Christel
Conseillère en migration
Abonné·e de Mediapart

174 Billets

39 Éditions

Billet de blog 2 juil. 2009

Une ballade dans Treptow, ça vous dit?

Christel
Conseillère en migration
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aujourd’hui, nous allons dans une rue de ce quartier et dans un bar, le Provinz ou je vais grignoter régulièrement pendant ma pause de midi.

J’aime ce bar pour plusieurs raisons, il me rappelle la cuisine et le salon de ma grand-mère avec ses tables en formica et ses fauteuils marrons dépareillés. Il réussit la chose inouïe de concilier une déco résolument années 60 avec le modernisme d’une free connexion Internet. Et on y grignote des choses agréables (de bonnes soupes pour ceux qui aiment, quelques pates et gnocchis, des petites assiettes). Le café y est bon et les cookies aussi !

Bref, il faut y aller en vous donnant pretexte pour aller dans cette rue un peu éloignée de toute activité touristique, ma foi. Quoique pas tant que cela même si pour aller à Treptow, il vous faut bien passer un pont, on ne regrette pas la ballade. D’abord parce que Treptow c’est l’Est de l’est, non ?

On peut le prendre comme une jolie ballade qui part, par exemple (et de préférence à vélo, c’est long une rue de l’Est à pied !) de Schlesische Tor. Là il y a l’ancien Mirador au Schlesischer Busch (Schlesischer Park, sur la Puschkinallee). Depuis sa restauration en 2004, cet ancien poste de commandement des gares-frontières de RDA, a été transformé en lieu d’exposition par la Kunstfabrik am Flutgraben. L’ancien No Man’s Land a été aménagé en parc. Sa fonction passée, essentielle à l'efficacité du dispositif frontalier, s'illustre par les meurtrières dont il était doté, et le projecteur implanté sur la plateforme panoramique praticable du toit. Rien moins que 18 miradors et leurs installations électriques (clôtures, projecteurs, etc.) étaient sous la surveillance et le contrôle de ce poste de commandement, haut de 10 mètres, et dont le tronc carré mesurait 4,20 x 4,20 mètres.


Il a été rénové pour rappeler son fonctionnement. L'intérieur a été repeint dans la même teinte que la couleur d'origine. L'histoire de ce poste de commandement est documentée par les ateliers voisins de la Kunstfabrik qui accueillent des expositions temporaires et itinérantes. (http://www.kunstfabrik.org/).

Ces touches du passé lorsque l’on y prend garde ramènent à un passé plein de morts sur ce mur. Car de ces tours tiraient les soldats. Ils avaient bien l'« ordre de tirer », c'est-à-dire l'obligation d'empêcher les tentatives d'évasion par tous les moyens, même au risque de la mort du fugitif. Ramenés à la longueur de la frontière, on peut même dire qu'il y eu beaucoup plus de morts à Berlin qu'en moyenne sur le reste du Mur. Et pour beaucoup il s’agissait d’un « travail » (les troupes de gardes-frontières de Berlin comprenaient, 11 500 soldats et 500 civils, au printemps 1989, donc si pour certains le mur a été le lieu de leur mort, pour d’autres il n’était qu’un lieu de travail).

Le mur continue donc, au niveau de la Lohmühlenstraße, il est bordé de cerisiers du Japon et marqué d’une pierre commémorative. L’ex-frontière, dont le tracé est indiqué au sol par une double rangée de pavés, poursuit ensuite son parcours sinueux entre Treptow et Neuköln, en traversant un quartier d’habitations très dense. Le panneau d’information du parcours historique du mur, situé à l’angle entre la Harzer Straße et la Bouchéstraße, permet de se faire une idée de la situation avant la chute du mur. Le numéro 40 de la Elsenstraße comporte également un panneau d’information, qui rappelle une tentative de fuite spectaculaire par un tunnel.

Entre la Bouché Straße et Elsenstraße se trouve la rue Karl-Kungerstraße du nom d’un communiste antifaschiste tué en 1943. C'est la rue où je travaille, le bar Provinz est à l’angle de ces deux rues : Bouchéstraße 79a très exactement. Quelques photographies de cet endroit que j'apprécie, outre la gentillesse des serveurs et serveuses.

© Christel

© Christel

© Christel

© Christel

© Christel

© Christel

© Christel

© Christel

Il ya a aussi un programme de concerts nocturnes. Mais je n’y suis jamais allée. Le site le présente, ce qui donne l’occasion de se promener dans ce quartier plutôt diurne, loin des quartiers plus animés de la ville.

http://provinz-berlin.de/

Je vous parlerai un autre jour du parc de Treptow, autre lieu que j’aime…. Mais un lieu à la fois.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
Kenya : le pays suspendu à des élections à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — International
L’apartheid, révélateur de l’impunité d’Israël
Le débat sur l’existence ou non d’un système d’apartheid en Israël et dans les territoires palestiniens occupés est dépassé. L’apartheid israélien est un fait. Comme le confirme l’escalade des frappes et des représailles autour de la bande de Gaza, il est urgent désormais de mettre un terme à l’impunité d’Israël et de contraindre son gouvernement à reprendre les négociations.
par René Backmann
Journal — Proche-Orient
Au moins trente et un morts à Gaza depuis le début de l’offensive israélienne
Parmi les victimes des frappes visant la bande de Gaza figurent six enfants et des dirigeants du groupe armé palestinien Djihad islamique. L’armée israélienne parle d’une « attaque préventive ».
par La rédaction de Mediapart (avec AFP)
Journal
Au Pérou, l’union du président de gauche et de la droite déclenche une déferlante conservatrice
Sur fond de crise politique profonde, les femmes, les enfants et les personnes LGBT du Pérou voient leurs droits reculer, sacrifiés sur l’autel des alliances nécessaires à l’entretien d’un semblant de stabilité institutionnelle. Les féministes sont vent debout.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Réponse au billet de Pierre Daum sur l’exposition Abd el-Kader au Mucem à Marseille
Au Mucem jusqu’au 22 août une exposition porte sur l’émir Abd el-Kader. Le journaliste Pierre Daum lui a reproché sur son blog personnel hébergé par Mediapart de donner « une vision coloniale de l’Émir ». Un membre du Mrap qui milite pour la création d'un Musée national du colonialisme lui répond. Une exposition itinérante diffusée par le site histoirecoloniale.net et l’association Ancrages complète et prolonge celle du Mucem.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
A la beauté ou la cupidité des profiteurs de crise
Alors que le débat sur l'inflation et les profiteurs de la crise fait rage et que nous assistons au grand retour de l'orthodoxie monétaire néolibérale, qui en appelle plus que jamais à la rigueur salariale et budgétaire, relire les tableaux d'Otto Dix dans le contexte de l'Allemagne années 20 invite à certains rapprochements idéologiques entre la période de Weimar et la crise en Europe aujourd'hui.
par jean noviel
Billet de blog
Deux expos qui refusent d'explorer les réels possibles d'une histoire judéo-arabe
[REDIFFUSION] De l’automne 2021 à l’été 2022, deux expositions se sont succédées : « Juifs d’Orient » à l’Institut du Monde Arabe et « Juifs et Musulmans – de la France coloniale à nos jours » au Musée de l’Histoire de l’Immigration. Alors que la deuxième est sur le point de se terminer, prenons le temps de revenir sur ces deux propositions nous ont particulièrement mises mal à l'aise.
par Judith Abensour et Sadia Agsous
Billet de blog
Michael Rakowitz, le musée comme lieu de réparation
À Metz, Michael Rakowitz interroge le rôle du musée afin de mettre en place des dynamiques de réparation et de responsabilisation face aux pillages et destructions. Pour sa première exposition personnelle en France, l’artiste irako-américain présente un ensemble de pièces issues de la série « The invisible enemy should not exist » commencée en 2007, l’œuvre d’une vie.
par guillaume lasserre