Danger... Et si les écoles "Espérance banlieue" devenaient la norme...

Le mouvement En Marche! d'Emmanuel Macron (mais aussi des politiques aussi "progressistes" que François Fillon et Laurent Wauquiez) a montré son intérêt et sa bienveillance pour cette "école" hors contrat en conviant à sa convention sur l'éducation le fondateur et président de la fondation Espérance banlieues, Eric Mestrallet.

Il y a quelques mois, c'était en mai 2017, Jean-Michel Blanquer, aujourd'hui Ministre de l'Education Nationale, déclarait ceci à l'occasion du colloque "Espérance banlieue".

Voir ci-dessous

https://youtu.be/5uT7z8-UKNo

Le mouvement En Marche! d'Emmanuel Macron (mais aussi des politiques aussi "progressistes" que François Fillon et Laurent Wauquiez) a montré son intérêt et sa bienveillance pour cette "école" hors contrat en conviant à sa convention sur l'éducation le fondateur et président de la fondation Espérance banlieues, Eric Mestrallet.

Quelques mois plus tard, c'est à dire au moment où j'écris ces lignes, la communauté éducative est en droit de se poser des questions, de s'inquiéter très fortement même, à la lumière du passé récent et à la lecture des multiples annonces de monsieur Blanquer.

Toutes "font sens". Toutes vont dans le MEME sens:

la promesse d'une "autre école", promesse contenue déjà dans le livre de l'ancien Directeur Général de l'Enseignement Scolaire qui officia sous l'autorité de Nicolas Sarkozy, pendant un funeste quinquennat pour l'école:

- 80 000 postes supprimés;

- mort de la formation initiale;

- semaine de 4 jours en primaire imposée sans la moindre concertation

Je ne rappelle que les "hauts faits" les plus douloureux. Il y en eut bien d'autres.

Ce qui permet de rappeler à tous mais à ceux qui nous gouvernent aujourd'hui, ne cessant d'accuser l'Ecole de n'être plus qu'un champ de ruines, qu'ils en furent il n'y a pas si longtemps les principaux et fort zélés démolisseurs. Il est nécessaire souvent de rappeler ce qu'il fut pour comprendre ce qui est.

Les annonces multiples, saturant volontairement l'espace médiatique, s'adressent aux parents. Elles ont pour objectifs:

- de laisser croire que les cinq années passées ne furent que "fausse bienveillance", "égalitarisme", "pédagogisme". Ce sont les mots de Jean-Michel Blanquer;

- de rassurer les parents les moins "éclairés" en leur promettant, qu'avec le retour au tableau noir, à la craie, aux Fables de La Fontaine, au Latin et au Grec, à la méthode syllabique, au redoublement, à l'apprentissage de La Marseillaise, à l'interdiction du téléphone portable et à la disparition du "prédicat", le tout emballé dans les neurosciences, leurs enfants retrouveraient les voies de la réussite.

Ceci est un mensonge.

Mensonge utile pour installer une école fondée sur le "modèle" tant vanté de la fondation Espérance banlieue.

Alors, qu'est-ce qu'Espérance banlieue? Car peut-être faut-il dire ce qui se prépare.

Voici quelques réponses:

(Extraits de l'article de L'Obs, signé Agathe Ranc, en lien ci-dessous)

Qui est derrière cette "école", tant vantée par le Président et son Ministre de l'Education Nationale?

- Le fondateur et directeur Eric Mestrallet est l'ancien attaché parlementaire du sénateur Bernard Seillier, un proche de Philippe de Villiers (Mouvement pour la France), engagé avec Civitas contre le mariage pour tous;

- Espérance banlieues est abritée par la Fondation pour l'Ecole, donc Eric Mestrallet est aussi le vice-président. Celle-ci est dirigée par Anne Coffinier, décrite comme "une égérie de la Manif pour tous". La quasi totalité des membres de son conseil d'administration sont proches de ce mouvement ou des milieux traditionalistes;

-  Dans son collège des personnalités qualifiées, on trouve par exemple Jean-Michel Schmitz, ancien cadre de Larfarge et ancien président d'Ichtus, "institut catholique traditionnaliste héritier de la Cité catholique, un mouvement d’extrême droite 'contre-révolutionnaire'", écrivait "Le Monde" à l'époque où la Manif pour tous battait le pavé en 2013;

- Le maire de Montfermeil ? Xavier Lemoine, vice-président du Parti chrétien démocrate fondé par Christine Boutin, décrit par "le Figaro" comme un "héraut de la droite chrétienne". Au printemps 2016, il participait à Béziers aux rencontres organisées par le maire proche du FN Robert Ménard. Thème de la table ronde : "Passer au karcher l’école de mai 1968, on commence par quoi ?";

- La fondation Espérance banlieue compte aussi dans son équipe la fille de la conseillère éducation de... François Fillon;

Qui finance?

- La participation des parents représente 15% du budget des écoles Espérance banlieue, selon leur site. Comment alors ces écoles bouclent-elles leurs budgets ? Le reste du financement est apporté par la Fondation pour l'école ou par "des donateurs, des entreprises qui voient une raison d'espérer", nous explique Eric Mestrallet. Il cite L'Oréal, Vinci et "des fonds d'investissement".

"Challenges" consacrait ainsi en août dernier un article à ces "riches mécènes bienveillants" du CAC40 et citait la famille Mulliez (Auchan), les groupes Bouygues, Axa et Saint-Gobain;

- (...) ces opérations de mécénat bénéficient de déductions fiscales qui agissent comme une subvention indirecte aux activités de la fondation.

"C'est de l'argent public détourné", s'agace Grégory Chambat : "Ces entreprises ont des réductions de charges pour financer des écoles qui ont 15 élèves par classe alors que nous sommes 30 dans le public.".

(...)

Agathe Ranc - Article complet en lien ci-dessous

Alors que partout dans l'Union Européenne, l'école fonctionne mieux que la notre, avec quelques nuances ici ou là, alors que l'école que le Ministre de l'Education Nationale - dont le "modèle de professeur" est madame Brigitte Macron qui a accompli la quasi totalité de sa carrière dans l'enseignement privé- nous prépare est condamnée par l'OCDE, alors que l'école française qui s'annonce n'est copiée par absolument aucun pays dans le monde - cela devrait nous interroger - je pense nécessaire et urgent de dire encore et toujours que cette école-là est dangereuse à court, moyen et long terme.

Pour moi, c'est non...

Christophe Chartreux

A consulter:

https://blogs.mediapart.fr/edition/la-guerre-scolaire-qui-vient/article/140317/quand-esperance-banlieues-bat-la-campagne

http://tempsreel.nouvelobs.com/education/20170315.OBS6637/innovantes-ou-reac-5-questions-sur-les-ecoles-esperance-banlieues.html

http://www.sud-education-loiret.org/?A-Orleans-les-extremes-droites-contre-l-Education-ne-les-laissons-pas-faire

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.