MILICES AU CŒUR DE LA RÉPUBLIQUE. PARTIE 2 ET FIN

MILICES AU CŒUR DE LA RÉPUBLIQUE. PARTIE 2 ET FIN : LE PRISONNIER DE TROP DE TÉNÉ BIRAHIMA OUATTARA.

Dans la première partie de cette enquête, Chris Yapi vous a fait la genèse de l’armée de l’ombre de Téné Birahima Ouattara dit La Fiole. La mise en place de cette armée parallèle fut confiée au Général Vagondo Diomandé, l'actuel ministre de l'Intérieur. Comptant sur la bonne foi des tenants du pouvoir, Coulibaly Sindou dit Commandant Coul incita ses compagnons à remettre tout leur armement à Téné Birahima Ouattara et à se tenir prêt à rejoindre cette armée occulte en gestation. Des listes de réservistes ont été constituées et confiées au Général Vagondo pour en faire le suivi. L’officier général a alors fait appel à M. Diasso Jean Claude dit J.C. pour superviser et contrôler l’activité de ces miliciens. Toutes les armes rassemblées, dont Chris yapi a pu avoir une copie, ont été stockées dans une villa au Plateau-Dokui, comme nous l'avions déjà révélé dans une de nos précédentes enquêtes, intitulée : « Les milices au cœur de la République : L’armée de Téné Birahima Ouattara menace l’armée nationale ».

 

Quelques temps plus tard, à la demande du Général Vagondo, ce stock d’armes a été scindé en deux. Une partie a été entreposée chez lui-même, à son domicile et l'autre partie à la Riviera-Golf, chez M. Yssouf Fadiga, ancien Directeur Général d’une filiale du groupe Bolloré. À cette époque, des missions secrètes étaient organisées par Téné Birahima Ouattara dit La Fiole dans les pays de la sous-région, pour espionner les refondateurs qui s'y étaient réfugiés. Son neveu, Yaya Ouattara, devait absolument participer à ces missions puisqu’il devait représenter La Fiole dans chacune d’elle. Cependant, le temps passait et Coulibaly Sindou et ses hommes commençaient à sérieusement s'inquiéter.

 

En effet, non seulement ils ne voyaient pas se réaliser les promesses que leur avaient faites le président de la République, qui était quasiment en fin de mandat, mais en plus, Téné Birahima Ouattara ne les prenait plus au téléphone car, selon ses services de renseignement, Coulibaly Sindou se serait rapproché d'un des ex-Comzones, proche de Guillaume Soro, le nommé Salif Traoré alias Commandant Tracteur.

Dans le même temps, le Préfet Traoré Vassiriki, qui venait d'être nommé à la tête du service de renseignement de la présidence, choisissait ses collaborateurs parmi les policiers et les gendarmes en fonction, au détriment de Coulibaly Sindou et de ses hommes. La désolation était donc totale et Coulibaly Sindou continuait de subir la forte pression de ses compagnons de lutte, tandis que rien ne pointait à l'horizon.

Même Yaya Ouattara fut nommé par le Préfet Traoré Vassiriki, à la demande de Téné Birahima Ouattara. Automatiquement, il coupa les ponts avec ses amis d'hier. Devant cette situation incertaine, Coulibaly Sindou demanda à rencontrer Téné Birahima Ouattara, en vain. Dans une ultime tentative, il se tourna vers Yaya Ouattara, qui lui conseilla d'aller rencontrer leur oncle, Cissé Lamine, très écouté par Téné Birahima Ouattara. Coulibaly Sindou opposa un refus catégorique à cette requête. Rien n'allait plus !

 

En août 2020, après la décision d’Alassane Ouattara de briguer un troisième mandat et compte tenu de la tension qui montait partout dans le pays, Yaya Ouattara remis les moyens nécessaires et une feuille de route à Touré Khalifa Yaya, jeune Guinéen et patron de la branche des microbes de son quartier, Abobo-Avocatier, au moment des faits. L’objectif était de broyer tous ceux qui allaient s'opposer au mandat illégitime d’Alassane Dramane Ouattara. Yaya Ouattara reprit également contact avec Coulibaly Sindou, en vue de lui demander de réactiver l’ancienne milice dont il avait la direction. Sachant que Yaya Ouattara avait déjà mis Touré Khalifa en mission pour le compte de Téné Birahima Ouattara, Coulibaly Sindou trouva cette démarche suspecte. Chris Yapi a relaté cette histoire dans son enquête intitulée « Complot d’Abobo-Avocatier : Comment Téné Birahima Ouattara voulait massacrer les 8 400 et accuser Guillaume Soro - https://youtu.be/pcX4eYJm6ws ».

 

En effet, Coulibaly Sindou soupçonnait La Fiole et son neveu, Yaya Ouattara, de vouloir l’utiliser pour mettre la main sur son frère, Fofana Lama, qu’ils recherchaient déjà. Il était devenu, selon eux, très gênant pour le régime. Toutes les tentatives entreprises pour convaincre Coulibaly Sindou sont donc, restées lettres mortes. Mieux, il fut rapporté au Président Ouattara que Fofana Lama avait réussi à convaincre Coulibaly Sindou de rejoindre Guillaume Soro. Téné Birahima Ouattara décida alors, de le faire emprisonner, car l’idée même de le savoir en liberté ou en exil, l’horripilait. Pour lui, Coulibaly Sindou en savait trop sur son compte et sur toutes les basses besognes du pouvoir et de la famille Ouattara. À partir de ce moment-là, tous ses numéros furent mis sur écoute. Des espions, à ses trousses, étaient chargés d’épier tous ses faits et gestes.

Ne se reprochant rien, l'homme de foi confia cependant à certains de ses proches qu'il irait bientôt en prison car, un gigantesque complot était ourdi contre lui. À ses parents et amis qui l'invitaient à quitter le pays, il répondait par la négative puisque, selon lui, le destin était inéluctable.

 

C'est ainsi que dans la nuit du samedi 26 décembre 2020, le Guinéen Touré Khalifa Yaya et ses hommes encagoulés, dirigés par Yaya Ouattara, qui était, lui, à visage découvert, ont fait irruption au domicile familial des Coulibaly. Devant sa mère centenaire et sa famille nombreuse, Coulibaly Sindou fut emmené dans un endroit tenu secret, puis torturé, avant d'être conduit à la DST. Les jours qui ont suivis cette arrestation, le Commissaire Camara Bakary reçut Touré Khalifa Yaya et lui promit de lui confier une mission au Mali, où se cacherait un autre proche de Guillaume Soro, qu'il faudra abattre absolument.

 

Chris Yapi voudrait profiter de cette publication pour informer M. Fofana Lama que des barbouzes, lancées sur lui depuis Abidjan, sont à ses trousses. Cette opération est pilotée par les services du Préfet Traoré Vassiriki, patron des services de renseignement de la Présidence. À cet effet, les hommes de Touré Khalifa Yaya ont été sollicités pour porter atteinte à sa vie. Voici comment sont récompensés tous ceux, qui d’une manière d’une autre, se sont battus pour l’accession d’Alassane Ouattara au pouvoir.

 

CHRIS YAPI NE MENT PAS.

 

 

Voir d’autres vidéos en lien avec celle-ci :

 

- MILICES AU CŒUR DE LA RÉPUBLIQUE.

PARTIE 1 : LA NAISSANCE DE L’ARMÉE DE L’OMBRE TÉNÉ BIRAHIMA OUATTARA - https://youtu.be/-bUscWjt9rs

 

- COMPLOT D’ABOBO-AVOCATIER : COMMENT TÉNÉ BIRAHIMA OUATTARA VOULAIT MASSACRER LES 8 400 ET ACCUSER GUILLAUME SORO - https://youtu.be/pcX4eYJm6ws

MILICES AU CŒUR DE LA RÉPUBLIQUE.

 

PARTIE 2 ET FIN : LE PRISONNIER DE TROP DE TÉNÉ BIRAHIMA OUATTARA.

 

Visionnez cette publication sur la Chris Yapi TV Officiel : https://youtu.be/voh90evN1mc

 

CHRIS YAPI NE MENT PAS.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.