son petit frère Téné Birahima Ouattara pour qui, il projette la présidence de la République. La prochaine destination de ces officiers supérieurs risque bien d’être une cellule sombre et froide à la prison de Scheveningen au Pays-Bas. Certains chefs de guerre vont encore douter de la véracité de cette information. À ceux-là, qu’ils sachent une chose : Chris Yapi avait annoncé au Colonel Issiaka Ouattara dit Wattao et au Premier ministre Hamed Bakayoko qu’ils seraient assassinés par Alassane Ouattara. Ni Wattao ni Hamed Bakayoko n’y avait cru. Les deux moururent après avoir été empoisonnés l’un après l’autre.

Mieux, quant à Hamed Bakayoko, il s’était persuadé qu’en prenant toute sa famille du Worodougou, pour venir s’agenouiller devant Alassane Ouattara et lui jurer fidélité et loyauté, que ce dernier lui ferait confiance. Et c’est au moment où il se sentait le plus en sécurité que Téné Birahima Ouattara a réussi à lui faire ingurgiter le contenu d’une de ses fioles à poison.

Aujourd’hui, Hamed Bakayoko est sous terre. Si Alassane Ouattara a pu faire empoisonner et tuer celui qu’il appelait son fils chéri, l’enfant chouchou, est-ce que les ex-Com’Zones pensent qu’ils seront épargnés ? À bon entendeur, salut !

 

CHRIS YAPI NE MENT PAS.

 

 

Voir d’autres vidéos en lien avec celle-ci :

 

- LA QUOTIDIENNE TWITTER DE CHRIS YAPI : 22 MARS 2021 - https://youtu.be/hRuSmg7MIg0

 

- VERSION FRANÇAISE - LES IVOIRIENS DOIVENT S’OPPOSER À LA TRANSMISSION HÉRÉDITAIRE DU POUVOIR À TÉNÉ BIRAHIMA OUATTARA - https://youtu.be/86-tC9qQYNQ

 

- VERSION MALINKÉ - LES IVOIRIENS DOIVENT S’OPPOSER À LA TRANSMISSION HÉRÉDITAIRE DU POUVOIR À TÉNÉ BIRAHIMA OUATTARA - https://youtu.be/eJ5M_w57QkM

 

- CAFOUILLAGE ET AMATEURISME DANS LE CERCLE DE TÉNÉ BIRAHIMA OUATTARA - https://youtu.be/Uqt0j53ha-Y

 

- NOMINATION DE PHOTOCOPIE AU MINISTÈRE DE LA DÉFENSE : DES SERVICES SECRETS OCCIDENTAUX CRAIGNENT DES TROUBLES DANS L’ARMÉE - https://youtu.be/spaOLxz271I

 

- VERSION FRANÇAISE - BATAILLE DE SUCCESSION À ALASSANE OUATTARA : HAMED BAKAYOKO MORT, PHOTOCOPIE EN ROUTE POUR LA PRÉSIDENCE - https://youtu.be/prNbMx4uZhg

 

- VERSION MALINKÉ - BATAILLE DE SUCCESSION À ALASSANE OUATTARA : HAMED BAKAYOKO MORT, PHOTOCOPIE EN ROUTE POUR LA PRÉSIDENCE - https://youtu.be/Ug4UznU4pzQ

 

- SONDAGE INQUIÉTANT POUR ALASSANE OUATTARA : L’ARMÉE REJETTE TÉNÉ BIRAHIMA OUATTARA - https://youtu.be/uXZL1lmgODI

CRISE POLITIQUE EN CÔTE D’IVOIRE : ALASSANE OUATTARA UTILISE LA CPI POUR RÉGLER SES COMPTES AVEC GBAGBO ET SORO.

 

Visionnez cette publication sur la Chris Yapi TV Officiel : https://youtu.be/kptaEpxTiyg

 

CHRIS YAPI NE MENT PAS.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.