Vaincre ses TOC: Lou Sarabadzic apprend à vivre et signe un premier roman magistral

On a cru qu'elle était sourde, insomniaque, une acharnée du travail, une emmerdeuse, une capricieuse, une surdouée, et bien d'autres choses. Dans son premier roman, Lou Sarabadzic évoque sa vraie maladie, celle qui l'empêchait de vivre, et raconte avec un talent fou comment, pour ne pas sombrer, elle a appris à vivre.

Lou Sarabadzic est une jeune auteure née en 1986 et dont la plume a déjà été remarquée, puisqu'elle vient de remporter le Prix de la Crypte 2016  - Jean Lalaude pour son recueil de poèmes Ensemble, à paraître en 2017. Mais c'est pour son premier roman, La vie verticale, publié le 5 octobre 2016 aux éditions Publie.net, que je prends le clavier.

Dans ce roman, l'auteure raconte son quotidien, ce quotidien gangréné par ses troubles obsessionnels compulsifs, une maladie mentale qui réduit ses journées à des vérifications multiples qui ne prennent fin que par multiple de trois. C'est rassurant, trois, comme chiffre. Mais quand on en arrive à vérifier quatre-vingt-une fois que le gaz ne va pas mettre le feu à la maison avant de sortir, tout prend un temps fou, jusqu'à ne plus pouvoir rien faire du tout. A part vérifier que la fenêtre est fermée. Que la moquette ne va pas brûler. Que la poubelle ne va pas s'enflammer. Ne plus pouvoir dormir. Se rendre malade de quitter la maison pour aller travailler. Et même là-bas, il y a tant de regards qu'il faut trouver des stratagèmes improbables pour effectuer les rituels sans se faire prendre. Jusqu'au jour où...


À huit ans, on a cru que j’avais un problème de surdité. Je faisais trop répéter les gens.
À dix ans, on a cru que j’avais un problème de vessie. J’allais toujours aux toilettes avant de partir. Même si je venais d’y aller trois minutes avant. Si quelqu’un disait : « on y va », je devais y aller.
À douze ans, on a pensé que j’aimais bien emmerder le monde.
À quatorze ans, on a cru que je faisais des insomnies.
À seize ans, on a cru que j’avais un organisme capable de ne jamais grossir, même en mangeant des pizzas froides ou des tranches de pain à chaque repas que je me préparais seule.
À dix-huit ans, on m’a félicitée de réussir aussi bien.
À vingt ans, on a loué ma persévérance.
À vingt-deux ans, on a dit qu’en fait j’étais juste têtue comme pas possible, que ça en devenait chiant à la fin.
À vingt-quatre ans, j’ai cru moi-même que c’était juste de la volonté, de l’ambition, et un rapport constructif au stress.
À vingt-six ans, on a cru que j’étais addict au travail.
À vingt-huit ans, je suis née presque adulte en lettres étrangères.


On pourrait croire que ce roman n'est qu'un livre de plus sur une maladie que l'on voit régulièrement dans des reportages intrusifs sur les chaînes de la TNT, avides de voyeurisme. Il n'en est rien. Et c'est là que repose le talent de Lou Sarabadzic. Elle fait de sa vie verticale une oeuvre majeure en réussissant à traiter un sujet complexe, à parler de son vécu, sans voyeurisme, sans apitoiement, sans misérabilisme. On s'attache à son personnage. On pleure, on sourit. Jamais on ne se moque d'elle, non, mais on rit entre deux larmes. Comment peut-elle penser sérieusement qu'elle peut nous briser les os en nous embrassant, ou que les émanations du chorizo cuit pourraient tuer un végétarien ? Valium, prozac, la panoplie du parfait petit chimiste pour faire taire les angoisses. 

Et puis, il y a la reconstruction. Une belle rencontre. Ce Will — c'est beau comme prénom Will, la marque du futur en anglais — qui la soutient coûte que coûte, pas après pas, même si parfois il la "piétine", "nonchalant", avec ses "grosses godasses". Il y a les victoires et les rechutes, le soleil qui sèche les larmes. J'ai tellement adoré ce livre que je l'ai dévoré, victime consentante d'une crise de boulimie de mots. + une crampe des zygomatiques. + des pattes d'oies délicatement salées. 

C'est peu dire que je vous recommande La vie verticale de Lou Sarabadzic aux éditions Publie.net.
C'est addictif comme le Valium, piquant comme du chorizo, attractif comme un aimant, brûlant comme une plaque restée allumée.
Mon coup de coeur littéraire et humain.
5,99 € en version numérique - 23€ en version papier. 

 


"Qu’il arrive ce qu’il arrive, d’autres vies se faisaient sous mes yeux. La grande place était vide. Un sac plastique se cognait à un mur. J’ai bu une tasse de thé, seule, en terrasse. Le soleil était froid, ma tasse brûlante, et ma joie tiède enfin."


 

La vie verticale, Lou Sarabadzic, Publie.net La vie verticale, Lou Sarabadzic, Publie.net

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.