Education: objectif 2017 - Soutenir et amplifier le mouvement de refondation de l'Ecole...

La gauche devra poursuivre et amplifier le mouvement de refondation de l'école initié par, peu s'en souviennent, l'ENSEMBLE des mouvements pédagogiques et des syndicats.

La gauche devra poursuivre et amplifier le mouvement de refondation de l'école initié par, peu s'en souviennent, l'ENSEMBLE des mouvements pédagogiques et des syndicats. Pour s'en persuader il suffit de (re)lire l'appel de Bobigny (la liste des signataires est intéressante):

L'appel de Bobigny

Poursuivi par Vincent Peillon et désormais par Najat Vallaud-Belkacem, ce mouvement nécessaire, perfectible mais urgent, devra tout "simplement" illustrer concrètement une des plus belles promesses d'égalité républicaine, la plus enthousiasmante, la plus difficile aussi:

donner à TOUS les enfants les moyens de réussir à l'école.

L'Ecole a très longtemps permis au plus grand nombre de vérifier le bien-fondé de cette promesse d'égalité. Au fil des années, la garantie d'égalité républicaine s'en est allée vagabonder pour ne plus exister vraiment. Un "idéal" au sens sens rimbaldien du terme lorsque le poète évoquait son paletot:

"Mon paletot aussi devenait idéal"... Idéal parce qu'en loques, quasiment inexistant, invisible et inutile...

Aujourd'hui, le chiffre est connu et admis: un fils de cadre a douze fois plus de chances d'ouvrir les portes d'une grande école qu'un enfant d'ouvrier.

La gauche ne peut accepter cette précarisation permanente, acceptée de manière fataliste. N'oublions jamais que la grande majorité des jeunes qui ont voté Front National ces derniers jours, sont peu ou pas diplômés, ne parlent pas une langue étrangère et ont vécu la relégation dès les bancs de l'école.

Celle-ci, comme celles et ceux qui la servent au quotidien, ne sont pas responsables de tout. Seule, l'Ecole - comme l'enseignant - ne peut pas effacer les effets de situations contextuelles: familles, habitat, environnemenst divers, fragilités linguistiques, etc.

Mais l'école - comme l'enseignant - peut (doit) réformer ce qui ne fonctionne plus, transformer ses manières éducatives devenues souvent postures, accepter les différenciations.

Bien évidemment, l'institution DOIT elle-aussi s'engager à aider l'école - et les enseignants - en rééquilibrant des écarts de tous ordres devenus intolérables entre Professeurs d'école et professeurs du secondaire, en investissant dans le PRIMAIRE comme cela n'a jamais été fait, en assurant une formation initiale et continue de très haut niveau. Ce sont là des objectifs qu'il FAUDRA inscrire dans le marbre du projet à venir.

Il conviendra donc:

- d'investir dans la "socialisation/accueil" du jeune enfant (en amont de l'école);

- de réduire les fractures socio-éducatives en priorisant le PRIMAIRE;

- d'éliminer les causes du décrochage scolaire

Nous en reparlerons..

A suivre...

Christophe Chartreux

Les épisodes 1 et 2 sue ce même thème sont visibles ci-dessous

Episode 1

Episode 2

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.