VERDICT DES PRO-SORO : UNE INJUSTICE SANS NOM.

C’est une véritable saga judiciaire qu’il nous a été donné d’assister depuis quelques semaines en Côte d’Ivoire. Pris dans la tourmente d’un régime aux abois, les compagnons de Guillaume Soro sont aujourd’hui exposés aux pires violations du droit que ce pays n’ait jamais connues.

C’est une véritable saga judiciaire qu’il nous a été donné d’assister depuis quelques semaines en Côte d’Ivoire. Pris dans la tourmente d’un régime aux abois, les compagnons de Guillaume Soro sont aujourd’hui exposés aux pires violations du droit que ce pays n’ait jamais connues. Chris Yapi l’a déjà dit, ce procès est purement politique. Alassane Ouattara se sert de la justice pour régler le cas Soro. Une instrumentalisation flagrante des institutions de l’État pour régler des comptes personnels contre ses rivaux politiques et leurs familles innocentes. La preuve de l’injustice aveugle d’Alassane Ouattara, c’est qu’il n’y a pas de preuves ni de pièces à conviction qui établissent sans aucun doute, l’existence d’un coup d’État de Guillaume Soro et ses compagnons contre le régime RHDP. 

Mieux, jusqu’à ce jour, la justice n’a pas été capable de donner à la défense, les preuves tant réclamées. Quel scandale ! Comment alors condamner des citoyens sans éléments matériels de leur prétendue culpabilité ? C’est pourquoi en dehors des frontières de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara n’a jamais gagné de procès. Comme l’ont ouvertement dénoncé les principaux syndicats de la magistrature et le barreau des avocats de Côte d’Ivoire en début 2019, la justice est aux ordres et c’est Alassane Ouattara, lui-même, qui fixe les peines à infliger aux détenus. C’est comme si dans nos tribunaux, on était dans un marché de friperie ! Chris Yapi en avait appelé à la conscience du juge du Tribunal d’Abidjan, le magistrat Bini Kouakou Maizan. Malheureusement pour ce juge dont on a dit du bien, il se retrouve entre le marteau et l’enclume d’Alassane Ouattara et du Ministre Sansan Kambilé. Sa tête semble mise à prix en cas de velléité de sa part de dire le droit. Visiblement, il ne pourra pas le faire sous peine de voir sa carrière anéantie. 

En effet, le week-end dernier, des instructions sont venues tout droit du palais présidentiel et elles étaient formelles. Il lui est fait injonction de scrupuleusement se conformer au réquisitoire du procureur de la république, Adou Richard. À savoir : condamner à vingt de réclusion ferme les nommés Koné Kamaraté Souleymane dit Soul To Soul, Babou Traoré et tous les militaires incarcérés. Quant aux autres, ils seront eux aussi condamnés, mais à 17 mois de prison ferme, ce qui couvre le temps de leur détention. Ils devraient recouvrer la liberté à l’issue de ce cauchemar éveillé. 
L’incongruité ici, c’est justement de condamner Babou Traoré, Soul To Soul et les militaires et de libérer les autres, alors qu’ils ont exactement été arrêtés pour les mêmes faits et dans les mêmes circonstances. Pourquoi ces deux poids deux mesures ? S’ils ont commis les mêmes infractions, pourquoi n’ont-ils pas les mêmes réquisitions de peine ? Cependant, s’ils n’ont pas commis ces prétendues infractions, pourquoi ne sont-ils pas tous libérés ? Nous sommes ici devant une grave atteinte à la conscience universelle.
Apprécions les faits, car de graves injustices sont en train d’être commises sous les yeux de magistrats qu’on a émasculés et dont les carrières porteront à jamais le lourd tribut de la forfaiture. Comment pourront-ils se regarder dans la glace en sachant qu’ils ont violé le droit qu’ils ont pourtant appris à l’école de magistrature ? D’abord analysons les cas de ceux qui feront l’objet de condamnations.
 
1- Babou Traoré. 

Son cas est le plus flagrant. Comme on a pu le noter au cours du procès, Babou Traoré a été arrêté à son bureau. Cadre aux impôts, il est également militant de Générations et Peuples Solidaires (GPS). D’ailleurs, il a même été candidat aux législatives 2021 bien que sa formation politique n’y ait pas participé. Il n’était pas au siège de GPS le 23 décembre 2019, il n’a donc pas participé à la conférence de presse animée par le Ministre Alain Lobognon. Il n’a pas non plus jeté d’armes dans la lagune à Assinie. Il a même bénéficié d’une liberté provisoire. 
Alors, comment comprendre qu’il soit subitement condamné à vingt ans de prison ? Il faut dire qu’il fait l’objet d’un règlement de comptes de la part de Téné Birahima Ouattara dit La Fiole, qui lui reprocherait d’être un cadre adulé de GPS dans sa région. Il a été candidat aux législatives à Ouangolo, où malgré les fraudes massives, il a fait un score plus qu’honorable. Cela a eu le don de déclencher l’ire de La Fiole qui a juré le lui faire payer.
 
2- Koné Kamaraté Souleymane dit Soul To Soul. 

Le monde entier sait et dit que Soul To Soul paie sa fidélité légendaire à Guillaume Soro. Bien qu’arrêté au siège du GPS, il n’a pas participé à la conférence de presse, n’a pas jeté d’armes dans la lagune à Assinie. Il n’était pas le président du comité d’organisation de la venue de Guillaume Soro, le 23 décembre 2019. Ce rôle majeur incombait plutôt à Méité Sindou qui se promène librement à Abidjan et nargue au besoin ses ex-compagnons. Alors, comment expliquer que Soul To Soul soit le deuxième civil à être condamné à vingt ans de prison ?  Il faut dire qu’il fait l’objet d’une haine particulièrement profonde de la part d’Alassane Ouattara et de son frère Téné Birahima Ouattara dit La Fiole. Ils ne pardonnent pas à ce dernier sa loyauté et ils le lui feront payer, comme d’ailleurs le Ministre Sidiki Konaté paie son insolence supposée vis-à-vis de La Fiole. C’est pourquoi, il n’a pas été nommé ministre-gouverneur comme tous ceux qui comme lui, avaient été récemment virés du gouvernement. La rancune des frères Ouattara est tenace, morbide. Téné Birahima Ouattara ne déclarait-il pas que Sidiki Konaté et tous les cadres Soroïstes ne seraient jamais rien en Côte d’Ivoire tant qu’eux, les Ouattara seraient au pouvoir ?
 
Voyons enfin le cas de l’ensemble des militaires injustement incarcérés dans cette affaire.

3- La garde rapprochée de Guillaume Soro. 

Ils sont juste des boucs émissaires, car ces soldats qui ont fait le travail pour lequel la République les avait mis en mission. En échange, ils récoltent aujourd’hui mépris, ingratitude et haine des autorités actuelles. Déployés et affectés à la sécurité de l’ancien président de l’Assemblée nationale, il leur est reproché de n’avoir pas témoigné contre Guillaume Soro. Pourquoi n’ont-ils pas donné des preuves inexistantes du coup d’État imaginaire ? Il faut signaler que le procureur Adou Richard avait voulu entreprendre le Commandant Jean-Baptiste Kouamé pour qu’il affirme que son ex-patron voulait faire un putsch. Certains éléments de la garde de Guillaume Soro, qui n’ont jamais été interpellés, ont par contre été approchés et ont même empoché des sommes pour venir témoigner contre lui. Mais quand Chris Yapi a éventé ce forfait au cours d’une de ses précédentes enquêtes, ce projet a été abandonné. 

En effet, il y avait un risque. Si ces éléments, dont nous tairons les noms, étaient venus à la barre comme projeté, il aurait été facile pour les avocats de la défense de les confondre et les déstabiliser. Or, si l’on devait uniquement poursuivre la garde rapprochée de Guillaume Soro pour destruction d’armes, alors leurs peines prévues dans le Code de procédure militaire ne pourraient pas être celles requises par le procureur.
 
Comme on peut le constater, Alassane Ouattara manipule la justice ivoirienne pour faire des règlements de comptes et c’est là que le bât blesse. La destruction de la justice, c’est la destruction de la paix, de la prospérité et de la création d’une nation. Pourquoi les magistrats ivoiriens, eux les techniciens du droit, ne réagissent-ils pas ? Pourquoi se laissent-ils soumettre ? Ne pensent-ils pas qu’un jour prochain, leurs carrières seront entachées par ces injustices ? Doit-on, au nom de prébendes juteuses, détruire la vie d’innocents ? On a vu le Président Laurent Gbagbo envoyé à la CPI pour crimes contre l’humanité, mais il en est sorti acquitté et vit pleinement libre. Pourquoi les magistrats ivoiriens ne peuvent-ils pas faire preuve d’un sursaut d’orgueil et de dignité ? Pourquoi est-ce qu’ils s’aplatissent autant ? Pensent-ils qu’un Django sortira de nulle part pour les libérer du joug de l’imposture ? Diantre que non ! C’est à eux de se libérer et ils n’en seront que plus fiers ! 
Si Laurent Gbagbo a pu bénéficier d’un acquittement alors qu’on disait déplorer plus de trois mille morts, pourquoi les Soroïstes, qui eux sont accusés pour des faits où il n’y a eu aucun mort et pas un seul coup de feu tiré, ne sont-ils pas encore plus aisément acquittés ? Comment expliquera-t-on cela ? Qui peut justifier tant de gâchis ? 
Demain, le pouvoir peut changer de main, alors quel sera leur sort, ceux-là mêmes qui aujourd’hui perpètrent et banalisent les pires injustices ? N’oublions pas que la roue tourne.

CHRIS YAPI NE MENT PAS.


Voir d’autres vidéos en lien avec celle-ci : 

- PROCÈS DES PRO-SORO : ALERTE AUX AVOCATS DE LA DÉFENSE- https://youtu.be/bobNzfQJI28

- VOICI LA RIDICULE PREUVE DU COUP D’ÉTAT DES PRO-SORO DU 23 DÉCEMBRE 2019 - https://youtu.be/fw01Q3Ldb8o

- TRAQUE DES OPPOSANTS IVOIRIENS : LE COUP D’ÉTAT AU MALI ENTERRE LE COMPLOT D’ADO ET DE BAH N’DAW - https://youtu.be/np9AAjmgOSs 

- LE PROFESSEUR FRANKLIN NYAMSI ET LE COMMANDANT FOFANA DANS LE VISEUR DE OUATTARA ET MACRON ! - https://youtu.be/YXGDW-6TwkQ 

- ET SI GUILLAUME SORO ÉTAIT LA CAUSE DES DÉLESTAGES ? - https://youtu.be/1rF7gVuW8Ps 

- PROCÈS DES PRO-SORO : ALASSANE OUATTARA ORDONNE LA PERPÉTUITÉ POUR GUILLAUME SORO - https://youtu.be/5jhoKF6EYpY 

- MANIPULATION DE LA JUSTICE : ALASSANE OUATTARA OUVRE UN NOUVEAU PROCÈS CONTRE GUILLAUME SORO. LE MAGISTRAT ALI YEO DÉGOMMÉ POUR FACILITER LES CHOSES - https://youtu.be/E6Nt54n8Lls 

- RÉUNION SECRÈTE AU PALAIS PRÉSIDENTIEL : TOUT SUR LE DERNIER COMPLOT D’ALASSANE OUATTARA CONTRE GUILLAUME SORO - https://youtu.be/_CHiWefa4jQ 

- RAID MANQUÉ SUR ANKARA (TURQUIE) : DES TUEURS AUX TROUSSES DE GUILLAUME SORO - https://youtu.be/zEfXFlJcGUY 

- #1 - SÉRIE FLASHBACK : TRISTES ANNIVERSAIRES - PARTIE 1 : DÉCEMBRE 2019 - https://youtu.be/HfVnXqZO5_s 

- ÉCHEC DE LA RENCONTRE ADO-MACRON : L’ASSASSINAT DE GUILLAUME SORO REMIS AU GOÛT DU JOUR - https://youtu.be/YHGx_v3dFjY

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.