chris
Abonné·e de Mediapart

94 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 juil. 2019

Des enseignants "preneurs d'otages"... Ou quand tout dérape...

Non monsieur le Président, les enseignants grévistes ne sont pas des "preneurs d'otages".

chris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Lors d'un entretien en préambule de la finale de Coupe du monde féminine de football, le Président de la République a prononcé ces mots:

« Les choses sont sous contrôle, je respecte chacun, mais à la fin des fins on peut pas prendre nos enfants en otage, quand on est professeur, on a des devoirs, quand on a un examen de fin d'année, notre devoir c'est d'être au rendez-vous, il peut y avoir des désaccords, mais en aucun cas ces désaccords ne peuvent se faire en prenant nos jeunes et leur famille en otage» (Fin de citation)

Ces mots ont choqué TOUTE la communauté éducative, mais aussi parents et élèves.

Non monsieur le Président, les enseignants grévistes ne sont pas des "preneurs d'otages".

En français, vous le savez parfaitement, les mots ont un sens. Un preneur d'otage enlève quelqu'un, physiquement, par la force. Dans le cas de mes collègues grévistes, s'agit-il de cela? Évidemment pas.

Pour rappel, toutes les copies ont été corrigées. Le travail a été fait comme il se doit. La seule revendication des enseignants était la suivante: "Ouverture d'un dialogue avec le Ministère". Manifestement, c'était trop demander. Pourtant, et toute la communauté éducative le constate chaque jour - que les journalistes viennent observer et écouter ce qui se passe et se dit dans les salles des maîtres et des professeurs - ce dialogue n'a lieu que sous une forme biaisée: "Nous vous avons écoutés. Merci beaucoup. Mais nos réformes se poursuivront". Étrange conception du "dialogue".

Pour second rappel, la "réforme" contestée a été rejetée par le Conseil Supérieur de l'Education (CSE), instance certes seulement consultative mais dont l'avis n'est depuis deux ans jamais pris en compte. Illustration, encore une fois, d'un "dialogue" totalement rompu.

Un président ne devrait pas dire ça...

Les mots très forts, l'accusation portée contre les enseignants grévistes, par le plus haut représentant de l'Etat, resteront dans les mémoires. Les professeurs ont souvent une mémoire d'éléphant.

Jamais le Président de la République n'aurait du se permettre cet écart de langage.

Pourtant, et je m'exprime ici en mon seul nom, si j'avais eu à corriger les épreuves du baccalauréat 2019, je n'aurais pas retenu les copies. Ce qui n'aurait pas fait de moi un soutien aux réformes en cours, réformes dont je conteste et l'opportunité et l'utilité depuis... deux ans.

J'entends déjà mes contradicteurs: "Mais vous ne voulez rien changer! Vous êtes toujours contre tout! Qu'avez-vous à proposer?"

Chacun sait que moi-même et tant d'autres, opposés aussi aux réformes en cours, ont proposé, proposent et proposeront encore et toujours.

La preuve en cliquant sur ce lien

http://demain-lecole.over-blog.com/2019/07/je-propose-un-nouveau-lycee.pour-un-nouveau-bac.et-non-l-inverse.html 

Je ne me fais cependant aucune illusion. Ces propositions ne vont pas dans l'air du temps. Le matraquage médiatique des médias "en vue", ceux qui tournent en boucle partout, des halls d'aéroports ou hall d'accueil des hôtels en passant par les cafés et restaurants, interdit tout espoir de voir un jour s'installer en Macronie ce débat d'IDEES contradictoires que le Président de la République lui-même a caricaturé jusqu'au ridicule dans le si mal nommé "Grand Débat National".

Pourtant je ne perds pas et ne perdrai jamais espoir.

Monsieur le Président, c'est à vous que je m'adresse. Respectueusement car je n'ai jamais participé au concert d'injures qui inondent les réseaux dits "sociaux".

Respectueusement donc, le fonctionnaire que je suis, conscient de ses droits ET de ses devoirs, vous le (re)dit: les enseignants, grévistes présents et je crois, à venir, ne sont pas des "preneurs d'otages". Si certains d'entre nous sont allés jusqu'à retenir des notes, c'est par exaspération. Par désespoir pour beaucoup.

Écoutez la colère! Écoutez les découragements! Écoutez ces femmes et hommes dévoués qui ne font pas grève par plaisir! Certains ont même voté pour vous au premier tour Monsieur le Président.

Ne vous exprimez pas comme un vulgaire "twittos". En vous entendant lors de ce malheureux entretien, j'ai cru un instant me retrouver dans ces "débats" médiocres qui font le tout-venant des disputes "internétiques". Vous êtes descendu, à ce moment-là de votre intervention, au niveau trop bas de ces médiocres "bisbilles".

Mais vous faites de la politique.

Nous ne faisons qu'enseigner et nous battre pour nos élèves.

Toutes et tous... Sans exception.

Christophe Chartreux, enseignant en collège rural depuis 35 ans...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali
Journal
Professeurs non remplacés : la Cour des comptes dénonce une « défaillance institutionnelle »
Dans un rapport publié jeudi, les magistrats financiers se penchent sur les absences des enseignants qui font perdre aux élèves 10 % d’heures de cours dans les lycées. Les deux tiers sont liés à une mauvaise organisation de l’Éducation nationale.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss