COMPLOT DES JEUNES DE FERKÉ OU "LE COMPLOT DU CHAT NOIR II" EN CÔTE-D'IVOIRE

COMPLOT DES JEUNES DE FERKÉ OU LE COMPLOT DU CHAT NOIR II. VOICI LES ESPIONS DE TÉNÉ BIRAHIMA OUATTARA DANS LE TCHOLOGO. La vaste manoeuvre de diversion engagée par le régime Ouattara pour masquer ses responsabilités dans l'attentat terroriste de Kafolo.
  • 0fc47b63-1751-478c-acdf-3d106f966578
    c9a6fa7e-1a77-4561-aa52-c038fc355437
    34a8abf7-d8a4-4e0c-8881-6592924fae86
    54c7b25c-fa80-4854-9d18-f540779eb721
    136492b6-d9cf-4bd5-bf2a-75a6b18f3dd5
    a9a5200d-044e-4afb-8fb4-8fb149e7d957
    18316c03-6559-48a2-bc34-21f8d4384488
    4b6d24c7-05a5-43b0-9241-e81f17587fa6
    COMPLOT DES JEUNES DE FERKÉ OU LE COMPLOT DU CHAT NOIR II.
    81047f10-ed6d-465a-a066-0493998bf082
    dcd9fd9d-9e14-4cea-86e1-514999a6526d
    522f76a3-738f-4f35-ba03-83b1caf6209e
    959a6887-1c58-4436-a9e8-6bf71706b948



45febcff-5202-4a33-a469-13c90ab9c6b5
c52b9f47-6557-47ce-9dbd-a1fc4341cd39
VOICI LES ESPIONS DE TÉNÉ BIRAHIMA OUATTARA DANS LE TCHOLOGO.

L’année 1963 a été marquée en Côte d’Ivoire par ce qu’on a appelé le Complot du Chat noir. En effet, cette année-là, la présidence de Félix Houphouët-Boigny n’avait que trois ans et il lui fallait asseoir son autorité face à des jeunes cadres turbulents du PDCI. Alors, plusieurs d’entre eux ont été arrêtés et jetés en prison. On leur demanda d’avouer un complot imaginaire. Le Président Ouattara aura aussi son Complot du Chat noir et pour cause !

L’attaque de Kafolo, du jeudi 11 juin 2020 à 3h du matin, va servir de prétexte et d’aubaine pour procéder à des règlements de compte mesquins, en capitalisant ainsi le sang des soldats en une opportunité pour faire main basse sur une région, celle du Tchologo. Je parle ici de Téné Birahima Ouattara dit Photocopie, frère cadet du Chef de l’État ainsi que du Ministre de la Défense Hamed Bakayoko.

D’abord, Hamed Bakayoko dit Hambak. Depuis la révélation par des journalistes internationaux de son statut de parrain du trafic de drogue en Côte d’Ivoire et en Afrique de l’Ouest, les Ivoiriens lui ont trouvé de nouveaux surnoms : Pablo Escobak, Hambob, le Ministre de la Défonce de Coke d’Ivoire etc. Ce scandale qui a mis un terme à son ambition présidentielle, menaçait également de mettre un terme à sa carrière politique et de le faire s’enfoncer dans les méandres de la justice pénale. Il lui fallait absolument s’en sortir par tous les moyens.
Prenant appui sur le massacre des soldats à Kafolo, il a choisi de trouver un bouc-émissaire sur lequel mobiliser l’attention publique et détourner la colère des soldats. Il se focalisera donc sur Guillaume Soro.

Ainsi, sans le désigner nommément, ce lundi 22 juin 2020, devant les militaires réunis au camp d’Akouédo, il laissait croire que des hommes politiques en difficulté dans leur pays, se seraient mis en cheville avec les terroristes pour attaquer la Côte d’Ivoire. Si l’allusion est adressée à Guillaume Soro, l’injure en réalité est adressée à la France.

En effet, comment comprendre que la France puisse laisser quelqu’un commanditer des attentats terroristes à partir de son territoire ? Guillaume Soro, dont ils ont communiqué les numéros de téléphone et localisations aux autorités françaises, afin que celles-ci l’arrêtent ou le mettent sous surveillance, aurait-il pu organiser ce vaste attentat sans se faire repérer ou se faire arrêter ? Les écoutes téléphoniques massives et internationales mobilisées dans le cadre de l’Opération Octopus n’auraient-elles pas pu permettre d’intercepter au moins un seul coup de fil de M. Soro aux djihadistes ?
En réalité, affaibli face aux militaires qui lui reprochent de les avoir conduits à la mort sans aucune protection, Hamed Bakayoko veut se défausser en rejetant son incapacité et son incompétence sur Guillaume Soro.

Quant à Téné Birahima Ouattara, les djihadistes qui ont attaqué Kafolo lui serviront de prétexte pour mettre en place son propre complot du Chat noir, dont il compte se servir pour éliminer le noyau GPS de Ferké et les cadres du Tchologo proche de Guillaume Soro. Il veut ainsi s’assurer une mainmise totale sur une région, qui lui reste encore et toujours insoumise. Ce complot à lui, nous l’appellerons le « Complot des jeunes de Ferké ».

Photocopie, en tant que grand manitou des services de renseignement ivoiriens, a déversé une flopée d’espions sur le département de Ferké. Certains d’entre eux étant des fils de la région. Leur mission : impliquer à tout prix Guillaume Soro dans l’attentat djihadiste qui a eu lieu et pour cela, enquêter, espionner de jeunes hommes et femmes proche de son mouvement politique. Il est prévu que ces derniers soient arrêtés, torturés et forcés sous les coups, à avouer leur connaissance ou participation à cet attentat. Et bien entendu, ils devraient avouer avoir agi à l’instigation de leur chef djihadiste Guillaume Soro.
L’on en rirait si les services de renseignement n’avaient pas commencé à dresser effectivement une liste de gens à arrêter.

Comme par hasard, toutes ces personnes sont membres de la coordination locale de GPS.
Ces espions manipulés ont été vite démasqués et la liste des innocents qu’ils voulaient faire incarcérer pour faire plaisir à leur maître Téné Birahima Ouattara nous a été communiquée. En exclusivité, pour nos lecteurs et les abonnés de notre page YouTube, voici la liste des personnes qui ont été repérées par les services de renseignement :

1. Personnes dénoncées faussement par les espions de Téné Birahima Ouattara qui doivent être arrêtées :

− André Coulibaly
− Koné Daouda
− Kpayérigue Koné
− Silué Pornan
− Dirra Yéo
− Namory Sidibé
− Daouda Silué
− Drissa Yéo
− Sada Kinda
− Barry Daouda

Toutes ces personnes ont en majorité pour dénominateur commun leur appartenance au mouvement Générations et Peuples Solidaires fondé par Guillaume Soro.
Les espions qui s’activent dans le Tchologo pour dénicher une raison à Photocopie d’impliquer Guillaume Soro dans l’assassinat de nos soldats à Kafolo, ont été démasqués et ne peuvent plus opérer sous couverture. Voici également en exclusivité leurs noms et leurs localisations :

2. Principaux espions basés à Ferké :

⁃ El Hadj Karim Dagnogo : ex-Conseiller de Photocopie. Il s’est rendu célèbre par une sextape qui a défrayé la chronique. Il est l’un des nombreux hommes à tout faire de Photocopie. Il démarche les marabouts et est chargé de tous les sacrifices de ce dernier, en détournant au passage quelques sébiles.

⁃ Ouattara Tanyekloman : Gérant des Hôtels de Photocopie dans la région et proxénète.
Il est chargé de mettre à la disposition de ce dernier les plus belles jeunes filles à peine pubères de la région et il est grassement payer pour.

⁃ Soro Ibrahim dit Ibrahim AGC : Chauffeur et chargé de se fondre dans le milieu des jeunes du quartier Lanviara et d’enregistrer leurs conversations. C’est aussi un indic au service du Premier ministre Amadou Gon.

⁃ Kéita Soimaïla : Policier municipal à la Mairie de Ferké. C’est un grand escroc et persécuteur des villageois, qui extorque leurs biens les jeudis (jour de marché) après la vente de leurs récoltes. C’est également un indic du quartier Zindel.

⁃ Wanagara Koné : Policier municipal à la Mairie de Ferké. C’est un indic du quartier Gare. C’est aussi un vrai délinquant. Il s’est fait remarquer dans le vol de porcs ainsi que dans la vente illégale et frauduleuse de terrains.

⁃ Yéo Pena : Agent au Conseil régional et indic du quartier Kafalovogo. C’est un délinquant qui s’est fait remarquer dans le vol de porcs et l’escroquerie des cadres de la ville.

⁃ Ouattara Abou dit Karatéka : un gros bras sans emploi, indic, délinquant et braqueur qui passe toutes ses journées à flâner dans la ville.

⁃ Ouattara Ahmed : Membre du Cabinet civil de la jeunesse RHDP. C’est un ancien membre des Forces Nouvelles. Un vrai filou qui joue un double jeu entre le GPS et le RHDP. C’est un indic du quartier Résidentiel.

⁃ Siaka Dagnogo: Coordinateur AGEFOP et fils d’El Hadj Karim Dagnogo. Il est réputé pour ses malversations financières dans les activités islamiques. C’est un indic à Dioulabougou et auprès des apprenants de l’AGEFOP.

⁃ Sylla Mamadou : Employé de la Direction Régionale de l’Environnement. C’est le vrai « Fologo » de la région du Tchologo. Il a été militant de toutes les formations politiques et a travaillé avec tous les politiciens. C’est un indic à Dioulabougou et au quartier Lanviara.

⁃ Djeli Tchomba : Griot qui a longtemps été l’homme de main de Soul to Soul. Il se disait pro-Soro, dont il chantait les louanges. Désormais, il travaille en étroite collaboration avec El Hadj Karim Dagnogo dans les activités occultes de Photocopie et du Président Ouattara. Il est réputé dans les « Taper dos » et a contracté le Sida.

⁃ Bintou Koumba : femme du RHDP. Une Hadja, plutôt légère et ayant une vie familiale très instable. Elle a détourné plusieurs fonds destinés aux femmes du RDR. C’est une indic dans le milieu des femmes.

⁃ Abass Fofana : Enseignant et formateur de la galaxie RDR-RHDP. Il parcourt les domiciles de tous les politiciens et cadres de la région. C’est un indic dans le milieu des enseignants.

3. Principaux espions employés à la Présidence de la République et basés à Abidjan :

⁃ Drissa Ouattara : Chargé d’études auprès du Conseiller chargé des cultes. Il est réputé pour le détournement des frais alloués à l’organisation des pèlerinages chrétiens et musulmans. Ce dangereux individu est un névrosé doublé d’escroc. Il est aussi un indic dans la ville et les villages de Ferké nord.

- Ouattara Yefarkia dit Falack : Chauffeur du Préfet Traoré Vassiriki, ennemi réputé et irréductible de Guillaume Soro. C’est le traducteur de toutes les écoutes niarafolos effectuées par les services de renseignement.

⁃ Yewe Paulin : Conseiller technique à la Présidence. Cet homme est l’un des plus grands roublards et obséquieux de l’équipe des espions de Téné Birahima Ouattara. Il a gagné la confiance de Photocopie par sa grande ruse. Il a excellé dans la calomnie vis à vis de certains de ses proches (tels que Bamoudien, Diomandé). Toutes ses activités pour diviser le peuple Niarafolo sont financées par Photocopie (ex : sortie de Tchologo d’un village, Tchologo des femmes, etc.).
Son village, Pissankaha, est le seul qui a donné une victoire écrasante de 100% à Birahima Ouattara lors des régionales 2018 avec un taux de participation de 99%.

⁃ Sanogo Kigbafori Jean : Juriste et fils de Soungalo Concorde. Il est l’associé de Yewe Paulin et est aussi indic dans les milieux des jeunes, associatif et du showbiz.

⁃ Cissoko Souleymane dit Killer : ancien membre des Forces Nouvelles qui travaille maintenant dans le milieu du renseignement. Il collecte et centralise toutes les infos liées aux personnes sous surveillance. C’est un individu zélé, car il se doit de prouver sa loyauté et sa soumission à Photocopie. Pour ce faire, il est donc devenu très violent envers les Soroïstes de la région.

4. Les organisateurs en chef de l’espionnage :

⁃ Député Diomandé Abdoul Karim
⁃ Député Drissa Traoré : un narco trafriquant qui se fait passer pour un transitaire afin de mieux couvrir ses activités illicites.

Ce sont ces personnes qui constituent les rouages du complot mis en place par Téné Birahima Ouattara pour faire arrêter des dizaines de fils de la région du Tchologo, les faire passer pour des terroristes et les faire torturer dans les geôles souterraines des services secrets afin de leur faire avouer tous les crimes du monde.

Ce sont les aveux de ces gens que le Président Alassane Ouattara attendait avant de faire son adresse à la Nation à la suite de la tuerie de nos vaillants soldats à Kafolo.
En fin de compte, il s’est rendu à l’évidence que son propre frère était en train de lui mentir de façon éhontée et que les renseignements qu’il prétendait avoir sur les responsables de cet attentat n’étaient que du vent.
Pour calmer la colère présidentielle, Birahima Ouattara veut à tout prix obtenir quelque chose, y compris en torturant de la manière la plus ignoble des fils de Ferké.

Les sages et les notables du Tchologo savent désormais qui est responsable, si l’un de leurs fils venait à disparaître subitement ou à être assassiné de manière louche.

CHRIS YAPI NE MENT PAS.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.