MILICES AU CŒUR DE LA RÉPUBLIQUE

MILICES AU CŒUR DE LA RÉPUBLIQUE PARTIE 1 : LA NAISSANCE DE L’ARMÉE DE L’OMBRE DE TÉNÉ BIRAHIMA OUATTARA

Lundi 28 décembre 2020, nous avons appris sur les réseaux sociaux l'arrestation de M. Coulibaly Sindou dit Commandant Coul, dans la commune d'Abobo. La nouvelle s'est répandue comme une trainée de poudre dans ladite commune, compte tenu du rôle joué par cet émérite chef de guerre et ami fidèle de Téné Birahima Ouattara, lors de la crise postélectorale de 2011. Pour mieux situer l'opinion nationale et internationale, Chris Yapi a enquêté sur cette affaire récente, qui met à nu l'ingratitude du régime d’Alassane Dramane Ouattara.

Coulibaly Sindou est né le 23 juin 1970 à Boundiali, ville du Nord de la Côte d'Ivoire. Coulibaly Moussa, son père était un noble de cette région sénoufo et un grand savant de l’Islam, très humble. Il enseignait le Hadith et l'exégèse du Coran. Sa mère était issue d’une famille noble de pure souche sénoufo, du nom de Traoré Fatoumata. Très tôt, ce gamin, sous la direction de son père va apprendre le coran et l’assimiler entièrement. À 21 ans révolus, il se maria à une jeune fille issue d’une famille sénoufo.

 

À la mort de son père, il se rendit au Mali à l’aventure. C’est à Tombouctou qu’il choisit de parfaire ses connaissances coraniques. Il y rencontra des grands Cheikhs, amis de son défunt père. Il fut l’hôte d'un grand saint et savant, connu pour la beauté de sa lecture du Coran en version « Tajwîd » et qui le lui apprit. Ensuite, Ii se rendit en Guinée, où il séjourna un an durant, toujours en apprentissage. Une fois sa formation terminée, il rentra dans son pays et s’installa à Abobo derrière rails. Malgré quelques propositions alléchantes, mais opportunistes de certains dignitaires religieux, il les refusa et mena une vie bien tranquille dans son quartier.

Peu de temps après son arrivée, les habitants de ce quartier firent une délégation et s’en vinrent demander au jeune savant musulman de prendre la direction de la mosquée du quartier. Après quelques mois d'hésitation et face à l'insistance de ses coreligionnaires, il finit par accepter leur requête. Grâce à la générosité de ses fidèles, Coulibaly Sindou devint propriétaire de plusieurs véhicules de transport communaux appelés « taxis compteurs ». Il était un homme doté d'une patience sans borne. Il réussit à fédérer autour de lui toutes les personnes qui, autrefois, se regardaient en chien de faïence pour des raisons politiques.

 

Après la création du RDR, le professeur Guédé Guina appris la notoriété dont jouissait ce natif de Boundiali dans la commune d'Abobo. En homme politique très futé, il se rapprocha de Coulibaly Sindou et noua des rapports serrés avec lui. Il le présenta à quelques dirigeants du parti dont Téné Birahima Ouattara. Très rapidement, ce dernier s'accrocha à Coulibaly Sindou et lui confia sa sécurité sur le plan spirituel. Très convaincu des qualités morales et spirituelles de son nouvel ami, Téné Birahima Ouattara dit La Fiole confia à Coulibaly Sindou la garde de sa résidence, de celle de son grand frère Alassane, sans oublier celles de ses sœurs Rokya et Sita.

En plus de son savoir spirituel, Coulibaly Sindou s’est transformé en un véritable homme de sécurité et a préparé quelques-uns de ses fidèles musulmans pour assurer physiquement la garde au domicile de la famille Ouattara dont un certain Badolo. Malheureusement, ce jardinier a été froidement assassiné au domicile d’Alassane Ouattara, sis à Cocody-Blockhauss, lorsque ce dernier était en exil. Il était connu comme étant l'un des fidèles disciples de Coulibaly Sindou. Et jusqu'à ce qu’Alassane Dramane Ouattara arrive au pouvoir en 2011, la sécurité de sa famille était assurée par Coulibaly Sindou et ses hommes.

Mais, bien avant l’exil Alassane Ouattara et de toute sa famille, c’est Coulibaly Sindou qui assurait les salaires des gardiens de leurs domiciles, grâce aux recettes de ses « taxis-compteurs ». Cet engagement a fini par le ruiner. Il a dû faire face à d'énormes difficultés financières, qui l’ont même amené à vendre sa télévision pour pouvoir assurer la pitance familiale pendant quelques jours. Dès son retour d’exil, Téné Birahima Ouattara dit La Fiole reprit contact avec lui, afin que ce dernier puisse reprendre en privé, des missions secrètes pour son compte. Chris Yapi a pu obtenir la liste de toutes les missions occultes que Coulibaly Sindou a été amené à faire pour Photocopie.

 

Pendant la crise post-électorale de 2011, Coulibaly Sindou et ses hommes ont fait leur apparition dans le quartier d’Abobo-Gare, au sein du Commando invisible, sous le nom de compagnie « FARRA ». Dès cet instant, tous les jeunes du quartier se sont joints à lui pour former une équipe très soudée. Téné Birahima Ouattara, par le canal de son neveu Yaya Ouattara, est entré dans la danse et a financé ce groupe, afin de le contrôler à distance. La mission de la compagnie FARRA changea à ce moment-là. Elle devait désormais se consacrer à sécuriser tous les endroits où Photocopie avait des intérêts. Ce que Coulibaly Sindou et ses hommes firent avec maestria

Lorsqu’arriva le moment où le Sergent-chef Ibrahim Coulibaly dit IB, voulut gérer une transition, il envoya des émissaires rencontrés Coulibaly Sindou, afin que celui-ci se joigne à sa cause. Face à son refus, un commando lourdement armé débarqua à son domicile et tua certains de ses éléments. Heureusement, ce jour-là, Coulibaly Sindou n'était pas sur place.

 

Afin de faire baisser la tension et pour mieux réorganiser sa propre milice, Téné Birahima Ouattara dit La Fiole reçut Coulibaly Sindou et quelques chefs de guerre composant le Commando invisible, au cabinet de son aîné, situé à l’époque aux Deux-Plateaux-Vallon.

Il leur permit de parler directement au téléphone avec son ainé Alassane Ouattara qui, retranché au Golf Hôtel, venait d'être investi Président de la République de Côte d'Ivoire. Ce jour-là, le Président Ouattara prit l'engagement de soutenir ses vaillants combattants, qui n'avaient ménagé aucun effort pour le porter au pouvoir. Au cours de cet entretien téléphonique, il confia officiellement cette troupe parallèle à son cadet, Téné Birahima Ouattara, qui reçut mission de s'occuper d'elle, de la protéger, de la financer et de la diriger. Ce jour-là, tous les combattants regagnèrent leur base à Abobo-Gare, très émus après avoir entendu le Président de la république prendre, lui-même, des engagements aussi fermes à leur égard.

 

Quelques jours après, Téné Birahima Ouattara reçut la compagnie FARRA au même endroit et leur demanda de se rapprocher de son neveu Yaya Ouattara, qui serait désormais la courroie de transmission entre cette compagnie et lui. Chaque semaine, une dizaine de millions de francs CFA leur était distribués, avec des listes sur lesquelles la compagnie FARRA devait émarger. Listes que Chris Yapi a pu se procurer.

 

Au cours d'une de leurs nombreuses réunions, Yaya Ouattara fit savoir à Coulibaly Sindou et ses hommes que le Président Alassane Ouattara comptait mettre en place une armée de l'ombre, qui devait le soutenir en tous lieux et en tout temps car, il doutait fortement de la sincérité de Guillaume Soro et de ses chefs de guerre.

Après l'intégration des divers combattants dans les structures étatiques et privées, les leaders des mouvements devaient recevoir chacun, une villa et une somme de plusieurs millions de francs CFA, leur permettant d'être autonomes financièrement. Ces hommes, qui avaient combattu sur le terrain pour Alassane Ouattara, devaient bénéficier du même traitement que les militaires de rang et en fonction mais, ils devaient rester discrets. Les Encagoulés section Téné Birahima Ouattara venaient ainsi de naitre. Fin de la première partie.

 

CHRIS YAPI NE MENT PAS.

 

Voir une autre vidéo en lien avec celle-ci :

 

- COMPLOT D’ABOBO-AVOCATIER : COMMENT TÉNÉ BIRAHIMA OUATTARA VOULAIT MASSACRER LES 8 400 ET ACCUSER GUILLAUME SORO - https://youtu.be/pcX4eYJm6ws

MILICES AU CŒUR DE LA RÉPUBLIQUE.

 

PARTIE 1 : LA NAISSANCE DE L’ARMÉE DE L’OMBRE TÉNÉ BIRAHIMA OUATTARA.

 

Visionnez cette publication sur la Chris Yapi TV Officiel : https://youtu.be/-bUscWjt9rs

 

CHRIS YAPI NE MENT PAS.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.